Regards croisés sur la Déclaration universelle des droits de l'homme B1 Intermédiaire

Les origines de la Déclaration universelle des droits de l'homme

Quels sont les principes énoncés par ces textes fondateurs ?
Regardez à nouveau la vidéographie et replacez les informations essentielles.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
Le Cylindre de Cyrus est considéré comme la première Déclaration des droits de l’homme dans le monde. On y retrouve le droit à l’égalité et la liberté de choisir sa religion.
La Charte du Mandé inclut les principes d’égalité, le respect d’autrui, le droit de réparation en cas de préjudice et interdit l’esclavage.
La Magna Carta prévoit, pour la première fois, des mesures de protection de la liberté individuelle.
Le Bill of Rights place la loi au-dessus du roi.
L’Habeas corpus limite la détention provisoire arbitraire.
La Déclaration d’indépendance des États-Unis consacre les principes de droits inaliénables des individus, d’égalité des hommes, de respect de l’opinion, de l’humanité et proclame le droit à la recherche du bonheur.
La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen définit à nouveau les droits de l’homme comme inaliénables, fondamentaux et naturels.

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Pour vous aider : les informations à replacer suivant l’ordre de la vidéo. Faites des pauses dans votre écoute pour faciliter le repérage.

Bravo

Vous connaissez maintenant l’origine de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Faites la dernière activité de la série pour  mieux comprendre le vocabulaire lié aux droits humains.
Consultez la solution pour connaître l’origine de la Déclaration universelle des droits de l'homme.
Faites ensuite la dernière activité de la série pour  mieux comprendre le vocabulaire lié aux droits humains.
Conception : Frédérique Treffandier, CAVILAM - Alliance française
Publié le 09/07/2018
Guillaume Meurice
Il était une fois la Déclaration universelle des droits de l’homme.
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, pour qu’on ne bascule plus jamais dans une telle barbarie, la communauté internationale a décidé d’élaborer un texte sur les droits communs à toutes et à tous, un texte qui s’impose à tous les États et qui protège tous les êtres humains contre toutes les discriminations, un texte qui garantit le droit à la vie, à la dignité, à l’égalité, à la sécurité, à la santé, à la liberté d’expression et d’opinion, à l’éducation, à une justice équitable. C’est comme ça qu’au bout de quatre ans de travail acharné, le 10 décembre 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme était adoptée par les Nations unies. Retranscrit dans plus de 500 langues, c’est un des textes les plus traduits au monde. Mais cette déclaration ne sort pas de nulle part. Plusieurs textes, tout au le long de l’histoire des sociétés humaines, ont posé des règles de vie commune. Le Cylindre de Cyrus écrit en Perse en 539 avant Jésus-Christ est considéré comme la première déclaration des droits de l’homme dans le monde. On y retrouve le droit à l’égalité et la liberté de choisir sa religion. La Charte du Mandé en Afrique de l’Ouest, élaborée au XIIe siècle, incluait les principes d’égalité, le respect d’autrui, le droit de réparation en cas de préjudice et interdisait l’esclavage. La Magna Carta, rédigée en 1215, prévoyait pour la première fois au monde des mesures de protection de la liberté individuelle. En Angleterre, le Bill of Rights de 1689 mettait la loi au-dessus du roi. L’Habeas corpus en 1679 limitait la détention provisoire arbitraire. Le 4 juillet 1776, la Déclaration d’indépendance des États-Unis consacrait les principes de droits inaliénables des individus, d’égalité des hommes, de respect de l’opinion, de l’humanité et proclamait le droit à la recherche du bonheur. En 1789, en France, c’est la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui définissait à nouveau les droits de l’homme comme inaliénables, fondamentaux et naturels. Ils étaient accordés aux hommes du simple fait de leur existence.
 

Vous aimerez peut-être