Terriennes B1 Intermédiaire

Lahou Keita - Une femme à la conquête de l’aéronautique

Allons à la rencontre de Lahou Keita.
Pour savoir qui est cette femme, écoutez son interview et choisissez la réponse correcte.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice

Terriennes-Lahou-et-Fatou-Keita-Video
 Comment s'appelle la société présentée ?
Keitas Systems
Keitas Aviation
Keitas Aéro
 Quelle est la nationalité de Lahou Keita ?
Elle est guinéenne.
Elle est française.
Elle est franco-canadienne.

Dans quel domaine cette société est-elle spécialisée ?

Dans la technique.
Dans l'aéronautique.
Dans la mécanique.

Quand et par qui la société a-t-elle été fondée ? (2 réponses) 

En 2011
En 2001
En 2004
Par Lahou et sa sœur 
Par Lahou et son père
Par Lahou 

D'où lui vient sa passion ?

De son frère avec qui elle jouait petite.
De son père qui lui a appris la technique.
De son grand-père avec qui elle réparait tout.

En quoi consiste son travail ?

Elle répare des avions partout dans le monde.
Elle contrôle l'état des avions partout dans le monde.
Elle vend des avions partout dans le monde.

nbOk réponse(s) correcte(s) sur nb

Attention

Les questions suivent l'ordre du reportage.
Prenez le temps de relire les questions et les propositions avant de visionner à nouveau l'interview de Lahou Keita.

Bravo

Vous en savez maintenant un peu plus sur cette femme.
Passez à l'activité suivante pour connaître son parcours professionnel.
Lisez la solution  : elle vous permettra de découvrir les grandes lignes du portrait de Lahou Keita.
Passez à l'activité suivante pour connaître son parcours professionnel.
Conception : Magali Delcombel, CAVILAM - Alliance Française
Publié le 08/10/2020
Lahou Keita, co-fondatrice & DG de Keitas Systems
Je suis Lahou Keita. Je suis la fondatrice de Keitas Systems. Je suis française, d’origine guinéenne, et Keitas Systems est basée en France et au Canada. Nous sommes une société d’expertise et de conseil aéronautique. Keitas Systems a été créée en 2011, créée par deux sœurs, Lahou Keita et Fatou Keita, parce que nous avions une vision différente de celle des hommes dans l’appréhension de la maintenance aéronautique. Et nous avons donc décidé de créer la société. J’ai un père qui m’a initiée à la technique, très petite, j’avais quatre ans. Père chirurgien qui était très précis et les premiers schémas électriques que j’ai faits, en recherche de panne sur nos chaudières, nos tondeuses à gazon, je les ai faits avec mon père qui a compris mon goût de la technique. Alors, j’ai préparé les concours de l’École Nationale d’Aviation Civile à Orly ; ensuite, j’ai eu la chance de rentrer comme opérateur à l’aéroport Charles-de-Gaulle et j’ai eu la chance, j’ai été la première femme noire à rentrer chez Dassault. Il a fallu batailler dur et la chance que j’ai, c’est que je parle cinq langues, dont le finnois. Et Dassault a dit : « Effectivement, elle est femme, elle est noire mais elle peut livrer des avions aux Finlandais, ce qui a été le cas. Ça a été ma force. Et ensuite, les Suisses sont venus me chercher pour être ingénieur de planification de maintenance, ce qui m’a permis d’appréhender tous les différents types d’avions et donc de ne pas seulement me limiter aux Falcons, ce qui fait ma force et me permet de pouvoir conseiller techniquement au plus près les clients de Keitas Systems. J’inspecte des avions partout dans le monde dans le cadre d’achat et de revente d’aéronefs et nous venons au centre de maintenance d’avions pour faire des audits pour les aider à identifier les problèmes auxquels ils font face, pour leur trouver des solutions concrètes et précises pour augmenter leur croissance. On a eu la chance d’être choisies par le gouvernement québécois pour mettre en place un hub aéronautique à l’échelle du Québec et à l’échelle de tout le pays. Et ça, c’est Keitas Systems qui va le faire, donc nous sommes très honorées de mettre en réseau à la fois les compagnies aériennes avec les centres de maintenance, ainsi que tous les acteurs aéronautiques au Canada. Les femmes africaines, elles sont très fortes, elles ont des idées et elles ont envie de participer à l’économie de leur pays. Et je pense que, si on se met toutes ensemble, nous, femmes d’Afrique, on peut développer énormément de choses. Alors moi, j’ai été très inspirée par Churchill qui est un de mes, on va dire, un de mes héros préférés, et il dit que le succès, c’est une succession d’échecs sans jamais perdre son enthousiasme. Ah, ça me stresse. C’est pas mon métier.

Vous aimerez peut-être