Terriennes B2 Avancé

Corine Ouattara - Un carnet de santé connecté

Qui est Corine Ouattara ? Qu’est-ce que le Pass Santé Mousso ?
Pour le savoir, écoutez l'interview et sélectionnez les informations mentionnées.
Cliquez sur la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice
Terriennes-CorineMauriceOuattara-Video
Un constat sur la santé en Côte d’Ivoire
{L’impact actuel du Pass Santé sur tout le continent africain}
La présentation d’un carnet de santé différent
La description du parcours personnel de Corine Ouattara
La chronologie du Pass Santé
{Le coût précis du projet}
{Des témoignages d’utilisateurs du Pass santé}
L’actualité de ce projet
{Les subventions données par plusieurs pays d'Afrique}
Les perspectives d'implantation du Pass Mousso en Afrique
 



nbOk élément(s) correctement sélectionné(s)
nbKo élément(s) sélectionné(s) en trop
nb élément(s) restant à sélectionner

Attention

Pour vous aider : lisez bien les propositions et faites des pauses lors de votre prochaine écoute.
Les propositions sont dans l’ordre de l'interview.

Bravo

Cet exercice vous permet d’entrer dans l'interview par le type d’informations qu'elle contient. Il s’agit d’une approche globale qui vous prépare à une compréhension plus détaillée.
Faites l’exercice suivant pour découvrir le Pass Santé Mousso plus en détail.
Cet exercice vous permet d’entrer dans l'interview par le type d’informations qu'elle contient. Lisez bien la solution.
Faites l’exercice suivant pour découvrir le Pass Santé Mousso plus en détail.
Conception : Stéphanie Bara, CAVILAM - Alliance Française
Publié le 06/08/2020
Corine OUATTARA, créatrice du Pass Santé MOUSSO
Je suis Corine Ouattara, ivoirienne, directrice du MCM, initiatrice du projet Pass santé Mousso, une start-up ivoirienne, basée ici en Côte d’Ivoire.
[Quelle est la fonction du Pass Mousso ?]
Le Pass Santé Mousso est un carnet de santé électronique matérialisé par un bijou, notamment un médaillon ou encore un bracelet et qui permet d’avoir sur soi à tout moment ses informations personnelles et médicales, facilitant sa prise en charge.
La difficulté pour un médecin à prendre en charge un patient qui arrive aux urgences inconscient et dont on a aucune information n’est pas un fait nouveau. De nos jours, de nombreuses personnes en meurent et c’est un problème qui existe depuis trop longtemps. 70 % de la population africaine est exposé à ce qui est potentiellement une grande cause de décès : les erreurs médicales.
Donc, comment avoir sur soi, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 ses informations médicales sur soi ?
Une solution : le Pass Santé Mousso.
[Quel est votre parcours ?]
Mon parcours est assez différent de ce que je fais. Je suis juriste de formation et j’ai une licence en droit carrière entreprise et un diplôme de directrice administrative par des cours à distance avec Educatel France.
[Pourquoi avoir créé le Pass Mousso ?]
Le déclic, pour moi, c’est l’évènement fort malheureux survenu en 2014, avec le décès du jeune mannequin Awa Fadiga, et à cela il faut ajouter une histoire personnelle : épileptique, asthmatique, de la sinusite, allergique à pas mal de médicaments, on m’appelait « cadavre ambulant », enfant. Et il faut aussi penser à toutes ces personnes qui se sont une fois rendues à l’hôpital et qui manquaient d’informations. C’est ça pour moi le déclic en fait.
[Comment a démarré votre aventure ?]
Alors le démarrage de l’aventure Pass Santé Mousso a été fait avec très peu de moyens. Une équipe, une toute petite équipe et des fonds personnels, des fonds propres. On a dû prendre çà et là pour pouvoir sortir le premier prototypage, montrer aux uns aux autres que le Pass Santé, c’est une réalité, parce que beaucoup doutaient de ce que ça pouvait être. Et aujourd’hui, on est fiers du résultat obtenu, parce que ça nous a permis de faire une phase test, mais aussi d’avoir des partenariats, notamment avec le ministère de la Santé, mais les médecins et même des assurances aussi.
[Le Pass Mousso en chiffres clefs ?]
Le Pass Santé Mousso en termes de chiffres, ça donne 15 000 adhérents, 48 cliniques partenaires, l’État de Côte d’Ivoire, donc le ministère de la Santé, 3 mutuelles et on espère pouvoir grandir.
[Quels sont les principaux défis à relever ?]
Les besoins actuels du Pass Santé Mousso, comme toute start-up qui démarre, c’est d’abord financier. Surtout pour la communication, pour la production, antenne de recherche et développement, des partenaires techniques pour nous accompagner à aller à un autre niveau de notre solution, pourquoi pas, et surtout des apports institutionnels.
[Quels sont vos projets pour le Pass Mousso ?]
Le Pass Santé Mousso a pour ambition d’être le carnet de santé par excellence de l’Ivoirien, et voire de l’Africain, et faire de l’Afrique le premier continent de la e-santé, pourquoi pas ?
[Que vous inspire l’expression « Femmes d’Afrique en Action » ?]
L’expression « Femmes d’Afrique en action » m’inspire les femmes qui osent, les femmes qui veulent transformer le monde, les femmes qui veulent impacter la génération. Les femmes africaines qui veulent se lever, puis dire que nous aussi, nous voulons nous faire connaître, nous voulons montrer notre savoir-faire. Et je me retrouve dedans parce que, au travers du Pass Santé Mousso, je veux pouvoir changer la qualité, les conditions de vie des populations. Je veux pouvoir montrer aux femmes africaines qu’on partir de zéro et créer de la valeur, et impacter sa génération.
Je continue pas, je commence à re… C’est là que je commence.

Vous aimerez peut-être