Courts métrages B2 Avançado

Alter ego

Retrouvez le sens des mots argotiques dans les extraits suivants.
Choisissez la réponse dans le menu déroulant Help on how to respond the exercice
CourtMetrage-AlterEgo-Video
  Mater quelqu'un, c'est le regarder|le juger|le séduire. Laisser balader les yeux c'est laisser son regard aller librement|fermer les yeux|regarder quelqu'un fixement.
  Une clope c'est une cigarette|une discussion|un repos. Se tailler c'est s'en aller|s'excuser|se taire.
  Les poteaux ce sont les amis|les parents|les professeurs.
  Un mec c'est un homme|un délinquant|un garçon timide.
  Un putain de taf c'est un très bon travail|un travail très ennuyeux|un gros mensonge.
  Cela aurait été con, c'est-à-dire bête|impossible|dangereux.

nbOk resposta(s) correta(s) de nb

Atenção

Réécoutez bien les répliques pour repérer le contexte dans lequel les expressions argotiques sont employées.

Parabéns!

Vous avez retrouvé le sens des expressions argotiques.
Attention, quand vous essaierez de les réutiliser : certaines sont familières, d'autres sont plus vulgaires.
Par exemple, « une clope », « un mec », « se tailler », « mater », « balader », vous pouvez les employer avec des amis ; ces expressions sont courantes et peu choquantes.
Mais « un putain de taf » et « con » risquent de choquer : ne les employez si possible qu'avec des amis très proches et avertis !
« Les poteaux » font référence à la langue employée dans les banlieues. Elles sont aussi une indication du milieu social de Nadir.
Pensez à noter ces expressions argotiques pour les mémoriser. Attention quand vous essaierez de les réutiliser : certaines sont familières, d'autres sont plus vulgaires.
Par exemple, « une clope », « un mec », « se tailler », « mater », « balader », vous pouvez les employer avec des amis, ces expressions sont courantes et peu choquantes.
Mais « un putain de taf » et « con » risquent de choquer : ne les employez si possible qu'avec des amis très proches et avertis !
« les poteaux » font référence à la langue employée dans les banlieues. Elles sont aussi une indication du milieu social de Nadir.
Conception: Margot Bonvallet, CAVILAM - Alliance française
Published on 26/02/2014 - Modified on 26/04/2019
Nadir :
Heu, excusez-moi ?! Je peux m’asseoir ?
Esther :
J’attends quelqu’un, en fait.
Nadir :
Ah, juste deux secondes ?! Juste deux secondes.
Vous avez du feu, s’il vous plaît ?
Esther :
Non.
Nadir :
Vous en avez, je vous ai vue fumer tout à l’heure. Heu, je vous matais pas (1 et 2), c’est juste que je vous ai trouvée belle, alors, j’ai laissé balader les yeux (2), quoi. Vous avez du feu ou pas ?
Esther :
Excusez-moi, j’ai un rendez-vous.
Nadir :
Vous inquiétez pas (1), la vérité, je reste deux secondes, le temps de la clope (2), et puis j’me taille (2).
Enfin, si je trouve du feu.
Non, je vais pas (1) vous embêter, en fait. En fait, je suis pas (1) du quartier, voyez, et je cherche un cybercafé, vous savez pas (1) où je peux trouver un cybercafé ?
Esther :
Hmmm
Nadir :
Un cybercafé pour aller sur Internet ?!
Esther :
Non, je sais pas (1). Mais vous devriez aller demander au gardien à l’entrée du parc, là-bas.
Nadir
Ah. Parce qu’en fait, le truc, c’est que je veux aller sur un site de rencontres. Grave la balle (2), les sites de rencontres, je sais pas (1) si vous y allez, mais…
Esther :
Pardon ?
Nadir  :
Sur les sites de rencontres, vous y allez, ou… ?
Esther :
Non.
Nadir :
Ah… Paraît (3) que c’est pas mal, hein ?! Enfin, moi je sais pas (1), c’est des poteaux (2) ; ils m’ont conseillé « aç » parce que j’ai du mal à rencontrer des filles dans la vie et …
Parce qu’en plus, ce qui est bien avec Internet, c’est qu’on sait pas (1) qui c’est qu’est à l’autre bout (4), voyez ? On se voit pas (1), et du coup, on peut arranger un peu la réalité… et…
Z’en pensez quoi, là, de c’que j’viens de dire, là ?
Esther :
Comment ?
Nadir :
Mentir sur Internet pour s’arranger, vous en pensez quoi ?
Esther :
Non, c’est pas (1) bien de mentir.
Nadir:
Bah ouais, mais quand… Ouais. Ouais mais quand même… J’imagine ce serait plus facile pour un mec comme moi si j’me ferais (5) passer pour un autre… Quand même… J’sais pas (1)… Par exemple, par exemple : par exemple au lieu de dire que j’habite dans le 93, j’dis que j’habite à Neuilly, déjà ça passe mieux, ça… Hein ? Et puis, que genre j’ai un putain de taf (2), genre : architecte. Et puis que je m’appelle… heu… Je sais pas… par exemple… Pierre-Louis ? 
(…)
Attendez,
Esther, attendez, attendez. Esther ! Attendez, attendez, attendez !
Esther :
Lâchez-moi ! Vous m’avez menti !
Nadir :
C’est vrai, j’ai un peu menti, mais… Vous aussi, vous êtes différente un peu en vrai quand même.
Esther :
Mais moi au moins, j’ai mis une vraie photo de moi !
Nadir:
Si j’avais mis ma vraie photo, vous seriez pas venue, alors… Et comme on s’entendait bien et tout sur Internet… Ça aurait été con (2), hein ?
Esther :
Moi, c’est avec Pierre-Louis que je m’entendais bien.
Nadir :
Pierre-Louis c’était moi ! Sauf que je m’appelle Nadir en fait, mais…
Esther :
C’est très mal ce que vous avez fait.

(1) : à l'oral, la première partie de la négation n'est pas toujours prononcée.
(2) : expressions argotiques
(3) : Il paraît que...
(4) : On ne sait pas qui est à l'autre bout
(5) : ce serait plus facile si je me faisais passer...

Você também vai gostar