Shamengo B2 Avancé

Argentine : une maison d’édition qui cartonne

Eloisa Cartonera n’est pas une maison d’édition comme les autres.
Écoutez le portrait et remettez les séquences dans le bon ordre.
Attention il y a 1 élément en trop. 
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
Shamengo-LivreCarton-video
Séquence 1 - Le contexte qui a entraîné la création du projet
Séquence 2 - L’implication de partenaires extérieurs
Séquence 3 - Le fonctionnement de la maison d'édition
Séquence 4 - La philosophie du créateur, Washington Cucurto
Séquence 5 - Les conséquences du projet et ses prolongements
Le soutien des personnalités politiques locales

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Pour vous aider, faites des pauses lors de l'écoute.

Bravo

Vous avez bien retrouvé les séquences du portrait.
Faites l’activité suivante pour comprendre le projet en détail.
Cette activité vous permet de retrouver les séquences du portrait.
Lisez la solution et faites l’activité suivante pour comprendre le projet en détail.
Conception : Alizée Giorgetta, CAVILAM - Alliance Française 
Publié le 08/03/2021
Voix off
Washington Cucurto, créateur des « Éditions qui cartonnent », Buenos Aires, Argentine. En Argentine, au moment de la crise, les livres sont devenus inabordables pour une bonne partie de la population. Les petites maisons d’édition font faillite les unes après les autres.
Washington Cucurto, créateur de la maison d’édition Eloisa Cartonera
Comme on ne pouvait plus continuer à publier, on a commencé à éditer des livres différemment, avec du carton et on l’a appelée « Eloisa Cartonera ».
Voix off
En 2001, cet éditeur fait alors appel à des cartoneros . Leur métier : fouiller les poubelles des habitants de la capitale pour collecter et vendre les matériaux recyclables.
Ugo, cartonero
Ce carton-là, il est parfait pour Eloisa.
Voix off
Ugo réserve ses plus beaux cartons à la maison d’édition. Elle les achète au-dessus du prix du marché pour aider ces laissés-pour-compte à survivre.
Femme interrogée, membre d’Eloisa Cartonera
Nous, on les paye 4 centimes d’euros pièce.
Voix off
Ces cartons sont alors découpés, puis pliés, avant d’être décorés à la main avec un pochoir pour servir de couverture à des ouvrages, souvent inédits.
Homme interrogé, membre d’Eloisa Cartonera
Cette nouvelle, on ne la retrouve qu’ici. C’est un texte cédé en exclusivité par Tomas Eloy à la maison d’édition. Et toutes les couvertures sont uniques, car chacune est peinte par une personne différente.
Voix off
Ces livres sont vendus à moins de 3 euros pièce.
Washington Cucurto, créateur de la maison d’édition Eloisa Cartonera
Si vous vendez des livres chers à une minorité de gens qui en ont les moyens, alors, vous passez à côté d’une des fonctions essentielles du livre : celle d’ascenseur social.
Voix off
Plus de dix ans après sa création, d’autres maisons d’édition sont nées sur le même modèle en Espagne et en France. Alors ? Prêts à débourser 3 euros pour un auteur qui cartonne ?

Vous aimerez peut-être