Terriennes B1 Intermédiaire

Terriennes - Maimouna Dembelé

Découvrons la jeune femme au centre de ce reportage... Pour cela, regardez la vidéo et replacez les mots-clés associés à son portrait dans le texte ci-dessous.
Terriennes-MaimounaDembele-Video

- Maimouna Dembelé vient du Mali. Et elle est à Paris pour la première fois.
- Elle fait partie de l'organisation Amnesty International, et son engagement remonte au lycée.
- À 14 ans, l'histoire d'une de ses camarades l'a choquée. Sa camarade voulait être journaliste et elle s'est retrouvée femme au foyer à cause d'une histoire de mariage arrangée.
- Au Mali, elle connaît des femmes obligés d'avorter (d'interrompre leur grossesse) clandestinement. Alors elle se bat pour le droit à l'avortement, mais même les plus jeunes ont des résistances.
- Elle est étudiante en droit et diplomatie. Plus tard, elle veut intégrer une organisation internationale. Elle veut assurer aux femmes d'Afrique et d'ailleurs de meilleurs droits
Émilie Lehr, formatrice labellisée TV5MONDE

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Les phrases suivent l'ordre du reportage. Écoutez encore une fois et n'hésitez pas à faire des pauses. 
Pour chercher la signification de quelques mots, consultez le dictionnaire TV5MONDE.

Bravo

Rien ne vous a échappé ! Quand vous regardez un document vidéo, testez-vous et essayez d'associer des mots-clés pour en résumer le contenu.
Nous sommes prêt-e-s à comprendre plus en détail le document.
Vous avez pris connaissance des points essentiels du portrait de Maimouna Dembelé. Si l'on vous demande de parler de la jeune femme en quelques mots, vous pouvez utiliser les informations de cette activité. Vous pouvez noter ces mots-clés dans un cahier personnel.
Maimouna Daounda Dembelé vient du Mali. Étudiante de 22 ans et déjà pleinement engagée pour la cause des femmes, elle est à Paris pour la première fois. Pas de tour Eiffel, ni de musées, direction Amnesty International.
 
Amnesty International, c’est mon monde. À l’université, on m’appelle « Mademoiselle droits de l’homme » ou « Amnesty International », tout le monde, même dans les rues.
 
J’ai adhéré à Amnesty quand j’avais 17 ans. Donc déjà au lycée, responsable d’antenne, je me suis retrouvée à coordinatrice nationale des jeunes. »
 
Née dans une famille polygame avec 21 frères et sœurs, Maimouna devient vite une femme de tête, une femme décidée à faire bouger les lignes. Il faut dire qu’à 14 ans, elle a été ébranlée par une histoire de mariage arrangé sur fond d’abus sexuel, une histoire qui a brisé la vie d’une de ses camarades.
 
Moi qui crie « eh, je veux devenir une diplomate, il faut que je devienne une diplomate, une avocate », elle qui crie « je veux devenir journaliste ». Et de journaliste elle s’est retrouvée à femme au foyer. Et ça, ça m’a beaucoup travaillé, elle n’a pas choisi cette vie-là.
 
Depuis Maimouna refuse le silence et s’attaque aux tabous. Dans sa ligne de mire en ce moment, l’avortement, toujours interdit au Mali, mais comment ouvrir le débat, les résistances sont fortes même parmi les plus jeunes.
 
Chacun a commencé à raconter une histoire vraie d’avortement clandestin, de comment ça s’était passé dans son quartier, de comment c’était chez elle. Alors je leur ai dit : « Est-ce que vous pensez que nous pouvons faire une campagne sur le droit à l’avortement, pour que l’avortement soit dépénalisé au Mali ? » Et elles m’ont dit « Oh mon Dieu, pourquoi tu veux te faire maudire ? »
 
C’est le risque qu’encourt toute musulmane, Maimouna le sait, mais refuse de baisser les bras.
 
Il y a énormément de choses à faire. Alors, si j’avais une baguette magique, je ne dirais pas une seule loi, je leur dirais seulement « adapter les textes nationaux aux engagements internationaux et régionaux » Ça, ça répondrait à tout. Ça va nous permettre d’avoir des lois qui vont interdire les mutilations génitales féminines. Ça va nous permettre d’avoir une loi pour légaliser l’avortement dans certains cas, comme les cas de viol et d’inceste.
 
D’ici 2 ans Maimouna sera diplômée en droit et diplomatie. Son objectif : intégrer une organisation internationale pour garantir aux femmes d’Afrique et d’ailleurs de meilleurs droits.

Vous aimerez peut-être