Shamengo B2 Avancé

Chine : le bio au quotidien

Jeni Seayang, fondatrice d’Eco and more, a créé des produits bio et économiques.

Écoutez le portrait et remettez les séquences dans le bon ordre.

Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice

Shamengo-Bio-Chine-video

La surconsommation des produits plastiques en Chine : l’origine du projet

Les mises en garde de son entourage au lancement du projet

La composition des produits

L’émotion liée aux premières commandes

Les moyens mis en place par l’entreprise pour toucher tous les acheteurs

Le bilan financier de l’entreprise

Certaines phrases sont correctement ordonnées entre elles et nous les regroupons pour la suite de l'exercice.

Attention

Faites des pauses pendant le visionnage pour organiser vos réponses.

Bravo

Vous avez bien retrouvé l’ordre des séquences du portrait.
Faites l’activité suivante pour en savoir plus sur les spécificités des produits de la marque Eco and more.
Cette activité vous permet de comprendre les informations principales présentées dans le portrait.  
Lisez la solution, puis faites l’activité suivante pour en savoir plus sur les spécificités des produits de la marque Eco and more.  
Conception : Alizée Giorgetta, CAVILAM - Alliance Française 
Publié le 13/10/2020
Voix off
Jeni Saeyang, fondatrice d’ Eco and more , Shanghai, Chine. Tous les quinze jours, chaque famille chinoise achète du liquide vaisselle. Un geste en apparence anodin qui génère déchets et pollution de l’eau à grande échelle. Pour réduire les méfaits de ces produits sur l’environnement, cette ancienne architecte lance en 2012 la première marque de produits nettoyants et cosmétiques bio made in China .
Jeni Saeyang, fondatrice d’Eco and more
Tout le monde m’a dit : « C’est impossible ! Tu te heurteras à un tel monopole en Chine, plus que partout ailleurs dans le monde, qui fait que cinq marques trustent tout. »
Voix off
Non sans peine, Jeni parvient à fabriquer, dans la banlieue de Shanghai, des produits ménagers 100 % naturels, à base de plantes et d’huile essentielle. Ses premières ventes se font en ligne, par l’intermédiaire d’une toute petite annonce dans un journal de Shanghai.
Jeni Saeyang, fondatrice d’Eco and more
Dès le premier mois, je peux dire, on a eu des commandes tous les jours, alors qu’on n’avait pas encore de logistique. Ce qui fait qu’après le travail, c’est moi qui partais livrer les gens. Et je me souviens de l’émotion qui me traversait quand je frappais à leurs portes pour leur remettre leurs commandes. J’avais juste envie de les prendre dans mes bras.
Voix off
Et pour limiter la quantité de déchets, Jeni recharge à domicile leurs flacons vides.
Jeni Saeyang, fondatrice d’Eco and more
En offrant le remplissage à moitié prix, nous pensons que nous refermons le fossé vert qui fait que, même si vous avez de bonnes intentions, vous n’avez peut-être pas les moyens de vous acheter des produits bio, ou vous ne savez pas en acheter. Ce système est juste magnifique !
Voix off
Résultat : des points de vente de plus en plus nombreux, un chiffre d’affaires qui double chaque année, une entreprise valorisée à dix fois sa mise de départ. Alors, prêts à changer votre regard sur la Chine ?

Vous aimerez peut-être