7 jours sur la planète B2 Avancé

Les libraires indépendants s'organisent

Que se passe-t-il au Royaume-Uni du côté des librairies pendant le confinement ?  
Écoutez le reportage et sélectionnez les informations entendues.
Cliquez sur la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice
7jours-201120-Librairies-video
  • Les librairies sont fermées mais continuent de travailler grâce à la vente en ligne.
  • Les responsables de librairies indépendantes se réjouissent de cette initiative solidaire.
  • {Bookshop.org a été créé par la directrice d'une librairie indépendante.}
  • La représentante de Bookshop.org fait un parallèle avec Amazon, mais ils diffèrent par leur éthique.
  • Grâce à la plateforme les libraires répondent aussi aux besoins des lecteurs.
  • {La plateforme est une référence majeure sur le marché du livre.}
nbOk élément(s) correctement sélectionné(s)
nbKo élément(s) sélectionné(s) en trop
nb élément(s) restant à sélectionner

Attention

Refaites l’exercice. Les informations arrivent dans l’ordre. Vous devez trouver quatre informations correctes.

Bravo

Vous avez compris. Passez à l’exercice 2 pour mieux comprendre les avantages de cette plateforme.
Vérifiez les solutions. Passez à l’exercice 2 pour comprendre les avantages de la nouvelle plateforme.
Conception : Cécile Pacault, Alliance française de Bruxelles-Europe
Publié le 20/11/2020
Voix off
Au Royaume-Uni désormais confiné, les librairies sont à nouveau fermées, mais pas complètement. Comme 250 d’entre elles, cette librairie au centre de Londres a rejoint une toute nouvelle plateforme de vente par Internet : Bookshop.org, dont le seul but est de faire vivre les librairies indépendantes.
Lloyd Sowerbutts, directeur de la librairie Libreria
C’est une plateforme extraordinaire qui fonctionne très bien. Ça m’a facilité la tâche. Je n’ai plus qu’à concentrer mes efforts sur la sélection des meilleurs livres à mettre sur cette plateforme en ligne les clients vont acheter de manière efficace, mais avec l’expertise d’un libraire indépendant.
Voix off
Créée aux États-Unis, la plateforme se veut une alternative à Amazon car ici, ce ne sont pas les algorithmes qui conseillent les lecteurs, mais la compétence des libraires. 30 % du prix du livre leur revient, c’est à peine moins qu’en boutique avec un référencement gratuit et une livraison porte à porte sous trois jours, prise en charge par la plateforme.
Nicole Vanderbilt, directrice de Bookshop.org au Royaume-Uni
Il y a une réelle différence dans ce que nous faisons. Ce qu’on fait, c’est soutenir les librairies indépendantes. Amazon mange les parts de marché des librairies indépendantes. Mais la différence porte aussi sur la question de comment nous le faisons. Bookshop.org n’est pas une startup de capital risque1. Il n’y a pas de capital risque en son sein. C’est écrit dans nos statuts : nous ne pouvons pas être achetés par Amazon ou d’autres grands détaillants et nous payons les impôts nous travaillons.
Voix off
Rendre aux lecteurs la possibilité d’acheter localement, c’est sans doute une des grandes leçons du confinement que la plateforme rend possible, même au fin fond de l’archipel écossais.
Karen Baxter, directrice de la librairie Shetland Times Bookshop
Même si nous avons une population locale qui achète chez nous, le problème avec l’épidémie, c’est que nous sommes une communauté assez dispersée. Nous avons d’autres îles et beaucoup de gens veulent juste rester sur leur île, ils ne veulent pas venir en ville. Ils peuvent donc être partout dans les Shetland et peuvent toujours faire leurs achats chez nous et profiter des avantages de Bookshop.org.
Voix off
L’engouement est tel que la plateforme projette de s’installer prochainement en Espagne et pourrait d’ici la fin de l’année être reconnue d’utilité publique aux États-Unis.

1 Certaines sociétés qui débutent doivent obtenir des fonds de la part d’investisseurs pour financer leur activité, c’est le capital risque.

Vous aimerez peut-être