Diplôme de français des relations internationales B1 중급

Les facteurs de la croissance africaine

La croissance économique d'un pays est étroitement liée à l'évolution de sa population. Pour découvrir ces liens en Afrique, écoutez la vidéo et dites si les phrases sont vraies ou fausses.
Choisissez la réponse dans le menu déroulant Help on how to respond the exercice
FRI-DDC-AfriqueCroissance-B1-Video
- Le premier facteur à prendre en compte est la démocratie. Faux|Vrai
- En 2050, les Africains représenteront le même pourcentage de la population mondiale active que les Chinois en 2005. Vrai|Faux
- En 2010, Lagos et Kinshasa étaient des agglomérations de près de deux millions d’habitants. Faux|Vrai
- En 2025, Le Caire sera toujours la ville la plus peuplée en Afrique. Faux|Vrai
- La classe moyenne représente un tiers de la totalité de la population africaine. Vrai|Faux
- Le Nigéria, l'Afrique du Sud, le Kenya, le Ghana sont des pays où les classes moyennes sont en faible croissance. Faux|Vrai
- Les classes moyennes représentent un nouveau marché pour les entreprises africaines. Vrai|Faux
[nbOk]개 중 정답 [nb]개
다시 풀어보세요
Pour vous aider, vous pouvez lire la transcription du document.
Les phrases proposées suivent l'ordre de la présentation.
참 잘했어요!
Vous avez compris la présentation dans ses moindres détails.

Voilà pourquoi certaines phrases sont fausses :
- Le premier facteur à prendre en compte est la démographie.
- En 2010, Lagos comptait dix millions d’habitants et Kinshasa neuf millions.
- En 2025, Lagos et Kinshasa seront les villes les plus peuplées en Afrique devant le Caire.
- Le Nigéria, l'Afrique du Sud, le Kenya, le Ghana sont des pays où les classes moyennes sont en pleine croissance.

Pour enrichir votre lexique, vous pouvez faire l'activité suivante.
Pour vous aider à mieux comprendre la correction, voilà pourquoi certaines phrases sont fausses :
- Le premier facteur à prendre en compte est la démographie.
- En 2010, Lagos comptait dix millions d’habitants et Kinshasa neuf millions.
- En 2025, Lagos et Kinshasa seront les villes les plus peuplées en Afrique devant le Caire.
- Le Nigéria, l'Afrique du Sud, le Kenya, le Ghana sont des pays où les classes moyennes sont en pleine croissance.

Pour enrichir votre lexique, vous pouvez faire l'activité suivante.
Conception: Murielle Bidault, CAVILAM - Alliance française avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 22/06/2016 - Modified on 07/02/2020
Jean-Christophe Victor, présentateur
Quels sont les facteurs qui expliquent cette croissance ?
La première réalité à prendre en compte, c'est la démographie. En 2005, la région comptait 770 millions d’habitants. En 2050, elle pourrait compter deux milliards d'habitants. Conséquence : les Africains qui représentaient 12 % de la population mondiale active en 2005, en représenteront alors 22 % en 2050. Les Chinois en représentaient 22 % en 2005, ils n'en représenteront plus que 14,5 % en 2050. La population de l’Afrique subsaharienne est concentrée dans les zones urbaines. Vous voyez ici les agglomérations de plus de deux millions d'habitants en 2010. Lagos, au Nigéria, et Kinshasa, capitale de la RDC, sont les deux plus grandes villes d'Afrique subsaharienne. Lagos va passer de dix millions d'habitants en 2010 à 16 millions en 2025. Kinshasa, de 9 millions en 2010, à 15 millions en 2025. Elles deviendront alors les deux plus grandes mégapoles d'Afrique, devant Le Caire.
En 2030, le taux d'urbanisation de l'Afrique subsaharienne devrait atteindre 50 %. On a donc une population qui augmente rapidement, qui est jeune, qui est urbaine ; c'est pourquoi il y a un marché intérieur plutôt dynamique.
Mais en plus, il y a une nouvelle classe de consommateurs qui émerge. En 1980, en Afrique, 111 millions de personnes appartenaient aux classes moyennes. En 2010, c'est 313 millions de personnes, soit trois fois plus, ce qui représente à peu près un tiers de la totalité de la population du continent. Le Nigéria, l'Afrique du Sud, le Kenya, le Ghana figurent parmi les pays dont les classes moyennes sont en pleine croissance. Et ces classes moyennes, dont le pouvoir d'achat oscille entre deux et vingt dollars par jour, sont autant de consommateurs potentiels pour les entreprises locales. On a donc l'émergence d'un capitalisme proprement africain, qui investit lui-même sur le continent.

이런 것을 좋아하실 수도 있을 거에요...