Shamengo B2 Avancé

Bangladesh : un bateau en fibre de jute

Cela se passe à Chittagong, au Bangladesh. Corentin, jeune ingénieur français, a eu l'idée de remplacer un matériau polluant à produire, importé et cher par une ressource naturelle locale. Découvrez cette aventure bien dans l'air du temps !
Pour cela, commencez par cliquer sur les images pour les agrandir. Ensuite, classez les différentes séquences du reportage dans l'ordre du document.

Shamengo-OceanBateauFibreJute-CorentinDeChatelperron-Video


Les données du problème

L'idée

Le défi

Les réactions

L'équipe

La réalisation

L'aboutissement

Les perspectives d'avenir

Robert Angéniol, CAVILAM – Alliance française

Certaines phrases sont correctement ordonnées entre elles et nous les regroupons pour la suite de l'exercice.

Attention

Faites vos choix au fur et à mesure de l'écoute et n'hésitez pas à faire des pauses si besoin.
La photo vous aide à situer le passage dans la vidéo.

Bravo

Vous avez maintenant en tête l'organisation de la vidéo. C'est un document bien structuré, n'est-ce pas ?
L'exercice suivant vous en apprendra plus sur la construction de ce bateau et le contexte de sa réalisation.
Le document est bien structuré. La solution met en éviden​ce l'organisation de la vidéo. 
L'exercice suivant vous en apprendra plus sur la construction de ce bateau et le contexte de sa réalisation.
Voix off
Corentin de Chatelperron, créateur du bateau 100 % jute. Chittagong, Bangladesh.
Premier producteur de fibre de jute au monde, le Bangladesh connaît une crise de sa production sans précédent, face à la concurrence notamment du plastique. Un nouveau débouché pourrait voir le jour grâce à ce jeune ingénieur français. Alors qu’il effectue un stage en 2009 dans ce chantier naval, il s’amuse à remplacer la fibre de verre qu’il manipule par de la fibre de jute provenant de l’usine d’en face.
Corentin de Chatelperron, créateur du bateau 100 % jute
Et je me suis dit : « bah, il faut au moins essayer parce que si ça marche, là, ça a un impact écologique et social sur le pays qui est tellement énorme qu’il faut au moins essayer. »
Voix off
Corentin relève alors le défi de fabriquer un bateau 100 % en fibre de jute.
Corentin de Chatelperron, créateur du bateau 100 % jute
Oh les gens, ils ont trouvé ça un petit peu étonnant parce que moi, je ne me suis jamais intéressé aux bateaux avant. Alors pourquoi un bateau en jute comme ça, tout d’un coup, sans savoir naviguer, sans savoir fabriquer un bateau… ouais, c’est un peu étonnant.
Voix off
Le projet suscite immédiatement l’enthousiasme. Une vingtaine de passionnés le rejoignent à tour de rôle pendant deux ans, jusqu’à l’étape cruciale.
Corentin de Chatelperron, créateur du bateau 100 % jute
On a pris un moule de coque de bateau, on a mis nos tissus de jute, on a mis une base dessus, on a fait le vide et on injecte de la résine pour imprégner toutes les fibres. Une fois que la résine est dure, on démoule la coque et ça fait un bateau.
Voix off
Une première mondiale, que les Bangladeshis[1] ont découverte lors de sa mise à l’eau en avril 2013.
Corentin de Chatelperron, créateur du bateau 100 % jute
À long terme, l’objectif, c’est qu’ils puissent construire des bateaux de pêche, du mobilier… partout là où ils utilisent de la fibre de verre, qu’ils puissent utiliser de la fibre de jute.
Ce dont je rêve, c’est d’allier les savoir-faire traditionnels et tout ce qui est local avec nos connaissances, nos compétences occidentales, techniques. Et les deux ensemble, on peut faire des trucs géniaux.
Voix off
Alors, prêts à aider Corentin à hisser la grand-voile et passer au stade industriel ?
 
Participez à l’aventure de nos pionniers « Shamengo ! »


[1] Terme officiel : un Bangladais, une Bangladaise.

Vous aimerez peut-être