Diplôme de français des relations internationales B2 Avancé

Le sport : symbole des inégalités femmes-hommes ?

Les échanges entre la journaliste principale et l’interviewée sont relativement vifs.
Aidez-vous de l’extrait pour caractériser les tons et attitudes adoptés dans les moments saillants.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
FRI-B2-Internationales-FatmaSamoura-video



            

La journaliste se reprend après un lapsus, ou une habitude de langage.



            

La journaliste adopte un ton presque accusateur contre la FIFA.



            

L’invitée nomme la journaliste pour impliquer son interlocutrice.



            

La journaliste interrompt son invitée pour souligner un fait.



            

La journaliste tente d’interrompre son invitée, en vain.



            

L’invitée souligne son optimisme en répétant une structure.

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

N’hésitez pas à revoir les questions et les réponses dans le contexte pour réaliser l’activité plus facilement. Vous pouvez également consulter la transcription.

Bravo

Vous l’avez compris : la journaliste essaie de placer absolument ses questions et apparaît assez tenace pour obtenir des réponses. De son côté, Fatma Samoura ne se laisse pas impressionner et n’hésite pas à faire comprendre à Françoise Joly qu’elle aimerait pouvoir s’exprimer sans interruption.
 
N’hésitez pas à regarder l’émission en entier pour en savoir plus sur les rapports entre football et argent.
Cette activité vous permet d’analyser la forme de l’interview à travers le ton et les attitudes de la journaliste principale et de son invitée.

