Terriennes B2 Avancé

Maud-Salomé Ekila - militante panafricaniste

Maud Salomé Ekila dénonce les maux qui touchent notre société.
Aidez-vous des définitions et des indices pour retrouver ces mots.
Écrivez la ou les bonnes réponses dans les cases Help on how to respond the exercice
Terriennes-MaudSalomeEkila-video
1. n.m. Doctrine économique qui défend la libre entreprise, la non intervention de l'État dans le secteur économique. Le libéralisme sauvage et sans conscience est responsable de tous les maux qui sont créés aujourd'hui.
2. n.f. Groupe industriel et financier dont les activités et les capitaux concernent plusieurs paysLe pillage des minerais permet aux  multinationales de faire des bénéfices.
3. n.m. Recherche d'argent, cupidité. Selon Maud-Salomé Ekila, c'est une question d'argent, de pouvoir et
d' appât|...â. du gain .
4. adj. Qui fait passer les intérêts de l'individu sur ceux du groupe. Les systèmes d'économie libérale sont individualistes .
5. n.m. Fait d'augmenter ses biens, de faire fortune. Les systèmes qui dirigent le monde font la promotion de
l' enrichissement .
6. n.m. Mode de vie axé sur la consommation et caractérisé par une tendance à acheter systématiquement de nouveaux biens. L'économie libérale promeut le consumérisme .
nbOk1 mot(s) correctement orthographié(s)
nbOk2 mot(s) mal accentué(s)
nbKo mot(s) à corriger

Attention

Pour vous aider :
1. l_ _é_ _ _ _ _ _e
2. m_ _t_ _ _t_ _ _ _ _es
3. a_ _â_ du g_ _n
4. i_ d _ v _ _ _ _ _ _ _ _es
5. e_ _ _ _ _ _ss_ _ _ _t
6. c_ _s_ _é_ _ _ _ e

Bravo

Maud Salomé Ekila critique ouvertement le libéralisme sauvage et sans conscience qui frappe les Africains.
Notez les mots dans votre cahier pour ne pas les oublier.
Passer à la dernière activité pour étudier le discours de Maud Salomé Ekila.
Lisez la solution : vous verrez que Maud Salomé Ekila critique le libéralisme sauvage qui est reponsable de ce qui se passe en Afrique.
Notez les mots et leur définition dans votre cahier pour les mémoriser.

Passer à la dernière activité pour étudier le discours de Maud Salomé Ekila.
Conception : Magali Delcombel, CAVILAM - Alliance Française
Publié le 03/12/2020
Maud-Salomé Ekila, journaliste reporter et auteure
Je m’appelle Maud-Salomé Ekila. Je suis journaliste reporter d’images et réalisatrice. Je suis congolaise, je vis à Kinshasa et depuis 2016, je travaille comme chargée de communication pour le docteur Mukwege. À partir de son combat principal, qui était de réparer physiquement, mais aussi psychologiquement les femmes victimes de violence sexuelle, il a décidé d’étendre ses actions en offrant aussi une aide juridique et aussi la réinsertion socio-économique. Ma mission, au quotidien, c’est de créer du matériel qui sera principalement audiovisuel avec la Fondation Panzi. C’est vraiment ciblé sur des actions qui sont en République démocratique du Congo et avec la Fondation Mukwege, c’est à l’international de manière générale pour lutter contre le viol utilisé comme arme de guerre, notamment à travers le réseau mondial des survivantes SEMA. C’est des survivantes, des activistes qui luttent pour obtenir justice et réparation. Et j’ai aussi fait un livre audio pour enfants qui s’appelle Kesho, 13 Histoires et Comptines d’Afrique .
[Pourquoi avoir choisi cette activité ?]
Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été en fait engagée, particulièrement, en tant que militante panafricaniste. En 2012, j’ai rencontré le docteur Mukwege. Me dire que dans mon pays, un pays pour lequel j’ai un amour viscéral, y avait une personne qui faisait un travail aussi profond et aussi complexe, parce que, dénoncer ce qui se passe à l’est de la RDC, dans la région des Grands Lacs, quand vous réclamez la justice et la paix, alors que c’est une zone qui est, en fait, délibérément plongée dans le chaos et la guerre, pour des intérêts qui sont purement économiques et géostratégiques, en fait, vous décidez de sacrifier votre vie et c’est ce qu’il fait. Voir ça, en fait, de façon frontale, alors que j’entendais parler de ce qui se passait depuis Kinshasa, ça m’a vraiment mis une claque et je savais que je devais participer à ce combat d’une façon ou d’une autre pour mon pays. Parce qu’en fait, les raisons de ce combat englobent tous les maux qui sont créés aujourd’hui par le libéralisme sauvage et sans conscience, dont les Africains sont d’ailleurs les premières victimes aujourd’hui. Quand on utilise le viol comme arme de guerre, c’est pour le pillage des minerais, quand on massacre les populations, c’est pour le pillage des minerais et donc c’est pour que les multinationales fassent des bénéfices. C’est une question d’argent, de pouvoir, mais surtout d’appât du gain.
[Quelle est votre formation ?]
J’ai étudié le journalisme et la réalisation audiovisuelle et avant de consacrer mon temps, en fait, aux actions du docteur Mukwege, j’ai dirigé une chaîne de télévision privée en Haïti pour laquelle j’étais aussi d’ailleurs rédactrice en chef et j’ai présenté plusieurs émissions culturelles et de divertissement sur des chaînes internationales. Je présentais aussi le journal télévisé sur plusieurs chaînes à Kinshasa et j’ai aussi réalisé des documentaires historiques dont Congo de Martinique dans lequel je pars à la recherche des descendants des Congolais qui ont été déportés pendant la traite transatlantique. L’objectif, c’était d’aller à la recherche de tout ce qui reste des cultures Congos.
[Quel est votre principal trait de caractère ?]
Je suis quelqu’un d’engagé, de déterminé. Je vis mes combats dans toutes mes sphères d’activité. Par exemple, le livre pour enfants que j’ai écrit, c’est vraiment un livre que j’ai fait pour donner un sentiment de revalorisation, en fait, à nos enfants africains et afrodescendants qui souffrent d’avoir une image d’eux-mêmes qui est très négative.
[Que vous inspire l’expression « Femmes d’Afrique en Action » ?]
Une femme autodéterminée qui a confiance en elle, qui connait ses forces, en fait, pour apporter sa pierre à l’humanité et c’est ce que j’aimerais que chaque femme africaine et afrodescendante soit. Ma région c’est matriarcal. Même si la colonisation a apporté son patriarcat très destructeur, mais dans les faits, ça reste la femme, particulièrement la femme africaine, qui porte le monde. Et en fait, elle a une force en elle et une résilience qui est vraiment impressionnante. Quand je pense, par exemple, aux survivantes avec lesquelles je travaille, ou que je rencontre, que j’interviewe, quand elles prennent conscience de la force qu’elles ont en elles, elles peuvent changer le destin de centaines de femmes de leur communauté. Et pour moi, faire de grandes choses, ça veut pas dire faire du bénéfice, ça veut pas dire faire de l’argent pour faire de l’argent. Mais c’est faire de grandes choses en étant des actrices du changement. Et je suis pas du tout pour ces systèmes d’économie libérale qui sont individualistes parce que ces systèmes-là, qui sont aujourd’hui les systèmes qui régissent le monde, ça fait la promotion de l’enrichissement, du consumérisme. Moi, je suis pas du tout pour ce type d’entrepreneuriat. Pour moi, une femme d’Afrique en action, c’est une femme qui est actrice de son destin, mais pour l’intérêt général.

Vous aimerez peut-être