Destination Francophonie A2 Básico

Destination Kiev

Dans ce numéro, Destination Francophonie présente un événement qui se passe à Kiev. L'objectif de l'exercice n°1 est de comprendre... les imagesRegardez la vidéo, et replacez les six éléments au bon endroit.
DestinationFrancophonie-KIEV-video

0'00 - 0'21 : Images de la ville de Kiev, de ses églises, de ses habitants
0'21 - 0'29 : Images d'un événement dans une grande salle (deux jeunes parlent au micro)
0'29 - 0'46 : Plateau de l'émission et le journaliste Ivan Kabacoff
0'46 - 1'25 : Des jeunes parlent, travaillent en équipe, écrivent des idées
1'25 - 1'33 : Retour sur le plateau de l'émission
1'33 - 2'58 : Interview du coordinateur du Parlement européen des jeunes en Ukraine
2'58 - 2'16 : Interview d'une participante au Parlement européen des jeunes en Ukraine
2'16 - 2'37 : Interview de l'Ambassadrice de France en Ukraine
2'37 - 2'47 : Studio d'enregistrement de l'émission
Émilie Lehr, formatrice labellisée TV5MONDE

nbOk elemento(s) correto(s) de nb

Atenção

Conseil n°1 : la vidéo va trop vite ? Faites des pauses. Arrêtez la vidéo à 0'21, puis 0'29, puis 0'46, etc.
Conseil n°2 : des mots de l'exercice vous bloquent ? Cliquez deux fois sur un terme pour avoir une traduction. 

Parabéns!

Vous avez une vue d'ensemble (= une image générale) de l'émission. 

Maitenant, faites des hypothèses : 1) Que font ces jeunes gens ? 2) De quels pays viennent ces jeunes ?  3) Quel est l'événement ?

À savoir : le studio d'enregistrement s'appelle aussi un plateau, l'espace où le présentateur (Ivan Kabacoff) présente son émission (Destination Francophonie).

L'émission peut être découpée en 10 petites parties.
Prenez le temps de lire les solutions.

Les images donnent déjà des informations sur Kiev (il y a beaucoup d'églises), sur l'événement (les participants sont jeunes, ils travaillent en équipe, ils parlent en public).

Avant de passer à l'exercice 2 ⇒ regardez encore une fois la vidéo, puis lisez les solutions.
Voix off

Cette semaine, Destination francophonie vous emmène à Kiev, la capitale de l’Ukraine.

 

Kiev, c’est le berceau de la civilisation slave orientale, visible partout dans la ville avec ses églises orthodoxes aux bulbes dorés.

Kiev, c’est aussi la dernière frontière de l’Europe de l’Est. Une partie de ses habitants regarde aujourd’hui vers l’Ouest en espérant un avenir dans l’Union européenne. C’est d’ailleurs à Kiev que de jeunes Ukrainiens ont décidé d’organiser pour la première fois une simulation d’une session du Parlement européen, et tout cela, en français.

 

Ivan Kabacoffprésentateur de l’émission

Bonjour. L’idée d’organiser cette simulation en français du Parlement européen a germé dans l’esprit d’un jeune Ukrainien, Alexandre, invité cet été au Forum mondial de la langue française à Liège par l’office franco-québécois pour la jeunesse.

À son retour en Ukraine, il a mobilisé les institutions, notamment l’Ambassade de France, pour faire venir à Kiev une centaine de jeunes francophones de tout le pays, mais aussi des Français, des Moldaves ou encore des Roumains. Le but : débattre en français pendant quatre jours sur les conséquences du réchauffement climatique que ce soit dans le domaine de l’agriculture ou celui de l’industrie. Tous sont réunis jour et nuit au sein de commissions de travail. Ils échangent leurs points de vue, proposent leurs solutions, et rédigent un livret de résolutions qui sont négociées lors d’une simulation de Parlement européen, à la mairie de Kiev. Ici, les jeunes font entendre leur voix, en français. Ils expriment aussi leur foi dans le débat démocratique dans une Europe dont ils veulent se sentir plus que jamais parties prenantes.

J’ai pu entrer dans ces commissions et c’est vraiment une expérience incroyable. C’est pour les jeunes Ukrainiens une tout autre approche de la langue française, regardez.

 

Oleksandr UtsymenkoCoordinateur de Parlement européen des jeunes en Ukraine

J’avais vraiment cette envie de montrer que les Ukrainiens aussi peuvent parler français, et peuvent communiquer en français et réfléchir en français. Donc à travers ces discussions académiques, à travers les jeux qu’on veut faire, le français est devenu quelque chose dont on réfléchit d’abord et on dit après. On a des nationalités différentes et donc des cultures différentes, et c’est à travers le français que cette symbiose va se créer.

 

Maria Glouchtchenlo, professeure de français et participante au Parlement européen des jeunes en Ukraine

Le fait d’utiliser seulement la langue française nous a permis de plonger dedans, complètement, même pour ceux qui n’ont pas assez de mots de lexique, cela leur permet d’en avoir, d’en retenir, et c’est une très bonne chose ça.

 

Isabelle Dumont, ambassadrice de France en Ukraine

Négocier en français, ça va leur ouvrir des portes pour devenir peut-être négociateur, diplomate ou même dans le commerce. Maîtriser le français, une langue parlée tout autour du monde, c’est pour eux la capacité à l’avenir à aller à l’étranger, à aller dans d’autres pays, parler en français et pouvoir influencer d’autres personnes.

 

Ivan Kabacoffprésentateur de l’émission

Vous retrouverez l’intégralité de ces témoignages sur notre site. Nous, on se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle destination. D’ici là, bonne semaine à tous sur la planète francophone.

Você também vai gostar