Post scriptum B2 Avancé

Jean Cocteau

Dans son commentaire, le présentateur n’est pas avare de qualificatifs !
En vous aidant de la vidéo, retrouvez les termes qu'il utilise pour caractériser l'œuvre, le travail d'adaptation ainsi que le caractère de Cocteau.
Écrivez la ou les bonnes réponses dans les cases Help on how to respond the exercice
PostScriptum-Cocteau-Video
 L'œuvre
1. Adjectif féminin utilisé pour souligner l'importance de La Belle et la Bête dans le patrimoine cinématographique français : majeure .
2. Adjectif utilisé pour souligner le fait que le film évoque le rêve : onirique .
3. Adverbe utilisé pour souligner le fait que la modernité du film est extraordinaire, prodigieuse par rapport à l'époque de réalisation : incroyablement .
 Le travail d'adaptation
4. Expression utilisée pour souligner le fait que la réalisation du film a représenté un travail colossal : un travail de titan .
 Cocteau
5. Adjectif utilisé pour souligner la ténacité, la persévérance de Cocteau dans sa lutte contre les embûches : opiniâtre .
nbOk1 mot(s) correctement orthographié(s)
nbOk2 mot(s) mal accentué(s)
nbKo mot(s) à corriger

Attention

Avez-vous bien fait attention à l'orthographe ?
Voici quelques indices pour vous aider :
- n°1 : - - j - - - -
- n°2 : o - - - - q - -
- n°3 : - - - - - y - b - - - - - -
- n°4 : un - - - v - - - de t - - - -
- n°5 : o - - - - â - - -

Bravo

Vous avez retrouvé tous les qualificatifs utilisés dans la présentation du manuscrit de La Belle et la Bête.
N'oubliez pas de mémoriser ces termes.
Regardez maintenant un extrait de cette œuvre.
Cette activité vous permet de mettre le doigt sur une particularité du document : l'abondance de qualificatifs.
Lisez la correction et mémorisez ces termes ainsi que leur définition.
Et laissez-vous emporter par la magie de La Belle et la Bête avec cet extrait.
Conception : Frédérique Treffandier et Hélène Emile, CAVILAM - Alliance française
Publié le 18/12/2014 - Modifié le 11/01/2018
Derrière chaque manuscrit se cache une histoire.
Même sans l’avoir forcément vu, chacun connait le film de Jean Cocteau, La Belle et la Bête avec Jean Marais et Josette Day. Œuvre cinématographique majeure, onirique, sortie sur les écrans français en 1945 et incroyablement moderne pour son époque, le film fut d’abord un manuscrit qui reflète quasiment image par image le travail de Jean Cocteau. Sur 90 pages à l’encre bleue, divisées en deux colonnes, tout le film est là : les indications de mise en scène à gauche, les dialogues à droite. Mais comment ce film est-il né ? Pourquoi Jean Cocteau eut-il envie d’adapter ce conte populaire que Madame Leprince de Beaumont rendit célèbre en 1757 ?
Cocteau avait relu La Belle et la Bête pendant la guerre. Et nul doute qu’au milieu de cette sombre période ce conte apparut pour lui comme une éclaircie. En 1944, il propose donc à Marcel Pagnol de s’associer à lui pour faire aboutir ce projet. Un accord est passé entre les deux hommes qui offrent les rôles principaux à leurs amours respectifs. Pour Cocteau, la Bête qui devient prince charmant ne peut être que Jean Marais. Quant à la Belle, le rôle revient à Josette Day, alors maîtresse de Pagnol. Il s’agira d’ailleurs pour elle d’un cadeau d’adieu, puisque finalement Pagnol la quittera peu de temps après et se retirera du projet. Dès lors, Cocteau doit travailler seul et au sortir de la guerre, monter ce film devient un travail de Titan entre contraintes budgétaires, difficultés techniques et jalousie professionnelle. Mais celui-ci est opiniâtre et puise son énergie dans l’adversité. Au printemps 1944, ce qu’on peut assimiler à un script est finalisé : c’est ce fameux manuscrit. Il présente de nombreux ajouts et corrections et si les dialogues sont déjà très proches de ce qu’ils seront dans le film, certains  détails n’apparaitront pas. Mais la scène finale filmée à l’envers pour donner l’illusion que les personnages s’envolent est, elle, détaillée sur trois pages. Une vraie leçon de cinéma. Encadrant ces pages de textes, huit dessins de la main de Cocteau où déjà apparaissent les traits de la Belle et de la Bête où déjà apparaît toute la poésie, tout le charme du film. 

Vous aimerez peut-être