Diplôme de français des relations internationales B2 Avancé

Francophonie : où en est la France ?

L'interview « à la française » répond à des codes bien particuliers ! En l'occurrence, chaque intervenant adopte un comportement assez spécifique lors de cet exercice.
Observez et écoutez l'émission puis complétez ces propositions afin de mieux comprendre la manière dont est menée une interview en France.
FRI-B2-OIF-video

Les journalistes
Le ton employé : Il est assez sec et très direct|très amical et chaleureux|indirect et évitant appuyé par de nombreux : « Vous ».
La gestuelle, l'attitude :
Ils montrent de l'impatience et de l'agacement|de la patience et de la compréhension|du plaisir et de la motivation : hochements de tête, bras croisés, regards complices, doigt pointé vers l'invitée. Leur langage corporel est offensif|défensif.
Les expressions utilisées : « Hum », « Oui, voilà », « Bon », « Alors », « Vous ne répondez pas à ma question », « J'entends bien. Mais je vous questionne sur... ». De cette manière, ils coupent la parole à l'invitée et essaient de la recentrer sur le sujet|laissent Michaëlle Jean finir son argumentation.
L'invitée
Le ton employé : Il est très habité et s'oppose|fait écho à celui des journalistes. Elle utilise les silences|de nombreuses métaphores pour faire son effet. Elle accentue|n'accentue pas les mots importants et donne du rythme à ses phrases.
La gestuelle, l'attitude :
Elle a un visage très souriant|fermé et ne se laisse pas déstabiliser par les journalistes. Elle poursuit inlassablement son argumentation et fait comme si elle n'entendait pas leurs questions|répond à toutes leurs interrogations.
Ses poings serrés ou ses mains en mouvement|Ses bras et ses mains très statiques accompagnent son discours très inspiré. Elle croit très fort|ne semble pas avoir foi en ce qu'elle dit.
Les expressions utilisées : « Non, je réponds », « Mais ! Très bien » montrent qu'elle essaie malgré tout de rester en contact|elle veut rompre tout contact avec les journalistes.

Sabrina Fecchio, Alliance française de Bruxelles-Europe avec le Français des affaires - CCI Paris Île-de-France

nbOk réponse(s) correcte(s) sur nb

Attention

Réécoutez l'émission et observez bien tous les détails : regardez la manière dont se comporte chaque intervenant, sa posture, ses gestes, son visage, ses mimiques.
Vous pouvez la visionner sans le son pour vous concentrer !
Aidez-vous également des images proposées dans l'exercice.

Bravo

Quand vous répondez à des questions en français sur un sujet d'opinion, n'hésitez pas à utiliser ces procédés pour rendre votre discours plus animé.

Pour en savoir plus sur la Francophonie et suivre son actualité, visitez le site de l'OIF.
Quand vous répondez à des questions en français sur un sujet d'opinion, n'hésitez pas à utiliser ces procédés pour rendre votre discours plus animé.

