Made in Belgium B2 Avancé

La fabrication artisanale de cannes de luxe

Regardez le reportage et associez chaque commentaire à l'image qui lui correspond.
MadeBelgium-Cannes-video

Pierre quitte son emploi d'électro-mécanicien pour devenir ébéniste.

En achetant du bois ancien, Pierre décide de fabriquer des cannes.

L'entourage de Pierre est sceptique sur cette reconversion.

Peu à peu, Pierre développe son savoir-faire et crée de plus en plus de cannes.

Pierre conçoit une nouvelle gamme de cannes encore plus prestigieuse.

Grâce à un nouveau partenaire, Pierre vendra bientôt ses cannes à Paris.

Florence Louis, Alliance française de Bruxelles-Europe

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Les images n'illustrent pas toujours le texte du reportage. 
Réécoutez le reportage en vous aidant des mots-clés contenus dans les commentaires de l'exercice puis corrigez vos réponses.

Bravo

Vous avez correctement reconstitué le parcours professionnel de Pierre. Passez à l'exercice suivant.
Relisez bien la solution avant de passer à l'exercice suivant.
Voix off
À Lillois, se cache un atelier pas comme les autres. Dans le garage de cette maison, de simples barreaux de bois se transforment en cannes de prestige. Sous les mains expertes de Pierre Vanherck, le bois précieux venu d’Inde prend forme petit à petit. Il faudra plus de septante heures de travail pour arriver au résultat fini. Son savoir-faire, Pierre Vanherck l’a acquis tout seul. Électromécanicien dans un centre de recherche, il plaque tout en 2003 et se lance dans l’ébénisterie. C’est par hasard qu’il s’essaye à la fabrication de cannes.
Pierre Vanherck
J’ai eu la chance d’acquérir un stock de bois et dans ce stock de bois, y avait un stock de bois précieux et je ne savais pas du tout à quoi il était destiné. Puis je me suis renseigné et la personne à* qui m’avait vendu ce stock m’avait dit que c’était destiné à faire des cannes de prestige et que le stock de bois datait de la fin du dix-neuvième. Je me suis dit : je vais me créer une canne ! Et tout a démarré comme ça !
Voix off
À l’époque, personne ne croit en son projet, même ses proches : Pierre Vanherck est seul.
Pierre Vanherck
J’étais employé dans un centre de recherche, bien rémunéré, congés payés, tout ce qu’il fallait. Vous claquez ça du jour au lendemain pour vous installer en tant qu’artisan créateur de cannes. À cette époque-là, c’est « au secours ! » Je me rappelle d’aller – et je vais pas la citer – dans une banque à Braine-l’Alleud pour avoir un prêt pour acheter des machines. Je me rappellerai toujours. Je dis à l’employé de banque : « Ben c’est pour créer des cannes. » Il me dit gentiment en me regardant droit dans les yeux : « Monsieur Vanherck, retournez travailler ! »
Voix off
Mais l’artisan persévère et le résultat est là. Au fil des ans, il peaufine sa technique et crée de plus en plus, jusqu’à trois cannes par mois. Il expose à Monaco ou à Tokyo, crée des cannes pour le pape Benoît XVI ou le baron de Rothschild. Chaque objet est unique.
Journaliste
Monsieur Vanherck, vous venez de sortir ici une canne qui est très particulière.
Pierre Vanherck
Oui. Elle est un peu spéciale. Elle est réalisée en collaboration avec mon ami Étienne Bouillon qui est le créateur du premier whisky belge pur malt. Et donc, ici, dedans, il y a une petite fiole où j’y cache son whisky **. Voilà ! 
Journaliste
Donc, c’est une canne qui est doublement made in Belgium !
Pierre Vanherck
Doublement made in Belgium, oui !
Voix off
Depuis quelques mois, Pierre Vanherck met au point une toute nouvelle gamme encore plus luxueuse : des cannes uniques, numérotées, serties de pierres et de métaux précieux, estimées entre quinze et trente-cinq mille euros pièce. Pour son nouveau défi, il s’est associé à un ami qui est là pour lui ouvrir les portes et ça marche ! Ses cannes se vendront bientôt place Vendôme à Paris : un rêve devenu réalité pour Pierre Vanherck qui ne compte pas s’arrêter là.
Pierre Vanherck
En création, j’aurai pas assez d’une vie pour faire tout ce que j’ai envie de faire. Et plus les créations peuvent être prestigieuses, plus les créations qui peuvent m’être demandées vont pouvoir me pousser dans mes derniers retranchements, plus ça va être le bonheur ! »
Voix off
Il y a tout juste dix ans, Pierre Vanherck quittait tout pour sa passion. Elle est aujourd’hui son gagne-pain et fait de lui un ambassadeur de l’artisanat belge à travers le monde.

* la phrase grammaticalement correcte est « personne qui m’avait vendu ce stock »
** La phrase grammaticalement correcte est « il y a une petite fiole

Vous aimerez peut-être