N’hésitez pas à regarder l’émission en entier pour en savoir plus sur les rapports entre football et argent.
Conception : Hélène Emile, CAVILAM - Alliance Française, avec la CCI Paris Île-de-France
Publié le 27/02/2019 - Modifié le 17/08/2020
Françoise Jolyjournaliste
Fatma Samoura, vous êtes engagée, vous, pour la promotion du football féminin, hein ? Et il y aura d’ailleurs, l’an prochain, en France, la Coupe du monde féminin, à Lyon, du 7 juin au 7 juillet, je crois…
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Juillet, oui.
Françoise Jolyjournaliste
Ce sera la huitième Coupe du monde. Alors, c’est un foot qui progresse, mais qui manque encore beaucoup de visibilité, de popularité, qui manque de sponsors. Je voudrais juste vous choisir un exemple, et j’aimerais votre réaction. Une équipe de foot féminin, féminine pardon, qui remporte une Coupe du monde, va gagner une prime deux mille fois moins élevée que leurs homologues masculins. Alors, est-ce que c’est pas temps pour la FIFA de faire quelque chose ? Alors, je sais pas si c’est instaurer l’égalité des primes mais, du moins, déjà, un peu réduire l’écart entre… c’est l’attribution de ces primes. 
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Je voulais juste clarifier une chose. Aujourd’hui, la seule compétition qui permet de financer toutes les autres compétitions…
Françoise Jolyjournaliste
Oui, c’est la Coupe du monde…
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
…est la Coupe du monde des hommes.
Françoise Jolyjournaliste
Des hommes, oui.
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Et tout ce qui vient comme compétitions des moins de 17 ans, la Coupe du monde de beach soccer, la Coupe du monde des clubs… est finalement financé par cette Coupe du monde des hommes. Tout ce qui vient derrière est vendu comme un sous-produit de cette Coupe du monde. Aujourd’hui…
Françoise Jolyjournaliste
Comme la Coupe du monde féminine ?
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Aujourd’hui, avec la nouvelle FIFA, et également sous l’impulsion du président Gianni, nous essayons de vendre la Coupe du monde féminine comme un produit à part. Il faut revoir tous les contrats.   
Françoise Jolyjournaliste
Donc, pas comme un sous-produit !
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Oui, voilà, pas comme un sous-produit, mais comme un produit à part entière et qui va générer des revenus qui vont être réinvestis, dans le football, y compris une possibilité d’augmenter les primes. Nous avons plusieurs pays…
Françoise Jolyjournaliste
Mais c’est vous qui versez les primes, la FIFA. C’est quand même vous qui les donnez ces primes aux fédérations, à l’issue de la Coupe du monde…
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Et nous allons déjà donner…
Françoise Jolyjournaliste
Alors, pourquoi ne pas utiliser l’argent…
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
…un bon exemple l’année prochaine, en France. Vous verrez qu’il y aura déjà une différence dans le traitement des primes des femmes. Mais pour…
Françoise Jolyjournaliste
Parce que vous pouvez utiliser l’argent de la Coupe du monde des hommes !
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Nous avons plusieurs rôles, vous savez, Madame Joly. Nous avons le rôle du développement et, si nous voulons que cette Coupe du monde féminine puisse également engranger les mêmes revenus que la Coupe du monde des hommes, il faudrait commencer à développer le football déjà, de base. 
Françoise Jolyjournaliste
Christophe.
Christophe Ayadjournal Le Monde
Fatma Samoura, il y a des pays – je pense notamment à l’Iran – où les femmes ne peuvent pas assister à des matchs dans les mêmes stades que les hommes, en tant que public. Est-ce que ça, c’est quelque chose sur laquelle la FIFA peut intervenir ? Est-ce que la FIFA discute avec les autorités iraniennes ou, à la rigueur, les condamne ? Comment est-ce qu’il faut faire avec ça, pour que la cause des femmes spectatrices progresse… ? 
Fatma Samoura, secrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Soit entendue.
Christophe Ayadjournal Le Monde
…puisque le football féminin existe en Iran, mais il est réservé à un public de femmes, et le football masculin réservé à un public d’hommes.
Françoise Jolyjournaliste
Et alors, pour compléter cette question de Christophe, je voudrais que l’on voie ces images de ces femmes qui se sont grimées en hommes pour pouvoir assister à des compétitions, et qui se sont d’ailleurs photographiées – elles ont mis ça sur Internet – et elles ont aussi interpelé le président…
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Et là, je dis encore une fois, c’est une discrimination qui ne doit pas avoir lieu. Les stades, ce sont des lieux publics qui doivent recevoir des hommes, des enfants et des femmes. Et effectivement, la FIFA a…
Françoise Jolyjournaliste
C’est dans ses statuts d’ailleurs…
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
La voix de son président a ouvertement abordé la question de l’exclusion des femmes dans les stades. Le gouvernement et les autorités nous ont promis de faire des efforts et l’administration de la FIFA est en contact direct avec le ministère du Sport, mais aussi avec les autorités iraniennes pour pouvoir assurer que ces femmes aient le droit de rentrer au stade. C’est une priorité pour nous. Moi, je l’utilise dans mon Tweet, et à chaque fois qu’il y a eu une petite ouverture quelque part, comme en Arabie saoudite, maintenant, je l’utilise pour pouvoir également faire la promotion.
Christophe Ayadjournal Le Monde
C’est le seul pays qui…
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Et ce n’est pas normal !
Christophe Ayadjournal Le Monde
…aujourd’hui, l’Iran sépare les hommes et les femmes dans les stades ?
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Et ce n’est pas normal !
Françoise Jolyjournaliste
Et le président… et le …
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
C’est le seul. C’est le seul. Y en avait d’autres, mais ils ont plus ou moins, maintenant, décidé de s’ouvrir à la diversité. Et je crois qu’avec le pressing que la FIFA est en train de faire…
Françoise Jolyjournaliste
Mais Madame…
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
…et les promesses qu’on a reçues, il y a de bonnes raisons de penser que ça va changer très bientôt.
Françoise Jolyjournaliste
Mais justement, oui il y a eu des promesses, parce qu’en mars dernier, je crois bien que c’est le président Infantino…
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Oui.
Françoise Jolyjournaliste
…qui était dans un stade, en Iran. Il a assisté à un match, et ça a provoqué une réaction assez indignée des femmes qui étaient cantonnées à l’extérieur – elles ont même twitté et envoyé sur des sites de… où elles se battent depuis 2005 pour avoir accès au stade – elles ont… Est-ce que… Elles ont twitté leur colère. Est-ce que le président Infantino a regretté d’avoir assisté…
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
Il est très sensible à la colère…
Françoise Jolyjournaliste
… Mais est-ce qu’il a regretté d’avoir assisté alors que les femmes étaient dehors, cantonnées derrière les grilles ? 
Fatma Samourasecrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football association)
On est obligés d’y aller pour dialoguer, encore une fois. Les sanctions, ça marche pas, mais avec le dialogue, j’ai de bons espoirs que les femmes bientôt auront accès. Elles ont promis de manifester, elles sont les bienvenues en Russie. Et je pense que ces images de les voir en Russie avec des fans, mais pas que des hommes qui viennent de chez eux, mais d’ailleurs, va envoyer quand même un message assez fort aux gens qui pensent toujours qu’une femme n’a pas le droit d’aller au stade.
 

Vous aimerez peut-être