Diplôme de français des affaires B1 Intermédiaire

Une entreprise au service de la transition énergétique

ACCENTA veut décarboner, réduire l’empreinte carbone des bâtiments.
Réécoutez l’intervention et complétez les phrases.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice

FDA-JTEco-07-02-20-Discours-video
Dans un pays, le secteur du bâtiment produit … des émissions de CO2 et  … de la consommation énergétique.
la moitié / le quart
plus du quart / plus de la moitié
les trois-quarts / moins de la moitié
Les domaines d’intervention d’ACCENTA sont…
(2 réponses)
l’éclairage.
le chauffage.
la climatisation.
la production d’eau chaude.
ACCENTA utilise l’intelligence artificielle et …
(3 réponses)
sensibilise aux éco-gestes.
produit de l’énergie renouvelable.
stocke de l’énergie renouvelable.
déstocke l’énergie en cas de besoin.
ACCENTA est implantée à l’international. Elle travaille…
(3 réponses)
au Japon.
en Chine.
en Grèce.
en Espagne.
en Allemagne.
La technologie d’ACCENTA est un investissement financier qui devient rentable au bout de…
1 à 2 ans.
5 à 10 ans.
50 à 100 ans.
Pour assurer une transition écologique et environnementale, il faut la financer…
en faisant un emprunt.
en demandant des subventions à l’État.
en choisissant la solution la plus performante.

nbOk réponse(s) correcte(s) sur nb

Attention

Les questions sont dans l’ordre d’écoute.
Assurez-vous d’avoir coché le bon nombre de réponses pour chaque question.

Bravo

Vous savez maintenant pourquoi et comment ACCENTA veut réduire l’empreinte carbone des bâtiments.
Passez à l’exercice 3 pour travailler le vocabulaire de l’entreprise.
Lisez la solution pour savoir pourquoi et comment ACCENTA veut réduire l’empreinte carbone des bâtiments.
Passez à l’exercice 3 pour travailler le vocabulaire de l’entreprise.
Conception : Delphine Ripaud, en partenariat avec la CCI Paris Île-de-France
Publié le 11/09/2020
Pierre Trémolières, PDG de Accenta
L’immobilier, le bâtiment, est un des principaux vecteurs de la transition énergétique. Pourquoi ? Parce que c’est un des principaux émetteurs de CO2. C’est 27 % des émissions de CO2 d’un pays. C’est plus de 50 % de la consommation énergétique. Et donc, évidemment, si on arrive à décarboner l’activité énergie du bâtiment, on amène un vrai changement dans les émissions de CO2 qui contribuent au réchauffement climatique. On s’est concentrés sur la décarbonation du chauffage et de la climatisation parce que ce sont les principaux émetteurs de CO2. Près de 75 % des émissions viennent de là. Et donc, on va rassembler un triptyque de technologies qu’on va optimiser avec l’intelligence artificielle. Donc, un, une production d’énergie renouvelable, en utilisant du photovoltaïque ou du solaire thermique, ou en récupérant les chaleurs perdues de la climatisation. Nous, on va récupérer ce chaud, on va le stocker, deuxième technologie importante, et on va le déstocker au moment on en a besoin, par exemple, en hiver pour le chauffage. J’ai souhaité vraiment, dès le début de l’entreprise, dès la commercialisation de notre nouvelle technologie, de se projeter à l’international. Nous travaillons en Chine, nous travaillons en Grèce, nous travaillons en Allemagne, et on rencontre là-bas un appétit considérable autour de la décarbonation des bâtiments. Par exemple, la Chine oblige tous les grands groupes à produire et autoconsommer 15 % de leurs besoins énergétiques. C’est tout à fait considérable. Donc, on amène une vraie réponse à des besoins des industriels là-bas. Ces technologies-là, d’un point de vue investissement pour les professionnels, c’est intéressant parce que ça a un horizon de rentabilité. Refaire son enveloppe du bâtiment, c’est 30, 40, 50 ans, 100 ans pour avoir des retours sur investissement. Alors que changer son système énergétique pour un système énergétique nativement efficace, nativement bas carbone, ça a des retours sur investissement entre 5 à 10 ans. Et ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la transition énergétique, elle n’aura pas lieu et environnementale elle n’aura pas lieu si on n’est pas capable de la financer. Donc, il faut forcément se poser la question : quelles sont les technologies qui sont les plus efficaces en termes d’euros investis pour obtenir le résultat que l’on vise, qui est la décarbonation de notre activité ?

Vous aimerez peut-être