Kiosque, C'était il y a B1 Intermediário

Il y a 40 ans, la création de l'Organisation internationale de la Francophonie

Écoutez les sons. Repérez si les terminaisons en -ent sont prononcées ou non. Puis, dites à quelle forme les mots proposés appartiennent.
Choisissez la réponse dans le menu déroulant Help on how to respond the exercice
Cetait-oif-video
 militent : forme verbale|nominale|adverbiale
 finalement : forme adverbiale|verbale|nominale
 considérablement : forme adverbiale|verbale|nominale
 rassemblent :  forme verbale|nominale|adverbiale régulièrement : forme adverbiale|verbale|nominale
 environnement : forme nominale|adverbiale|verbale

nbOk resposta(s) correta(s) de nb

Atenção

Écoutez chaque son. Repérez les mots qui précèdent et qui suivent pour vous aider à choisir la forme qui convient.
Quand il s'agit de la forme verbale, la terminaison -ent ne se prononce pas.

Parabéns!

Cette activité vous permet d'évaluer votre capacité à reconnaître la catégorie de chaque mot qui se termine en -ent.
Dans cette activité, il s'agissait d'attirer votre attention sur des mots qui se terminent de façon identique et qui n'appartiennent pas à la même catégorie de mots. La prononciation peut varier aussi :
- "ent" ne se prononce pas quand il s'agit d'un verbe (conjugué à la troisième personne du pluriel),
- "ent" se prononce quand il s'agit d'un nom ou d'un adverbe (construit à partir de l'adjectif au féminin auquel on ajoute "-ment").
Conception: Frédérique Gella, CAVILAM - Alliance française
Published on 01/08/2013 - Modified on 12/01/2017
Le mot « francophonie » est inventé à la fin du XIXe siècle par le géographe français Onésime Reclus. Comme nombre d'humanistes,  il croit à une expansion coloniale civilisatrice et considère la langue comme le socle des empires. Oubliée, l'expression renaît dans les années 60, cette fois-ci sous la plume d'intellectuels des anciennes colonies devenues indépendantes, qui militent pour la création d'une communauté francophone. Selon le Sénégalais Senghor, il s'agissait d'édifier un Commonwealth à la française.
Mais la France est alors réticente. À un système multilatéral, elle préfère l'établissement de relations bilatérales avec ses anciens territoires. La francophonie s'organise donc d'abord de façon associative entre le Québec et l'Afrique, presque en marge de l'Hexagone. En 1970, la proposition des chefs d'État africains et du Cambodgien Sihanouk conduit finalement à la création de l'Agence de la coopération culturelle et technique et à un premier sommet à Niamey, au Niger.
Il faudra attendre l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, dix ans plus tard, pour que la francophonie institutionnelle se développe considérablement et devienne un outil de la diplomatie française. À partir du milieu des années 80, des sommets rassemblent régulièrement la famille francophone et, en 1997, elle se dote d'une structure politique : l'Organisation internationale de la francophonie, avec un secrétaire général élevé à un quasi-rang de chef d'État.
Entre temps, le discours sur la francophonie a évolué. De la défense du français comme langue universelle, l'institution est passée à la promotion de la diversité culturelle, au dialogue des cultures et même aujourd'hui, à la sauvegarde de l'environnement.

Você também vai gostar