Pour suivre l'actualité de la Francophonie, visitez le site de l'OIF.
Françoise Joly, présentatrice TV5MONDE
Emmanuel Macron, le président français, lui, a sa vision de la francophonie, il a promis une initiative dans les prochains mois pour la redynamiser et il a demandé à une écrivaine, Leïla Slimani, Prix Goncourt 2016, d’être sa représentante personnelle pour la francophonie. Alors, on va l’écouter là, tout de suite, Leïla Slimani.
Leïla Slimani, écrivaine 
Oui, on naît Français mais, moi, je peux demain, grâce à cette langue française, aller parler avec quelqu’un au Togo, au Brésil, en Chine, au Maroc et cette idée-là, je pense qu’elle est très importante dans une période comme la nôtre, dans une période où y a le danger de la xénophobie, où y a cette envie dans beaucoup d’endroits du monde d’ériger des murs et de dire que chaque culture est enfermée sur elle-même et qu’il y aurait une sorte de conflit des civilisations, je pense que, justement, la francophonie, elle dit exactement l’inverse.
Françoise Joly
Mickaëlle Jean, la nomination de Leïla Slimani, est-ce que c’est une façon de dire à l’OIF : il faut se recentrer sur sa vocation, une de ses vocations premières, qui était une vocation culturelle plus que politique ? 
Michaëlle Jean, secrétaire générale de la francophonie
La francophonie a d’abord été, je dirais dans sa…, son évolution institutionnelle, une agence de coopération culturelle et technique. Mais déjà, ces chefs d’État, qu’on appelle les pères fondateurs, c’est Léopold Sedar Senghor - Sénégal -, Hamani Diori du Niger, Bourguiba de Tunisie, Sihanouk du Cambodge, se projetaient déjà sur un marché en commun, se projetaient déjà sur de la coopération, voulaient renaître de cette expérience qui a été extrêmement, je dirais, à la limite violente !
Françoise Joly 
Mais là, je vous questionne…
Michaëlle Jean 
… de domination et de colonialisme, euh… comment on pouvait…
Françoise Joly
J’entends bien. Mais je vous questionne sur la nomination de Leïla Slimani et sur cette vision.
Michaëlle Jean  
Comment on pouvait, ensemble, se projeter pour reconstruire nos liens et construire un espace de coopération. Et d’abord la France, la France a d’abord insisté…
Françoise Joly
Vous ne répondez pas, Michaëlle Jean.
Michaëlle Jean 
Non, je réponds. La France a d’abord voulu, oui, d’une association, mais dans une agence de coopération culturelle et technique. Cela voulait dire… par technique, on entendait aussi éducation ou formation. Alors, pourquoi…
Sophie Malibeaux, journaliste RFI
Comment est-ce que vous prenez le fait que Leïla Slimani soit finalement une simple bénévole ? Elle le dit elle-même : c’est pas un ministère, c’est pas un secrétariat d’État, elle n’a pas de budget, elle n’a pas de bureau. 
Michaëlle Jean 
Elle est la représentante du chef de l’État. Mais il y a aussi un secrétaire d’État. Il y a aussi tout un travail que nous faisons avec différents ministères français. Vous savez que nous venons, par exemple, de fonder l’Observatoire Boutros-Ghali avec le ministère français de la Défense, les ministères des Affaires étrangères du Canada et de la Belgique. Et donc voilà, nous travaillons avec le ministère de l’Éducation aussi, le ministère français de l’Éducation, le ministère de… maintenant de l’Europe et des Affaires étrangères.
Leïla Slimani est une femme d’intelligence…
Christophe Ayad, journaliste Le Monde
Bon, et avec Leïla Slimani, comment vous allez travailler avec Leïla Slimani ?
Michaëlle Jean  
Mais très bien, nous avons déjà commencé à travailler avec elle.
Christophe Ayad 
Alors, c’est quoi votre agenda commun ?
Michaëlle Jean  
Elle vient au Conseil permanent de la Francophonie et je pense qu’elle a dit très clairement son engagement et sa compréhension de la francophonie. D’abord, elle y voit un espace de grand partage. Écoutez, ce qui fonde la francophonie, c’est aussi un idéal, un idéal qui s’appuie sur un humanisme intégral et universel. Ne pensez-vous pas que le monde en ait besoin ? Tout ce travail que nous faisons et que vous questionnez, par exemple vous l’avez dit tout à l’heure, mais c’est un travail qui est une plus-value que nous apportons à l’ensemble du monde avec un multilatéralisme qui s’appuie sur une vision vraiment d’une, de, de… je dirais d’une dimension internationale basée sur l’éthique, basée vraiment sur la coopération en matière de développement, de protection de l’environnement, sur des questions urgentes en matière de sécurité aussi, en matière de stabilité pour le monde.
 

Vous aimerez peut-être