Diplôme de français des relations internationales B2 Avancé

L'épineuse question macédonienne

Le 25 janvier 2019, un accord historique était signé entre la Grèce et la Macédoine. « Le Bar de l’Europe » reçoit Stélios Kouloglou pour en parler.
Écoutez l’extrait et dites si les éléments proposés sont abordés ou non.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
FRI-B2-BarEurope-Kouloglou-video
L’événement à l’origine du conflit
Les réactions internationales suscitées par l’accord
Les réactions suscitées par l’accord en Grèce
Le rôle d’Aléxis Tsipras 
Les dispositions mentionnées dans l’accord
Les étapes de la négociation
Les revendications de la Grèce et de la Macédoine du Nord
Les perspectives économiques et politiques ouvertes entre les deux pays par cet accord 

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Relisez les propositions avant d’écouter une nouvelle fois l’extrait. N’hésitez pas à faire des pauses pour pouvoir répondre plus facilement.
Sachez qu'il y a 4 propositions dans chaque colonne.

Bravo

Vous avez parfaitement retrouvé les points abordés dans cet entretien.
Faites l’activité suivante pour mieux comprendre l’accord signé entre la Grèce et la Macédoine du Nord, son origine et ses conséquences.
Cette activité vous permet de découvrir les points abordés dans cet entretien.
Lisez la solution, puis faites l’activité suivante pour mieux comprendre l’accord signé entre la Grèce et la Macédoine du Nord, son origine et ses conséquences.
Conception : Hélène Emile, CAVILAM - Alliance Française, avec la CCI Paris Île-de-France
Publié le 27/11/2019
Paul Germain, présentateur
Stélios Kouloglou, bonjour. Vous êtes d’abord écrivain et réalisateur. Un homme engagé avant même d’entrer en politique. Vous êtes aujourd’hui député européen et membre de Syriza, le parti de gauche d’Aléxis Tsípras[1], qui est au pouvoir à Athènes. Alors bien sûr, au Bar de l’Europe, je vous ai servi de la macédoine de fruits, parce que Aléxis Tsípras est parvenu à décrocher un accord sur le nom de la Macédoine, cette ancienne République yougoslave. Elle s’appellera « Macédoine du Nord ». Pour les Grecs, c’était inconcevable qu’elle s’appelle « Macédoine » tout court ? C’était très important ?
Stélios Kouloglou, député européen, membre de Syriza (« Coalition de la gauche radicale »)
Ah oui ! Même aujourd’hui, il y a beaucoup de … Il y a beaucoup de discussions, d’opposition à l’accord… Mais c’est un accord historique. C’est un modèle pour résoudre les questions internationales, avec le dialogue, le compromis mutuel, et tout ça…
Paul Germain, présentateur
Oui, parce que la controverse datait de 1991, de l’éclatement de la Yougoslavie, donc c’est un vieux conflit. Aléxis Tsípras s’est montré un fin négociateur. C’est un exploit en fait d’obtenir cet accord ?
Stélios Kouloglou, député européen, membre de Syriza (« Coalition de la gauche radicale »)
Oui ! Malgré l’opposition très féroce et très populiste, et démagogiste[2] de l’opposition qui disait que… On nous accusait de traîtres[3] ! On est maintenant accusés de trahison en Grèce à cause d’un accord que tout le monde applaudit au niveau international, parce que c’est un accord… Tsipras et Zaev[4] sont candidats pour le prix Nobel de la paix pour l’année… Pour cette année.
Paul Germain, présentateur
Pourquoi traîtres ? Parce qu’un sondage, effectivement, auprès des citoyens grecs prouve que beaucoup de Grecs considèrent que c’est une concession encore trop grande, ce nom de « Macédoine du Nord »…
Stélios Kouloglou, député européen, membre de Syriza (« Coalition de la gauche radicale »)
C’est une folie…
Paul Germain, présentateur
… Et même…
Stélios Kouloglou, député européen, membre de Syriza (« Coalition de la gauche radicale »)
C’est une folie nationaliste !
Paul Germain, présentateur
… Et même de trahison.
Stélios Kouloglou, député européen, membre de Syriza (« Coalition de la gauche radicale »)
C’est une folie nationaliste ! On l’a partout en Europe, en ce moment-là[5]. On a l’Allemagne avec les immigrés, les réfugiés ; on l’a en Espagne avec la Catalonie[6] ; on l’a en Grèce avec les Macédoniens.
Paul Germain, présentateur
Mais, pour les Grecs, la seule vraie région de Macédoine, c’est la Macédoine située en Grèce et associée à Alexandre le Grand, c’est ça ?
Stélios Kouloglou, député européen, membre de Syriza (« Coalition de la gauche radicale »)
Oui, ils disent que… Ils disent qu’il y a qu’une Macédoine, c’est la Macédoine grecque. Tandis qu’il y a des autres – parce que la Macédoine a été divisée après la chute de l’Empire ottoman, elle a été divisée en différentes régions : la région grecque, la région macédonienne du Nord, la région bulgare. Mais non, non, ils disent… C’est une folie ! On ne peut pas communiquer, on ne peut pas discuter avec des arguments rationnels, quoi.
Paul Germain, présentateur
Cela dit, est-ce que Aléxis Tsípras ne risque pas de payer cher, politiquement, cet accord ?
Stélios Kouloglou, député européen, membre de Syriza (« Coalition de la gauche radicale »)
Si, si. C’est possible. C’est possible. Mais il y a quelques fois qu’il faut prendre des décisions historiques[7] et se lutter contre le courant[8]. On a besoin de courage politique, et il l’a.


[1] Premier ministre grec entre le 21 septembre 2015 et le 8 juillet 2019.
[2] démagogues
[3] On nous accusait d’être des traîtres ou On nous traitait de traîtres
[4] Zoran Zaev est Président du gouvernement de Macédoine du Nord depuis le 31 mai 2017.
[5] En ce moment.
[6] La Catalogne
[7] Il faut quelquefois prendre des décisions historiques.
[8] Lutter contre le courant.

Vous aimerez peut-être