7 jours sur la planète B2 Avancé

Canada : cultivez votre jardin !

Qu'est-ce qui motive autant les Québécois ? Pourquoi se ruent-ils tous sur les semis ?
Écoutez le reportage et remplacez les mots en gras par les synonymes utilisés dans le reportage.
Cliquez sur les mots à corriger puis écrivez la bonne réponse Help on how to respond the exercice
7jours-200515-Jardin-video
[Comment expliquer cet engouement pour les potagers ? Il s'inscrit dans le] mouvement|phénomène [du développement de l']autonomie|autosuffisance [alimentaire accentué par la COVID-19.]
[Pierre Jasmin indique qu'il s'agit d'un retour aux] sources|origines [: les gens veulent cultiver leur potager, veulent choisir leurs propres légumes et il pense que cet enthousiasme va] se prolonger|se perpétuer.
[Bruno Boulianne, quant à lui, souhaite devenir plus] indépendant|autonome [vis à vis des importations et des] grandes surfaces|supermarchés. [Il encourage un retour aux] savoir-faire|pratiques [de nos] ancêtres|aïeux.
nbOk élément(s) correctement corrigé(s)
nbKo1 élément(s) bien sélectionné(s) mais mal corrigé(s)
nbKo2 élément(s) à ne pas sélectionner et à ne pas corriger
nb élément(s) non sélectionné(s)

Attention

Les mots à retrouver sont dans la deuxième partie du reportage : réécoutez attentivement à partir de 0'57.

Bravo

L'autosuffisance alimentaire, le retour aux sources, le savoir-faire artisanal...Voilà ce qui explique cette frénésie pour le jardinage.
Pour enrichir vos connaissances lexicales, faites la dernière activité.

Si vous voulez savoir pourquoi on doit dire la COVID-19, regardez cette courte chronique de TV5MONDE.
Lisez la solution : vous comprendrez les principales raisons qui expliquent cette frénésie pour le jardinage.
Pour enrichir vos connaissances lexicales, faites la dernière activité.

Si vous voulez savoir pourquoi on doit dire la COVID-19, regardez cette courte chronique de TV5MONDE.
Conception : Magali Delcombel, CAVILAM - Alliance Française
Publié le 15/05/2020
Bruno Boulianne
Tu sais qu’est-ce qu’on va semer en premier, là ?
Lila, fille de Bruno Boulianne
Euh, ben, la menthe ?
Bruno Boulianne
Ouais, on commence par la menthe ?
Voix off
Bruno Boulianne et la petite Lila plantent des graines de fines herbes. La famille cultive un potager dans sa cour depuis plusieurs années, mais c’est la première fois qu’elle expérimente les semis intérieurs.
Bruno Boulianne
Confinement oblige, j’avais du temps pour travailler à la maison, pour faire des semis à la maison, et avec les enfants. Je me suis concentré sur les pousses rapides : laitue, kale, chou kale, chou frisé.
Voix off
En ce printemps de confinement, les Québécois ont été nombreux à se ruer sur les semis, par crainte que les serres ne restent fermées. Les entreprises qui en vendent ont été littéralement dévalisées, avec notamment explosion des commandes par téléphone, et en ligne.
Pierre Jasmin, propriétaire des serres Jasmin
Ça a décuplé, c’est l’explosion ! On s’est fait vider au niveau des semences. Les grainetiers, les grands grainetiers québécois n’ont plus de stock, et donc l’approvisionnement est rendu difficile. On a reçu autant de commandes en un mois que toute l’année complète, l’année passée.
Voix off
L’engouement pour les potagers s’inscrit dans le mouvement du développement de l’autonomie alimentaire, un mouvement accentué par cette crise du coronavirus.
Pierre Jasmin, propriétaire des serres Jasmin
C’est le retour aux sources : les gens veulent faire leur potager, veulent partir de leurs propres légumes et veulent choisir lesquels, et là, le phénomène va vraiment être pour durer et se prolonger pour les prochaines années. 
Bruno Boulianne
Il y a une ruée vers : « devenons un peu plus indépendants, moins dépendants des magasins, de l’importation, des grandes surfaces », donc une espèce de retour au savoir-faire artisan, un peu de nos ancêtres, de nos parents, de nos grands-parents.
Voix off
La petite famille va mettre en terre les plants, dès que la météo le permettra. Et pour ceux qui n’ont pas cultivé de semis, il sera possible d’aller acheter tomates et autres légumes. Les serres ont pris toutes les mesures nécessaires pour que le magasinage se fasse dans le respect des consignes, avec lavage des mains et les deux mètres de distanciation.

Vous aimerez peut-être