Diplôme de français des relations internationales B1 중급

Le(s) temps de la diplomatie

Pierre Vimont l’affirme : « La réponse de l’Europe est lente ». Mais pour quelles raisons ?
Écoutez l’extrait et retrouvez les explications données par le diplomate.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
FRI-Internationales-Vimont-B1-Video
 Dans son explication de la lenteur de la diplomatie européenne, Pierre Vimont évoque plusieurs raisons.
La première raison qu’il donne se trouve dans le fonctionnement même des institutions. Il donne l’exemple de la mesure sur les garde-frontières. La proposition a d’abord été soumise par la Commission européenne ; elle a ensuite été regardée par le Conseil européen qui a donné un premier avis. Suite à cela, le Parlement européen doit lui aussi donner son avis. Et toutes ces étapes prennent du temps.

Une autre explication est que l’Europe a des règles de droit qu’elle doit nécessairement appliquer.
Enfin – et c’est une explication non négligeable – la crise à laquelle l’Europe doit faire face est inédite. Pierre Vimont insiste d’ailleurs sur l’ampleur de cette crise qui fait qu’aucun État ne peut la régler comme ça, seul, en un claquement de doigts.
[nbOk]개 중 제 자리에 놓은 항목 [nb]개
다시 풀어보세요
N’hésitez pas à faire des pauses lors de l’écoute.
참 잘했어요!
Vous comprenez maintenant mieux pourquoi « la réponse de l’Europe est si lente, comme toujours » (c'est Pierre Vimont qui le dit).
Passez à la dernière activité pour voir la relation entre le vocabulaire utilisé dans un discours et l’effet qu’on cherche à produire.
Cette activité vous permet de comprendre pourquoi la réponse de l’Europe demande autant de temps.
Lisez la correction puis faites la dernière activité pour voir la relation entre le vocabulaire utilisé dans un discours et l’effet qu’on cherche à produire.
Conception: Hélène Emile, CAVILAM - Alliance française, avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 24/02/2016 - Modified on 07/02/2020
Philippe Dessaint, journaliste TV5MONDE
Pierre Vimont, lorsque l’on regarde les images de ce dossier donc sur la réponse de l’Union européenne à cette migration massive, on constate qu’il n’y a pas justement de réponse des 28. Chaque État membre, au fond, a sa propre politique, que ce soit la Hongrie et ses barbelés ou l’Allemagne qui accueillait. Qu’est-ce que… quelle est la réponse de l’Europe pour vous, celle dont vous étiez en charge, ou quelle vous semble être la réponse la plus pertinente ?

Pierre Vimont, ambassadeur de France
D’abord merci de m’avoir invité.

Philippe Dessaint, journaliste TV5MONDE [en off]
On est heureux de vous recevoir.

Pierre Vimont, ambassadeur de France
Et je crois que la réponse de l’Europe comme toujours elle est lente, elle est laborieuse. L’Europe n’anticipe pas suffisamment les crises qu’elle affronte. Il lui faut du temps. Mais peu à peu s’ébauche quelque chose qui commence à ressembler à une politique de l’immigration. Et c’est un peu ce que disait votre reportage qui soulignait les différents points qui sont sur lequel1 actuellement l’Europe travaille : contrôle aux frontières, renforcement du contrôle aux frontières, les fameux hot spots, les centres d’accueil – il n’y en a que deux, il en faudrait beaucoup plus – etc. Tout ça, c’est vrai, mais les choses avancent. Après avoir un peu tâtonné, les États membres ont à peu près compris les points sur lequel2 il fallait qu’ils travaillent et commencent à le faire. Et il faut comprendre que ça prend du temps. Dans votre reportage vous disiez – et c’est vrai d’ailleurs – que l’Europe n’avait pas encore pris de décision sur les gardes-frontières, mais les garde-frontières, c’est une proposition de la Commission qui a été faite mardi dernier . C’est une proposition que le Conseil européen a regardée, a fait, a donné un premier avis. Il faut maintenant aller dans le détail. Il faut que le Parlement donne son avis et ça va prendre du temps. 

Philippe Dessaint, journaliste TV5MONDE
Oui, mais il y a une urgence puisque 4000 personnes arrivent quotidiennement. 

Pierre Vimont, ambassadeur de France
Bien sûr.

Philippe Dessaint, journaliste TV5MONDE
Encore des naufrages et des noyés cette nuit. C’est cette différence de perception dans les opinions publiques entre l’urgence absolue et cette Europe diplomatique et politique qui prend son temps, sur plusieurs mois.

Pierre Vimont, ambassadeur de France
Oui, mais c’est parce que l’Europe, elle a des règles. Elle a des règles de droit et il faut qu’elle les applique et que ce qui se passe c’est qu’en face, on a une crise qui est une crise d’une dimension et d’une ampleur qu’on n’a jamais vues. Quand on dit il y a, il y aura à la fin de l’année plus d’un million de réfugiés et d’immigrés qui se seront présentés aux portes de l’Europe, ce qu’il faut voir c’est qu’en réalité, l’essentiel de ce million est arrivé dans les six derniers mois, depuis l’été. C’est des proportions, ces 4000 à 6000 personnes qui frappent aux portes de l’Europe chaque jour, c’est des proportions qui aucune, aucune, aucun État membre ne peut régler comme ça. Et donc vous avez l’opposition entre un temps court, la pression qui est là, et le temps long qui est généralement celui de l’Europe. Et il faut arriver à trouver un compromis entre les deux.


1et : forme correcte : "les points sur lesquels..."

이런 것을 좋아하실 수도 있을 거에요...