Shamengo B1 中級

Suisse-Cambodge : des sacs alimentaires recyclés

Quelles ont été les grandes étapes de la construction de ce projet ?
Écoutez le reportage et retrouvez l'ordre dans lequel ces informations sont données.
Shamengo-Poissons-NinaRaeber-video


À Phnom Penh, elle découvre les sacs usagés d'aliments pour poissons.








Elle achète ces sacs d'aliments pour les transformer en sacs à main. 
Pour réaliser ces sacs, elle s'adresse à une association de réinsertion.  
Au début, cette association trouve ce projet bizarre. 

Mais les sacs se vendent très bien à l'exportation. 

Le succès à l’exportation a été un argument face aux doutes.

Aujourd'hui, les pêcheurs revendent leurs sacs pour gagner de l'argent. 
Margot Bonvallet, CAVILAM - Alliance française
正しい順番に並んでいる部分もある。その部分をまとめて表示するので、もう一度やってみよう。
残念!
Les images sont une aide. Reprenez votre écoute et faites des pauses pour prendre le temps de répondre.
正解!
Vous avez retrouvé l'ordre des étapes de ce projet.
Pourquoi ce projet est-il spécial ? Faites l'activité suivante pour le savoir ! 

Lisez bien la solution, elle vous donne l'ordre des étapes de ce projet. 
Pourquoi ce projet est-il spécial ? Faites l'activité suivante pour le savoir ! 
Voix off
Nina Raeber, créatrice d’accessoires en sacs d’aliments pour poissons, Lausanne, Suisse.
Cette créatrice de bijoux, expatriée pendant 6 ans à Phnom Penh, découvre en 2004 que des boutiques du centre-ville vendent des sacs usagés d’aliments pour poissons d’élevage.
Nina Raeber, créatrice d’accessoires en sacs d’aliments pour poissons
Ce que je trouve extraordinaire, c’est le soin qui est mis au graphisme d’un packaging de nourriture pour poissons. Ben c’est là que j’ai commencé à en acheter 5, 6, 10… afin de voir comment je pouvais les transformer pour en faire un sac.
Voix off
Des sacs produits éthiquement, c’est le souhait de Nina qui s’adresse à une association spécialisée notamment dans la réinsertion de femmes échappées des réseaux de prostitution.
Nina Raeber, créatrice d’accessoires en sacs d’aliments pour poissons
Quand ils ont vu mon projet, quand je leur ai demandé de produire ce sac pour moi, ils étaient un peu abasourdis, ils se disaient : mais qui c’est qui va acheter une horreur pareille ? C’est quand même des poubelles… Et, petit à petit, ça a fait son chemin.
Voix off
L’argument de poids : le succès des ventes à l’exportation.
Nina Raeber, créatrice d’accessoires en sacs d’aliments pour poissons
La Suisse, évidemment, c’est mon premier marché, comme je viens de là. Et ça fait maintenant 7 ans que je vends ces sacs et ça marche toujours aussi bien. Et je pense qu’ils aiment ce côté léger, sympa, drôle, exotique.
Voix off
Et écologique. Même si les clients ne le savent pas toujours.
Nina Raeber, créatrice d’accessoires en sacs d’aliments pour poissons
C’est vrai que dans le recyclage, y’a plus de manutention. Ces étapes-là, c’est pas des étapes qui sont très productives pour l’atelier. Enfin, c’est ça qui est intéressant aussi, c’est la revalorisation d’un matériau.
Voix off
Aujourd’hui, les pêcheurs cambodgiens, de plus en plus tournés vers l’élevage de poissons, sont les premiers à revendre ces sacs pour se faire un peu d’argent de poche.
Nina Raeber, créatrice d’accessoires en sacs d’aliments pour poissons
Je pense que c’est important de montrer que ça marche, qu’on peut faire du business en respectant tous les partenaires liés au projet.
Voix off
Alors, partant pour faire son marché avec un cabas exotique ?
 
Participez à l’aventure de nos pionniers « Shamengo ».

こちらもお気に召すかもしれません...