Diplôme de français des relations internationales B2 Avancé

L'art de la diplomatie

Suite à la COP 21, Dominique de Villepin, ancien Premier ministre français, est l'invité d'Internationales pour nous parler de diplomatie.
Écoutez bien ses propos et ceux du présentateur et expliquez-les en sélectionnant les informations correctes.

FRI-internationales-diplomatie-Villepin-Video


Écoutez les questions posées par le présentateur. Vers quelles thématiques souhaiterait-il orienter la discussion ?
L'entrée sur la scène internationale du président Macron.
Les relations historiques entre les États-Unis et la France.
Le président Trump et ses débuts en politique étrangère.
Quel est le premier sujet dont parle Dominique de Villepin ?
La diplomatie inhabituelle mise en place par le président américain.
La relation entre les États-Unis et l'Europe.
L'accueil fait par la France au nouveau président américain.
Par quels exemples illustre-t-il son idée ?
Des propos tenus par Donald Trump.
Des actions entreprises par les États-Unis.
Des accords signés par la France et les États-Unis.
Quel est son avis sur la diplomatie française actuelle ?
Il la voit de façon largement positive.
Il trouve qu'elle n'est pas encore au point.
Il pense qu'elle est moins engagée que par le passé.
À quels autres chefs d'État compare-t-il le président français Macron ? (2 réponses)
Aux précédents présidents français.
À la chancelière Angela Merkel.
Au président Vladimir Poutine.
Au prédécesseur de Donald Trump.
Rémy Thomas, Alliance française de Bruxelles-Europe avec le Français des affaires - CCI Paris Île-de-France

nbOk réponse(s) correcte(s) sur nb

Attention

Les questions suivent l'ordre du reportage. Lisez-les une à une et faites des pauses lorsque vous écoutez le reportage pour y répondre plus facilement.

Bravo

Le président américain et le président français ont commencé leur mandat à des dates proches. C'est l'occasion pour Dominique de Villepin de les comparer. Passez à l'exercice 2 et voyez de quelle façon il les décrit.
Le président américain et le président français ont commencé leur mandat à des dates proches. C'est l'occasion pour Dominique de Villepin de les comparer. Passez à l'exercice 2 et voyez de quelle façon il les décrit.
Philippe Dessaint, présentateur
Dominique de Villepin, vous venez de nous parler des premiers pas, donc, d’Emmanuel Macron sur la scène internationale. Comment est-ce que vous percevez les 100 jours, pratiquement, du président Trump ? Quel homme est-il ? Est-ce qu’on peut travailler avec lui ? Est-ce qu’il y a un élément de confiance ? Comment le jugez-vous ? Comment feriez-vous son portrait ?
 
Dominique de Villepin, ancien Premier ministre français
Alors, il introduit des paramètres très nouveaux sur la scène internationale, si l’on prend la question diplomatique. C’est la première fois que nous avons le chef de l’État de la première puissance mondiale qui développe une diplomatie populiste. Et cette diplomatie populiste, elle me semble marquée par plusieurs ingrédients. Le premier, c’est l’importance donnée à la forme, donnée à l’image, donnée à la posture. On sent que c’est un élément essentiel. Le deuxième, c’est le jeu des rapports de force. Les rapports de force poussés jusqu’à très loin, jusqu’à l’humiliation, à la fois de l’allié mais aussi de l’adversaire, avec la recherche d’une diabolisation. On le voit face à l’Iran. Il y a un troisième élément qui est intéressant, dans cette diplomatie, c’est le principe d’incertitude. Il met en avant, constamment, la possibilité d’évolutions qui ne sont pas...

Philippe Dessaint, présentateur
Gérées plus tard ?
 
Dominique de Villepin, ancien Premier ministre français
Oui, qui ne sont pas anticipées. Alors on le voit là sur le climat, il prendra sa décision un peu plus tard. On l’a vu sur le Yémen : frappe au Yémen. On l’a vu sur la Syrie : frappe en Syrie alors que personne n’imaginait une frappe possible. Et on l’a vu sur la Corée du Nord. Donc, en permanence, il joue pied et contre-pied et il est susceptible de surprendre. C’est difficile de s’adapter à une telle diplomatie et je crois qu’il faut en tirer les leçons. Et on voit qu’Emmanuel Macron en a déjà tiré les leçons pour la diplomatie française. À la fois une diplomatie engagée, une diplomatie qui se veut réactive face aux initiatives du président Trump. Qui se veut en même temps en mouvement et susceptible de prendre les devants et en même temps une diplomatie traditionnelle soucieuse de l’équilibre. Je suis pour ma part très heureux de voir qu’on revient à une diplomatie plus classique, dans la ligne de la tradition française. On l’avait un peu abandonnée avec Nicolas Sarkozy et François Hollande. C’est-à-dire que c’est une diplomatie qui assume son rôle de médiation. Diplomatie d’équilibre qui cherche à tirer le meilleur entre les positions des uns et les positions des autres. Dans le reportage que vous avez fait et que l’on vient de voir, il est intéressant de voir Angela Merkel très… 
 
Philippe Dessaint 
Pessimiste.
 
Dominique de Villepin
Non, très pragmatique et qui prend les choses telles qu’elles sont et en même temps, le président français, plus volontaire, désireux d'essayer, en quelque sorte, de forcer les choses et d’amener le président américain à ne pas choisir l’irréparable.

Vous aimerez peut-être