Astuces pour apprendre B2 Avançado

Astuces pour apprendre : le reportage

Écoutez à nouveau le reportage et cochez les cases correspondantes.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice
Astuces-Reportages-21s-Alpaga-complet-video
Il s'agit de généralités.
Le lancement et le commentaire
L'interview du 1er éleveur
L'interview du responsable du FIDA
L'interview du 2e éleveur
Il s'agit d'un cas particulier.
Le lancement et le commentaire
L'interview du 1er éleveur
L'interview du responsable du FIDA
L'interview du 2eéleveur
L'intervention expose des faits.
Le lancement et le commentaire
L'interview du 1er éleveur
L'interview du responsable du FIDA
L'interview du 2eéleveur
L'intervention illustre.
Le lancement et le commentaire
L'interview du 1er éleveur
L'interview du responsable du FIDA
L'interview du 2eéleveur
Le récit est construit.
Le lancement et le commentaire
L'interview du 1er éleveur
L'interview du responsable du FIDA
L'interview du 2eéleveur
Le récit est spontané.
Le lancement et le commentaire
L'interview du 1er éleveur
L'interview du responsable du FIDA
L'interview du 2eéleveur
Le ton est froid.
Le lancement et le commentaire
L'interview du 1er éleveur
L'interview du responsable du FIDA
L'interview du 2eéleveur
Le ton est chaleureux.
Le lancement et le commentaire
L'interview du 1er éleveur
L'interview du responsable du FIDA
L'interview du 2eéleveur

nbOk resposta(s) correta(s) de nb

Atenção

L'interview du 1er éleveur est un peu atypique. Alors qu'il s'agit d'un récit spontané, le contenu est organisé, informatif et peu chaleureux, contrairement à celui du 2e éleveur.

Parabéns!

Si l'on observe le tableau, l'interview du 2e éleveur se distingue nettement des autres interventions. Le lancement, le commentaire et l'interview, sans doute préparée, du responsable du FIDA ont l'organisation et la froideur des textes informatifs. À l'inverse, l'histoire familiale racontée par Justo Apaza Mamani est empreinte d'une chaleur humaine qui permet de visualiser les scènes évoquées dans son récit. L'interview de Justo a pour fonction d'illustrer et de confirmer les informations données par les autres intervenants du reportage et contrebalance l'impersonnalité des données factuelles, équilibrant ainsi la charge émotionnelle du document.

Un reportage est constitué de différents éléments (commentaires, images, interviews, etc.) qui ne sont pas simplement juxtaposés mais qui constituent un tout organisé. Percevoir et analyser le rôle des éléments constitutifs d'un reportage permet une compréhension fine du document.
Si l'on observe le tableau, l'interview du 2e éleveur se distingue nettement des autres interventions. Le lancement, le commentaire et l'interview, sans doute préparée, du responsable du FIDA ont l'organisation et la froideur des textes informatifs. À l'inverse, l'histoire familiale racontée par Justo Apaza Mamani est empreinte d'une chaleur humaine qui permet de visualiser les scènes évoquées dans son récit. L'interview de Justo a pour fonction d'illustrer et de confirmer les informations données par les autres intervenants du reportage et contrebalance l'impersonnalité des données factuelles, équilibrant ainsi la charge émotionnelle du document.

Un reportage est constitué de différents éléments (commentaires, images, interviews, etc.) qui ne sont pas simplement juxtaposés mais qui constituent un tout organisé. Percevoir et analyser le rôle des éléments constitutifs d'un reportage permet une compréhension fine du document.
Conception: Robert Angéniol, CAVILAM - Alliance française
Published on 02/10/2014 - Modified on 11/07/2019
Charlotte Le Grix de La Salle, présentatrice
Nous vous emmenons maintenant dans les Andes, en Bolivie. À plusieurs milliers de mètres d’altitude, les conditions de vie sont extrêmes et les ressources rares. Depuis toujours, la population a pu compter sur un animal : l'alpaga. Mais pour assurer sa survie, elle doit aujourd'hui préserver et développer cet élevage. Regardez !
Voix off
Les hauts plateaux de Bolivie. Voici l’offrande des guérisseurs kallawayas à leurs dieux, pour protéger leurs troupeaux. Car les alpagas et les lamas, domestiqués il y a des milliers d’années, sont aujourd'hui leur seule source de revenus. Explication de l’éleveur, Rufino Quispe.
Rufino Quispe, éleveur
Nous sommes à 4400 mètres au-dessus du niveau de la mer. Vous pouvez voir que c’est désert. Il n’y a pas beaucoup de pâturages. Et ce n’est pas possible de planter des cultures à cause du gel. Donc la seule chose à vendre, c’est l’alpaga.
Voix off
Avec le soutien du FIDA, le Fonds international pour le développement agricole de l'ONU, de nombreux agriculteurs modernisent aujourd'hui leurs méthodes d’élevage d’alpagas, à la fois pour protéger leur principale ressource, mais aussi pour répondre à la demande mondiale croissante de laine d’alpaga. Guillermo Villanelo, du FIDA.
Guillermo Villanelo, du FIDA
Pour les marchés, il est important de générer des volumes et de haute qualité, si l’on veut négocier un bon prix. Si nous n’améliorons pas les méthodes de production, tous ces agriculteurs vont migrer vers les ghettos pauvres de la ville.
Voix off
En 2007, le FIDA et le gouvernement bolivien ont lancé un projet de plusieurs millions de dollars pour aider ces milliers d’éleveurs. Ce qu’ils ont dû apprendre, par exemple, c’est la façon d’améliorer la continuité génétique et la santé de leurs troupeaux. Le savoir des Kallawayas en herbes médicinales a même été utilisé pour traiter les parasites de l’estomac. Justo Apaza Mamani a été l’un des premiers de sa communauté à être convaincu que les alpagas et les lamas pouvaient représenter l’issue pour sortir de la pauvreté.
Justo Apaza Mamani, éleveur
Je me demandais : pourquoi dois-je vivre dans une pauvreté extrême ? Souvent, nous n’avons rien à manger. J’ai parlé à mon père et je lui ai dit : pourquoi ne pas acheter d’autres animaux, avec de meilleures perspectives économiques ?
Voix off
La famille de Justo a alors commencé à élever ses alpagas en compagnie d’autres variétés supérieures du Pérou, afin de créer un troupeau plus sain. Justo a également sélectionné des animaux pour leur fourrure, une laine blanche. Il s’est rendu compte qu’elle se vendait à un meilleur prix sur le marché.
Justo Apaza Mamani, éleveur
La première fois que nous avons vendu 25 alpagas mâles, mon père a reçu une valise pleine d’argent. Il ne pouvait pas le croire. Nous sommes rentrés à la maison et je suis allé faire paître les animaux. Quand je suis revenu dans l’après-midi, mon père était encore en train de compter l’argent. Alors il a compris qu’élever les alpagas, c’était une bonne affaire.
Voix off
De nouveaux marchés, de nouveaux produits. Beaucoup pensent que les populations qui vivent ici depuis des milliers d’années ont un avenir ici, dans les hauts plateaux des Andes. Une réponse à leurs prières disent les Kallawayas.

Você também vai gostar