7 jours sur la planète B2 Avancé

Qu'est-ce que l'art naïf ?

Le musée Maillol accueille plus d'une centaine d'œuvres d'artistes dits « naïfs ».
Regardez la vidéo, puis remettez les différentes parties du reportage dans l'ordre chronologique.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice

7jours-190927-ArtNaif-video
Surnoms donnés aux peintres naïfs.
Définition du peintre naïf.
Valeur subjective de l'expression « peintre naïf ».
L'art naïf au siècle passé.
Présentation de quelques peintres naïfs et de leurs œuvres vues au musée Maillol.
Dimension subversive (révolutionnaire) de l'art naïf.

Certaines phrases sont correctement ordonnées entre elles et nous les regroupons pour la suite de l'exercice.

Attention

Pour vous aider, faites des arrêts sur image et modifiez vos réponses.

Bravo

Vous avez bien retrouvé la structure du reportage. Passez au deuxième exercice pour découvrir plus de détails sur l'art naïf.
Lisez la réponse pour connaitre la structure du reportage puis passez au deuxième exercice pour découvrir plus de détails sur l'art naïf.
Conception : Catherine Minala, Alliance française de Bruxelles-Europe
Publié le 31/07/2020
Voix off
On les appelle les naïfs, les primitifs modernes, les peintres enfants ou encore les peintres du dimanche. Au début du XXe siècle, certains vivaient à Montmartre trouvant leur inspiration dans les monuments de Paris. À l’ombre du Sacré-Cœur, nous avons rencontré leurs héritiers, les artistes de la place du Tertre. Michel[1] Huyghe vend ses toiles dans le quartier depuis quarante ans. Il nous donne la parfaite définition d’un peintre naïf. 
Pierre Huyghe, artiste peintre
Un peintre naïf, pour moi, c’est quelqu’un qui n’a pas fait d’études et qui peint sans avoir appris, qui peint par instinct.  
Journaliste
Est-ce qu’il y a une valeur péjorative dans ce terme-là ?
Pierre Huyghe, artiste peintre
Ça dépend pour qui. Pour moi non, parce que j’ai fait, j’ai commencé par faire du naïf.  
Voix off
Cette historienne de l’art nous conduit vers un autre site de Montmartre, la place Constantin-Pecqueur. En 1921, y fut organisé la première Foire aux Croûtes. Cette exposition-vente à ciel ouvert fut une aubaine pour les plus talentueux des peintres naïfs, car parmi les croûtes se cachaient des trésors.
Jeanne-Bathilde Lacourt, commissaire de l’exposition « Les grands maîtres naïfs »
Cette foire a permis à certains artistes d’être vus par des collectionneurs, par des marchands, qui ensuite les ont pris sous leur aile. Parce que, eux, à l’inverse de certains autres artistes, n’avaient pas accès, par exemple, au salon des indépendants[2], ou ils n’étaient pas proches d’un marchand qui exposait leurs tableaux, donc ils montraient leurs œuvres ici.
Voix off
L’exposition du musée Maillol permet de retrouver le plus célèbre des naïfs, le Douanier Rousseau. Voici l’un de ses chefs-d’œuvre, Deux lions à l’affût dans la jungle. Il y a aussi les bouquets incandescents de Séraphine Louis, une domestique devenue peintre sur le tard qui bascula dans la folie. Quant à ces paysages, ils sont signés par deux maîtres naïfs : André Bauchant et Dominique Peyronnet.
Alex Susanna, commissaire de l’exposition au musée Maillol
Chaque artiste a un monde à lui. Chaque artiste a, disons, ses techniques, ses obsessions. Cela leur apporte une grande liberté.
Voix off
Les naïfs, comme ici Louis Vivin, n’hésitent pas à transgresser les règles de l’art, notamment celle de la   perspective et des proportions. Leur maladresse donne du charme à leurs toiles. Cette transgression, qu’elle soit ou non volontaire, les rend parfois subversifs. Comme l’écrivait le poète Louis Aragon : « il serait naïf de croire cette peinture naïve. »


[1] Le reportage parle d’abord de Michel Huygue, puis de Pierre Huygue, sans que l’on sache lequel est son vrai prénom.
[2] Exposition d’art qui se tient à Paris depuis 1884 qui réunit les œuvres des artistes revendiquant une certaine indépendance.

Vous aimerez peut-être