Diplôme de français des relations internationales B1 Intermédiaire

Quand une ressource naturelle est prise en otage

Slimane Zeghidour développe son explication avec une carte. Prenons donc le temps de l’observer.
Écoutez une nouvelle fois la chronique et complétez l’analyse.
Choisissez la réponse dans le menu déroulant Help on how to respond the exercice
FRI-Decryptage-140702-Irak-ConqueteEau-Video
« Comme nous le voyons sur cette carte
, le réseau hydraulique de l’Irak consiste en deux fleuves principaux : l’Euphrate|le Tigre à l’ouest et le Tigre|l'Euphrate à l’est. Ces deux fleuves sont évidemment très importants  pour l’approvisionnement de la population en eau mais également pour l’agriculture|la culture. On trouve sur leur cours de nombreux barrages|nombreuses centrales. Les deux fleuves jouent donc également un rôle important dans la production d’électricité|d’eau potable
Or, la tache orange que vous voyez correspond à l’État islamique|la zone kurde|la zone chiite. Vous pouvez constater que les principaux barrages|principales centrales se trouvent dans cette tache orange. Une très grande partie de l’eau irakienne est donc gérée par les djihadistes|les kurdes|les chiites, ce qui constitue un énorme moyen de pression sur Bagdad. 
Rappelons les faits : à l’heure actuelle, ils détiennent 80 %|60 % de l’eau, 60 %|80 % de l’électricité et 60 %|80 % du blé.
Vous comprenez maintenant pourquoi leurs opposants se battent pour reprendre le contrôle de ces infrastructures. L’eau est un enjeu extrêmement politique. 
»

nbOk réponse(s) correcte(s) sur nb

Attention

N’hésitez pas à double-cliquer sur les mots que vous ne comprenez pas ; vous ouvrirez ainsi le dictionnaire. Attention, si ces mots sont dans un menu déroulant, vous devez d’abord les sélectionner.

Bravo

Vous avez parfaitement décrypté la carte présentée dans la chronique. N’hésitez pas à utiliser la structure proposée quand vous devez commenter un document du même type.
Avez-vous remarqué le « or » ? C’est un petit mot qu’on utilise beaucoup dans les démonstrations. Il indique une opposition et introduit une nouvelle donnée  décisive pour la suite du raisonnement ou de l’explication.
Faites la dernière activité  pour enrichir votre lexique avec des expressions très utiles pour souligner la mainmise de quelqu’un.
Cette activité vous permet de construire une analyse de carte. La compréhension de la chronique est bien sûr importante, mais la structure du texte aussi.
Lisez attentivement la correction.
Avez-vous remarqué le « or » ? C’est un petit mot qu’on utilise beaucoup dans les démonstrations. Il indique une opposition et introduit une nouvelle donnée  décisive pour la suite du raisonnement ou de l’explication.
Faites la dernière activité  pour enrichir votre lexique avec des expressions très utiles pour souligner la mainmise de quelqu’un.
Conception : Hélène Emile, CAVILAM - Alliance française
Publié le 26/10/2015 - Modifié le 12/01/2017
Mohamed Kaci, journaliste
Slimane Zeghidour, bonsoir.
Slimane Zeghidour, éditorialiste
Bonsoir.
Mohamed Kaci, journaliste
Les Djihadistes veulent aussi mettre la main sur une autre ressource stratégique ; il s’agit de l’eau.
Slimane Zeghidouréditorialiste
Et qui est encore plus vitale. On va voir sur une carte, Mohamed. Regardez : il y a les deux fleuves : l’Euphrate à gauche et le Tigre à droite qui viennent de la Turquie. L’Euphrate traverse la Syrie et entre en Irak, et le Tigre entre en Irak par le Kurdistan. Depuis la Mésopotamie antique, ce sont les deux mamelles agricoles et aquifères de l’Irak. Or, si vous regardez la tache orange, c’est l’État islamique. Regardez bien comment les deux principaux barrages de Syrie sur l’Euphrate et comment les quatre principaux barrages de l’Irak sont entre les mains, déjà, de l’État islamique. Et ça, c’est une stratégie qui a été calculée, car, non seulement il y a 80 % de l’eau de l’Irak, mais aussi 60 % de l’électricité qui se produit en Irak est entre leurs mains, et même la récolte du blé : 60 % du blé irakien est cultivé – il est en train d’être récolté en ce moment – sous le contrôle de l’État islamique. Donc l’État islamique, en tenant les robinets de l’eau, peut étrangler Bagdad et tout le Sud chiite de l’Irak. Jamais dans l’histoire de la Mésopotamie depuis les Sumériens, un groupe n’a tenu à sa merci, en contrôlant l’eau, avec une telle exclusivité.  
Mohamed Kaci, journaliste
Slimane Zeghidour, merci pour ce décryptage sur la Syrie et l’Irak.
 

Vous aimerez peut-être