7 jours sur la planète B2 Avancé

Un festival pour retrouver le sourire

Concentrons-nous maintenant sur les trois intervenants.
Écoutez le reportage et glissez-déposez les idées exprimées dans la colonne de leur auteur.

Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
7jours-160219-RDV-video
Le désir d'initier les plus démunis à la culture.
La volonté de faire connaître sa propre culture mais aussi celle d'autres horizons.
Le bonheur de faire participer le plus grand nombre.
Le plaisir éprouvé à voir les gens s'approprier ce festival.
Le message envoyé aux terroristes.
La volonté de continuer à vivre, à s'exprimer, à s'aimer.
La détermination à démocratiser, décentraliser l'art.

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Les idées sont des reformulations des propos des intervenants.

Bravo

Le reportage n'ayant plus de secret pour vous, que diriez-vous de vérifier vos connaissances lexicales ?
Faites l'activité suivante.
Lisez la solution pour retrouver les idées exprimées par chaque intervenant.
Puis faites l'activité suivante pour enrichir vos connaissances lexicales.
Conception : Magali Foulon-Delcombel, CAVILAM - Alliance française
Publié le 19/02/2016 - Modifié le 22/02/2017
Voix off

Tout commence par la traditionnelle parade. Des centaines de personnes suivent échassiers et marionnettes géantes au son de la fanfare. Pendant quatre jours, les artistes investissent les quartiers, les orphelinats, les villages alentours. Un moment festif et populaire car c’est bien là l’esprit de ce festival atypique : démocratiser la culture pour tous.

Ezéchiel Wendtoin, artiste

On permet aux couches défavorisées, à toute personne sans distinction, de pouvoir vivre la culture, de pouvoir vivre, et ce qu’ils ont dans leur pays et ce qui vient de l’extérieur aussi.

Voix off

Les artistes, eux, s’approprient des espaces inédits, loin des scènes de spectacle habituelles. Priorité est donnée au public, notamment les plus jeunes.

Alif Naabaartiste et parrain du festival

Il y a un truc qui est incroyable, c’est que le public, il est participatif. Quand vous prenez le quartier de Gounghin, les familles participent. C’est-à-dire que tout le quartier participe. C’est là la différence de ce festival. Et ça, ça me parle beaucoup plus parce qu’en fait, les gens s’arrachent. Ils occupent, ils prennent ça pour eux.

Voix off

Des sourires se dessinent sur les visages comme une renaissance après l’attaque terroriste qu’a vécu Ouagadougou il y a un mois. Malgré les craintes, les organisateurs ont tenu à maintenir le festival en signe de lutte.

Boniface Kagambegadirecteur du festival

Il faut qu’on puisse dire aux terroristes qu’on n’a pas peur. Ils vont pas nous empêcher de vivre notre culture. Ils vont pas nous empêcher de nous aimer, de nous retrouver. Ils vont pas nous empêcher de démocratiser, de décentraliser l’art.

Voix off

Décentraliser l’art en faisant voyager le festival dans d’autres villes du pays, en proposant également des ateliers de formation. Pour cette 7e édition, « Rendez-vous chez nous » est plus que jamais un espace de partage, un exutoire où la vie reprend sa place.

Vous aimerez peut-être