Diplôme de français des relations internationales B1 Ngưỡng

État des lieux de l'esclavage dans le monde

Écoutez Slimane Zeghidour commenter la carte. Replacez les étiquettes pour la légender.

    14 millions d'esclaves

    4 % de la population

    Esclavage sexuel

    Travailleurs émigrés

    Esclavage domestique

    Enfants soldats

    Travailleurs dans les plantations

Paulette Trombetta, CAVILAM - Alliance française
nbOk câu sắp xếp đúng
Chú ý
Les pays ou endroits du monde mentionnés sont : l'Inde, la Mauritanie, les pays du Golfe, la Russie, les Balkans et l'Allemagne, la Côte d'Ivoire, l'Afrique noire.
Les pays en rouge foncé sont ceux où l'esclavage est le plus important ; ceux en rouge clair où il est un peu moins important.
Rất tốt
Vous savez maintenant localiser les différentes formes d'esclavage selon les pays. Cette carte situe aussi les deux pays où l'esclavage est le plus important soit en nombre de personnes (Inde), soit en pourcentage de population (Mauritanie).
Avec l'exercice suivant vous travaillerez votre lexique pour commenter un problème de droit humain.
Vous savez maintenant localiser les différentes formes d'esclavage selon les pays. Cette carte situe aussi les deux pays où l'esclavage est le plus important soit en nombre de personnes soit en pourcentage de population.
Avec l'exercice suivant vous travaillerez votre lexique pour commenter un problème de droit humain.
Silvia Garciajournaliste
Slimane merci de nous avoir rejoint. On s’intéresse donc aujourd’hui à l’esclavage. Enquête d’une nouvelle ONG en Australie Walk Free. Dans sa version dite moderne, l’esclavage concernerait près de 30 millions de personnes dans le monde. Alors Slimane, qui sont ces esclaves modernes ?
Slimane Zeghidour, éditorialiste
Et bien ce ne sont pas les esclaves du 19e siècle avec des boulets dans les jambes et enchaînés dans les plantations sucrières. Ce sont des... par exemple des ouvriers qui sont condamnés à travailler par des créanciers toute leur vie parfois. Ce sont des enfants qui sont contraints de travailler aussi pour aider leurs parents ou à être les soldats forcés. Ce sont des femmes obligées de se prostituer pour des mafias. Ce sont toutes sortes de gens qui ne peuvent vivre qu’en travaillant dans des conditions clandestines, infrahumaines et violentes. Et les pays où on voit le plus, 10 pays dans le monde, rassemblent 75% de ces esclaves.
Silvia Garciajournaliste
Alors on va le voir justement où se trouvent ces zones dans le monde ? Où on en trouve le plus ?
Slimane Zeghidour, éditorialiste
Alors, regardez la carte. Les pays les plus foncés sont ceux où il y a le plus d’esclaves. La Mauritanie par exemple à gauche est le pays où il y a le plus grand pourcentage d’esclaves, 4% de la population. Mais l’Inde rassemble 14 millions c’est-à-dire la moitié de ces esclaves sont en Inde ; les autres sont au Bangladesh, sont au Pakistan, mais il y en a aussi en Éthiopie, en Côte d’Ivoire, dans les plantations de cacao par exemple. Ensuite on en trouve dans les pays plus ou moins en rouge clair. C’est la Russie, beaucoup de travailleurs émigrés, beaucoup d’esclavage sexuel. L’Afrique noire avec des enfants soldats, des enfants qui travaillent dans des plantations et l’Amérique latine Andine : Bolivie, Équateur jusqu’au Pérou et même au Chili.
Silvia Garciajournaliste
Alors ce n’est pas réservé aux pays en voie de développement puisque l’Europe n’est pas épargnée.
Slimane Zeghidour, éditorialiste
Eh oui, l’Europe où il y a aussi l’esclavage notamment sexuel, regardez dans les Balkans et même en Allemagne à cause des mafias de l’Est qui amènent de jeunes femmes qu’ils conduisent et qu’ils obligent à se prostituer ; plus aussi l’esclavage domestique, dans les pays du Golfe, mais aussi dans certaines régions d’Europe ; c’est ainsi que la France qui est un des très bons élèves, on compte quand même..., l’ONG évalue à 9000 le nombre de gens ayant un statut, travaillant comme des esclaves. Et les meilleurs élèves ce sont l’Islande, la Suède et la Norvège où l’on ne compte que…,  excusez du peu, que 4500 personnes travaillant dans des conditions d’esclavage. Vous voyez qu’on n’est pas encore sorti de l’auberge.
Silvia Garciajournaliste
Tout de même Slimane. Ce qui n’est pas rien. Merci Slimane pour cet éclairage. À la semaine prochaine.

You may also like...