Diplôme de français des relations internationales B2 Avancé

Décentralisation et urbanisation

Certaines villes d'Afrique sont en pleine mutation, notamment au Sénégal. Pour comprendre ce phénomène, regardez cet extrait de l’émission « Africanités » et répondez aux questions.

FRI-B2-urbanisation-africanites-video


Quels sont les grands projets en cours à Sandiara, au Sénégal ?
La construction d’infrastructures scolaires et de logement.
Le développement des transports publics.
La formation des fonctionnaires et le développement de l'administration.
Serigne Guèye Diop est-il, selon lui, un politicien conventionnel ?
Non, c'est d'abord un homme de sciences.
Oui, il a occupé de nombreux postes au gouvernement.
En tant que maire, à quoi s'est-il d'abord intéressé ?
Aux causes profondes des difficultés constatées.
À la formation des fonctionnaires de Sandiara.
Aux relations avec le pouvoir central sénégalais.
Monsieur Diop parle d'un facteur limitant dans le développement d'une ville. Lequel ?
Les sources de financements.
La croissance démographique rapide.
Les contraintes politiques et juridiques.
Cette femme est également maire, mais en Côte d'Ivoire. Pourquoi est-elle présente sur ce plateau ?
Sa ville rencontre des problèmes liés à la décentralisation.
On ne sait pas.
Elle vient parler de la grande réussite du développement de sa ville.
Rémy Thomas, Alliance française de Bruxelles-Europe avec le Français des affaires - CCI Paris Île-de-France

nbOk réponse(s) correcte(s) sur nb

Attention

Les questions suivent l'ordre de la vidéo. Vous pouvez vous aider des images pour retrouver les réponses dans le document.

Bravo

Sur ce plateau de l'émission « Africanités », on parle du développement des villes en Afrique et de la décentralisation : certains gouvernements laissent la gestion des communes aux pouvoirs locaux.
Le maire Serigne Diop explique le cas de sa commune, Sandiara. Pour mieux comprendre cet exemple, faites l'exercice 2.
Sur ce plateau de l'émission « Africanités », on parle du développement des villes en Afrique et de la décentralisation : certains gouvernements laissent la gestion des communes aux pouvoirs locaux.
Le maire Serigne Diop explique le cas de sa commune, Sandiara. Pour mieux comprendre cet exemple, faites l'exercice 2.
Journaliste
Alors justement, je vais poser la question au docteur Serigne Diop. Vous, vous avez lancé à Sandiara beaucoup de projets, des grands projets. C’est « Sandiara émergente » dans le sillage de ce qu’a fait le président Macky Sall. Il y a un lycée, il y a des constructions d’HLM et ainsi de suite. Alors, comment est-ce que vous trouvez l’argent pour financer ? Parce qu’il y a aussi une question de moyens.
Docteur Serigne Guèye Diop, Maire de la commune de Sandiara au Sénégal
Oui, vous avez tout à fait raison. Dans le cas de Sandiara, j’ai eu la chance, justement, de recommencer à zéro. Je suis arrivé juste il y a deux ans, comme maire qui est plutôt scientifique. Je ne suis pas du tout dans la politique « normale », je dirais. J’ai été élu pour repenser un peu la ville. Et donc, j’ai mis d’abord en place une réflexion stratégique et puis avec une méthodologie assez rigoureuse pour comprendre d’abord le phénomène auquel je faisais face, au niveau social -la pauvreté-, au niveau aussi de l’environnement -les ordures ménagères et ainsi de suite-, au niveau de l’éducation, etc. Donc j’ai essayé de comprendre la cause de toutes les causes. Et il y a les phénomènes que j’observe, mais il y a aussi les causes réelles. Et c’est en s’attaquant à ces causes-là que j’ai créé, donc, ce plan qui s’appelle le plan « Sandiara émergente » et qui réfléchit différemment. D’abord, on a vu que la principale cause, c’est l’éducation dans nos communes. C’est assez bizarre. Il est dit qu’on ne pourra rien faire tant que 95% de la population ne sera pas éduquée et avec un métier. Qu’on sache lire, compter et écrire. C’est important. L’autre raison qu’on a vue, celle d’ordre économique, c’est qu’il faut dans cette ville des industries. Des sources de revenu durable. Donc, au Sénégal, depuis 2014, nous avons une politique qui s’appelle donc « L’acte 3 de décentralisation » et qui nous donne des pouvoirs en tout cas immenses, chez nous, les maires. Donc c’est la libre administration. Nous pouvons décider de l’avenir de notre commune.
Journaliste
 Et c’est une décentralisation effective, alors ?
Docteur Serigne Guèye Diop
 Oui, c’est effectif. Chez nous en tout cas. Le seul facteur limitant, alors, c’est l’argent. C’est vraiment le nerf de la guerre.
Journaliste
 On le trouve où ?
Docteur Serigne Guèye Diop
 Voilà, comment trouver ça ? Alors dans notre… Au Sénégal, on a transféré les compétences avec l’acte 3 sans transférer nécessairement les moyens. Et ça, ça pause un problème à l’ensemble des maires. Alors nous, nous avons eu la chance de nous dire « est-ce qu’on attend de trouver les moyens ou on commence avec notre carnet d’adresse, notre réseau ? » Et donc, nous avons dit que nous allons d’abord investir dans l’industrie, donc nous avons créé une zone industrielle, à Sandiara, sur 50 hectares pour abriter 30 entreprises qui vont maintenant payer des redevances industrielles.
Présentateur
 Donc, c’est cette redevance industrielle qui finance.
Docteur Serigne Guèye Diop
Voilà.
Présentateur
Parce que vous, vous avez un autre problème. Vous rencontrez la difficulté de la formation non seulement des agents municipaux pour accompagner cette décentralisation.
Nasséneba Touré Diané, Maire d’Odienné en Côte d’Ivoire
 Effectivement.

Vous aimerez peut-être