Post scriptum B2 上級

Charles Baudelaire

Écoutez attentivement les informations données sur Jeanne. Choisissez la ou les réponses correctes pour mieux connaître ce personnage important dans la vie de Charles Baudelaire.
PostScriptum-Baudelaire-Video


Jeanne est connue sous les noms suivants :
(2 réponses)
Jeanne Lemaire.
Jeanne Duval.
Jeanne Lemer.
Jeanne Prosper.
De ses origines, on pense qu'elle était...
Mulâtre, native de Saint-Domingue.
Métis, de Madagascar.
Née d’un père Blanc et d’une mère Noire en Afrique-du-Sud.
On sait de Jeanne …
(2 réponses)
qu'elle était comédienne de seconds rôles.
qu'elle possédait un charme apprécié par les peintres.
qu'elle a joué au théâtre sous le nom de scène Berthe.
que sa liaison avec Baudelaire a duré 15 ans.
Lorsque Baudelaire écrit sa « lettre du suicide », il…
(2 réponses)
veut laisser tout ce qu’il possède à Jeanne.
avoue à Jeanne qu’elle a été son unique source d’inspiration.
évoque surtout l’effet négatif que Jeanne a eu sur sa poésie.
considère Jeanne comme le seul être humain qui l’ait compris.
Pour Baudelaire, Jeanne représentait…
(2 réponses)
une veuve noire.
sa muse et son poison.
sa Vénus noire.
un serpent qui danse.
une chevelure.
Stéphanie Bara, CAVILAM - Alliance française
nb問中nbOk問正解。
残念!
Vous avez un doute sur vos réponses ? Parcourez très rapidement, en lecture diagonale, la page de Wikipédia consacrée à Jeanne Duval.
Réécoutez ensuite l'émission avant de valider vos réponses.
正解!
Lisez quelques poèmes de Charles Baudelaire, vous y sentirez peut-être l'influence de Jeanne Duval.
Lisez quelques poèmes de Charles Baudelaire, vous y sentirez peut-être l'influence de Jeanne Duval.
Derrière chaque manuscrit se cache une histoire...
Poète maudit et incompris, Charles Baudelaire a 24 ans lorsqu’il écrit cette lettre, datée du 30 juin 1845 et dans laquelle il annonce à son notaire son intention de mettre fin à ses jours. Connu sous le nom de « lettre du suicide », ce manuscrit est intéressant à plus d’un titre. Non seulement Baudelaire y exprime son mal-être, non pas lié à son endettement mais bien à son spleen, mais surtout, il y évoque sa relation conflictuelle avec sa famille et son amour pour Jeanne Lemaire.
Peu de temps auparavant, Baudelaire a été placé sous curatelle* par ses proches, pour sa vie fantasque*, débauchée* et dispendieuse*. Or, sur les pages de ce manuscrit, l’écriture de Baudelaire est parfaitement compréhensible et, malgré quelques ratures, on sent un homme en pleine possession de ses moyens intellectuels. Baudelaire se sent donc humilié d’être ainsi traité par sa famille, en particulier par sa mère, avec qui il entretint toujours une relation tumultueuse, et ne lui pardonnant pas de s’être remariée alors qu’il n’avait que 7 ans.
À l’heure où il écrit ces lignes, le seul réconfort que trouve Baudelaire est dans les bras de Jeanne Lemaire. Alors qui est-elle cette Jeanne Lemaire qui se fera appeler plus tard Jeanne Duval ? Sans doute native de Saint-Domingue, elle sera la Vénus noire de Baudelaire. Mulâtre*, comédienne de seconds rôles, possédant un charme certain, comme représenté sur un tableau de Manet, Jeanne Lemaire sera à la fois la muse et le poison de Baudelaire. Ils se rencontrent en mai 1842 et leur liaison, faite de passion et de haine, de ruptures violentes et de réconciliations enflammées, durera jusqu’à la mort de Baudelaire, en 1867. Mais en écrivant cette lettre, en juin 1845, alors qu’il projette de se tuer, Baudelaire voit en Jeanne Lemaire la seule femme, le seul être humain qui l’ait compris et c’est à elle qu’il veut tout laisser. C’est vers elle que vont ses dernières pensées.
Finalement le coup de couteau que se donnera Baudelaire ne sera qu’une égratignure ; il continuera à promener son spleen* de nombreuses années encore et écrira quelques-unes des plus belles pages de la poésie française.
 
*Placer sous curatelle : mettre sous protection juridique, gérer l’argent et les biens d’une personne inapte à le faire elle-même.
*Fantasque : qui est sujet à des idées bizarres, fantaisistes.
*Débauchée : libertine.
*Dispendieuse : qui coûte très cher, onéreuse.
*Mulâtre : métis issu de l’union d’un Blanc avec une Noire ou d’un Noir avec une Blanche.
*Allusion au Spleen de Paris, recueil de poèmes de Charles Baudelaire. Anglicisme qu’on pourrait traduire par « mélancolie ».

こちらもお気に召すかもしれません...