Quèsaco B2 Độc lập

La balançoire

Beaucoup de références culturelles très françaises se cachent dans cette websérie. Les avez-vous remarquées ?
Regardez et écoutez attentivement. À l'aide des éléments vus ou entendus dans la vidéo, choisissez la bonne réponse.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice

Quesaco-Renoir-Balancoire-Video
« Il lui a demandé son numéro ? ». D'après vous, à quoi fait-on référence ?
Au numéro de téléphone.
Au code postal.
Au numéro de sécurité social.

De 1853 à 1870, un style particulier a envahi Paris. Lequel ?
Le sytle haussmannien.
Le style Empire.
Le style Louis-Phillipe.
Quand on dit : « bof » ou même : « bof-bof ». Cela signifie :
ni bon, ni mauvais.
excellent.
nul !
Charles Trenet, chanteur très populaire dans les années 30-50, a chanté : « Douce France, cher pays de mon enfance... ». Terminez les paroles :
« Bercée de tant d'insouciance, je t'ai gardée dans mon coeur. »
« Remplie d'une naïveté charmante et de quantité de petits bonheurs. »
« Je t'ai tellement rêvée, à notre rendez-vous j'arriverai à l'heure. »
Écrivain engagé et critique d'art, Émile Zola a écrit un célèbre article adressé au Président de la République au cours de l'affaire Dreyfus. Son titre est :

J'accuse... !
Je dénonce... !
Je m'excuse... !
Dans quel musée La Balançoire est-elle exposée ?
Le musée d'Orsay.
Le musée Grévin.
Le musée du Louvre.
nbOk câu trả lời đúng trên nb câu
Chú ý
Regardez bien la vidéo en vous concentrant sur les informations visuelles écrites. Elles vous guideront vers la bonne réponse !
Rất tốt
Voici quelques informations culturelles complémentaires :
- On pourrait aussi dire : « il lui a demandé son 06 ? », en faisant référence au numéro de portable.
- Charles Trenet était aussi surnommé le « fou chantant ».

Vous avez aimé découvrir de nouveaux aspects de la culture française ? Continuez en écoutant la chanson de Charles Trenet, Douce France et en retrouvant l'histoire de l'article J'accuse... ! d'Émile Zola.
Voici quelques informations culturelles complémentaires :
- On pourrait aussi dire : « il lui a demandé son 06 ? », en faisant référence au numéro de portable.
- Charles Trenet était aussi surnommé le « fou chantant ».

Vous avez aimé découvrir de nouveaux aspects de la culture française ? Allez plus loin en écoutant la chanson de Charles Trenet, Douce France et en lisant l'histoire de l'article J'accuse... ! d'Émile Zola.
Conception: Sabrina Fecchio, Alliance française de Bruxelles-Europe
Published on 07/05/2019
Qu'est-ce que c'est... de quoi ils parlent... oh c’est bizarre... qu'est-ce qu'ils font ? Il lui a demandé son numéro ?
Mais non… Imaginez le tableau : on est en 1876. Paris est chamboulé par le baron Haussmann, le téléphone fait son apparition, et la France offre la Statue de la Liberté pour les cent ans de l'indépendance des États-Unis. Bref, on veut du neuf, de la joie et de la légèreté. Auguste Renoir aussi, mais c'est raté. À trente-cinq ans, son style ne plaît pas, il est dans une mauvaise passe. Pourtant, le gaillard sera surnommé plus tard « le peintre du bonheur ».
Regardez bien ! De la lumière qui joue avec le feuillage, une balançoire pour s'amuser, une petite fille qui attend son tour et des personnages qui badinent. Pas de doute, Renoir veut de l'insouciance. Et ça marche. Ça marche tellement que la petite fille qui pose est remplacée par une poupée parce qu'elle ne tient pas en place. Tout respire la joie de vivre, loin des tracas du quotidien, loin de ce petit groupe de gens croqués en quelques coups de pinceau. À Montmartre, Renoir peint en plein air, et on a l'impression d'y être. Ça bouge moins que chez Fragonard, mais, un siècle après, Renoir préfère s'amuser avec la couleur. Et la lumière ! Tout est éclaboussé de lumière. La robe qui était blanche, le costume qui était bleu, même les ombres qui ne sont plus vraiment noires, elles ont tout juste le droit d'être sombres. 
Même si Emile Zola l'adore, le public boude le tableau, qui deviendra pourtant un classique. Le cinéma lui rend hommage soixante ans plus tard dans le film « Partie de campagne » de Jean... Jean... Renoir ! Oui, le fils d'Auguste et le neveu d'Émile, le frère du peintre, que l'on voit ici de dos.
"La balançoire" est achetée par le peintre Gustave Caillebotte pour rendre service à Renoir. En 1894, la toile est léguée à l'État, et c'est en 1986 qu'elle s'installe au musée d'Orsay.
 

Có thể bạn cũng thích...