Diplôme de français des relations internationales B2 上級

La francophonie : une forme de colonisation ?

Dans un tour du monde de la francophonie, nous nous arrêtons en Polynésie pour débattre du concept.
Regardez et écoutez le reportage, les points qui y sont abordés sont listés ci-dessous. Pourrez-vous les remettre dans l'ordre de la vidéo ?
FRI-B2-Francophonie-video


Définitions de la francophonie.
Statut officiel de la langue française en Polynésie.
Avis de la population locale.
Historique de la langue française en Polynésie.
État des lieux linguistique et culturel de la Polynésie.
Position d'une écrivaine polynésienne sur la question.
Rémy Thomas, Alliance française de Bruxelles-Europe
正しい順番に並んでいる部分もある。その部分をまとめて表示するので、もう一度やってみよう。

残念!

Observez les images, elles peuvent vous aider. Par exemple, la partie historique est illustrée d'images d'archive.

正解!

La Polynésie est un ensemble d'îles situées au milieu du Pacifique, entre l'Amérique du sud et l'Australie. Suite à différents événements, une partie de ces territoires est francophone. Étudiez de cette histoire dans l'exercice suivant.
La Polynésie est un ensemble d'îles situées au milieu du Pacifique, entre l'Amérique du sud et l'Australie. Suite à différents événements, une partie de ces territoires est francophone. Étudiez de cette histoire dans l'exercice suivant.
Voix off
La francophonie, ensemble de peuples francophones, parlant le français ou encore, ensemble de pays où le français est une langue dominante, voire officielle. Avec les millions de francophones recensés aujourd’hui dans le monde, le français fait figure de mastodonte dans le paysage linguistique mondial. Elle serait aujourd’hui la neuvième la plus parlée sur la planète. Comme collectivité d’Outre-mer, la Constitution française s’applique aussi en Polynésie et le français y est la seule langue officielle. La loi Toubon du 4 août 1994 précise dans son article premier : « Langue de la République en vertu de la Constitution, la langue française est un élément fondamental de la personnalité et du patrimoine de la France. Elle est la langue de l’enseignement, du travail, des échanges et des services publics. Elle est le lien privilégié des États constituant la communauté de la francophonie. » Comme c’est expliqué dans la loi, le français est la langue de l’administration, de l’enseignement et des échanges. D’autres langues sont parlées mais aujourd’hui, elles n’ont pas un statut officiel. Le gouvernement de la Polynésie a fait l’objet d’un essai en 1981, lorsque la langue tahitienne a été déclarée officielle à côté du français. Mais la révision de la Constitution française de 1992 a effectivement révoqué le statut officiel de la langue tahitienne. La langue de la République est uniquement le français. 
Première personne interviewée
Ça pose un problème parce que on est chez nous, quand même ! C’est notre pays, c’est notre culture, c’est notre langue, voilà. Je vois pas pourquoi, enfin, je sais pas pourquoi ça ce n’est pas la langue officielle. 
Voix off
C’est d’abord, en 1847, que la langue française est instaurée à Tahiti, lors du protectorat imposé à la reine Pomaré IV. Elle est alors la langue de l’administration. En 1880, elle devient langue officielle, lorsque le pays fut annexé par la France. 
Deuxième personne interviewée
La Polynésie se situe d’une manière un peu spécifique parce que, pour reprendre un livre de Bruno Saura, et c’est la thèse qu’il développe, il y a encore ici de la colonisation. La Polynésie n’est pas encore totalement décolonisée, ce qui est le cas de l’Afrique. 
Voix off
Mais, aujourd’hui, c’est un fait, et le français est compris, parlé, lu et écrit par plus de 94 % de la population locale, selon le recensement effectué en 2012. Il est dit que chaque langue porte une culture et une identité, mais les Polynésiens ne sont pas biculturels et très peu sont parfaitement bilingues. L’acculturation a été telle qu’ils n’ont pu s’approprier cette culture française. Aujourd’hui, seule la culture polynésienne est enracinée ici. En Polynésie, la francophonie est déclinée sous plusieurs formes. La francophonie littéraire est bien plus manifeste grâce aux écrivains locaux. Mais, là aussi, le passé historique est encore bien présent dans les esprits et pousse certains auteurs à définir la francophonie comme une forme de colonisation culturelle. 
Deuxième personne interviewée
Chantal Spitz, par exemple, est assez violente dans ses écrits et elle dit, elle a écrit un beau texte, en particulier, où elle dit : « Je parle français mais, dans ma tête, je ne suis pas française. Je ne suis pas de culture française, je suis de culture polynésienne. Et ça, j’y tiens et, pour cette raison, je ne veux pas être dans la francophonie parce que la francophonie, c’est une forme de colonisation culturelle. » 
 

You may also like...