Diplôme de français des relations internationales B1 Intermédiaire

La diplomatie disruptive

La diplomatie a évolué avec nos sociétés. Stéphanie Rivoal, l'invitée de l'émission Internationales, nous en parle.
Quels sont les différents sujets abordés dans l'extrait ?
Cliquez sur la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice
FRI-Internationales-Stephanie-Rivoal-video
- Des pas de danse pour créer des liens avec la population.
{- La diplomatie dans le monde.}
- Les qualités nécessaires pour être diplomate.
- Les liens entre l'humanitaire et la diplomatie.
{- Les difficultés rencontrés par Stéphanie Rivoal à la présidence d'Action contre la faim.}
- Le parcours de Stéphanie Rivoal vers la diplomatie.
{- La diplomatie et les médias.}
nbOk élément(s) correctement sélectionné(s)
nbKo élément(s) sélectionné(s) en trop
nb élément(s) restant à sélectionner

Attention

Réécoutez l'extrait et faites des pauses si nécessaire. Les sujets à retrouver sont dans l'ordre de la vidéo.

Bravo

Vous avez identifié les sujets principaux de l'extrait.
Passez à l'exercice 2 pour en savoir plus sur la diplomatie selon Stéphanie Rivoal
Lisez la solution pour repérer les sujets principaux de l'extrait.
Passez à l'exercice 2 pour en savoir plus sur la diplomatie selon Stéphanie Rivoal
Conception : Samira El Azzimani, Alliance française de Bruxelles-Europe avec le français des affaires, CCI Paris-Île-de-France
Publié le 05/05/2020 - Modifié le 07/05/2020
Françoise Joly, journaliste
Bonjour Stéphanie Rivoal.
Stéphanie Rivoal, secrétaire générale du sommet Afrique-France 2020
Bonjour.
Françoise Joly, journaliste
Merci d’avoir accepté notre invitation. À mes côtés, Maryline Baumard, rédactrice en chef du Monde Afrique, qui est partenaire de cette émission, Le Monde. On vient de vous voir danser, donc avec les Ghettos Kids, ces enfants des banlieues défavorisées de la capitale et qui grâce à la danse, parfois, ont pu retrouver le chemin de l’école. Bon, dites-nous très sincèrement, vous aviez répété, non ? Parce que là, vous faites le show mais, d’une manière incroyable !
Stéphanie Rivoal, secrétaire générale du sommet Afrique-France 2020
J’avais beaucoup, beaucoup répété parce que les pas ont l’air très très simple comme ça mais, ce n’est absolument pas mon domaine d’expertise du tout. Donc, oui j’avais beaucoup répété avec eux, j’ai enlevé beaucoup de pas beaucoup trop compliqués pour moi et puis bon, ça reste cette énergie, ce dynamisme africain que je n’ai pas complètement dans mes gênes. Donc, oui, j’ai beaucoup répété et puis, après, dans le feu de l’action, on y va ! L’idée et vraiment, le message derrière tout ça, c’est d’être au contact de la population, d’être au contact de la jeunesse ougandaise et pour moi, j’envisageais mon rôle de diplomate comme étant la personne qui représente la France mais qui est vraiment dans cette idée de partage et de nouvelles frontières avec la société civile.
Maryline Baumard, journaliste et rédactrice en chef du Monde Afrique
Est-ce que ça veut dire qu’il faut être disruptif, aujourd’hui pour faire de la diplomatie, en France ?
Stéphanie Rivoal, secrétaire générale du sommet Afrique-France 2020
Je pense qu’il faut avoir, au moins, trois qualités, donc être un peu un couteau suisse. Bien sûr être capable d’analyse géopolitique, d’être aux contacts des autorités, de faire ce rôle de messager historique entre les deux pays, ça c’est essentiel. Il faut maintenant, aussi, comprendre le monde de l’entreprise, c’était ce que Laurent Fabius avait vraiment mis, poussé avec la diplomatie économique, c’est encore un autre monde, celui de l’argent, des contrats. Et puis, il y a cette troisième frontière, c’est comprendre les gens et pour ça, il faut aller au contact, en passant plus du tout par les canaux habituels, et je pense qu’aller au contact de la jeunesse au travers de la musique, du sport, de faire aussi, on avait fait les Geopolitics de Kampala avec Pascal Boniface à l’université Makéréré. Donc, d’être cette personne qui incarne, je pense que c’est possible et chaque diplomate peut utiliser ses propres forces. Moi, bon, je danse !
Françoise Joly, journaliste
Vous venez de la finance, on l’a rappelé, vous avez été au sein de l’ONG Action contre la faim, vous avez été présidente, alors pourquoi avoir quitté,… alors la finance, j’ai bien compris, c’était un moment, vous aviez… 
Stéphanie Rivoal, secrétaire générale du sommet Afrique-France 2020
de rupture personnelle.
Françoise Joly, journaliste
de rupture personnelle mais alors, l’humanitaire pour la diplomatie, comment ce passage…
Stéphanie Rivoal, secrétaire générale du sommet Afrique-France 2020
En fait, l’humanitaire est très proche de la diplomatie. On travaillait beaucoup avec le centre de crise et de soutien sur les conflits armés, les inondations, les tremblements de terre, les catastrophes naturelles. Donc en fait, on se voyait fréquemment et donc, il y a une porosité entre ces deux mondes. Il y a un conseil national du développement et de la solidarité internationale qui existe et donc, j’étais, je les connaissais et ils me connaissaient. Je finissais mon mandat d’Action contre la faim à la présidence et donc, du coup ben, j’ai parlé à mes contacts, en l’occurrence le directeur du centre de crise. Et je lui ai dit : « qu’est-ce que je peux faire maintenant pour continuer dans mon engagement et en étant au service ? ». Et là, c’est qu’il m’a fait cette proposition improbable : « et pourquoi pas ambassadrice ? ». Je lui dis : « mais, mais, mais… ».
Françoise Joly, journaliste
Parce qu’il n’y avait pas beaucoup de femmes, en fait. Ça vous a aidé, le fait d’être une femme ?
Stéphanie Rivoal, secrétaire générale du sommet Afrique-France 2020
Ah ben, c’est certain. Je répondais au quota parce que si les ministères ne nomment pas de femmes, ils ont des pénalités. Donc, est-ce que ça a été déterminant ? En tous les cas, ça a aidé. Maintenant, j’espère que j’apporte tout de même un peu de compétences mais c’est sûr que ça a joué, je pense.
Maryline Baumard, journaliste et rédactrice en chef du Monde Afrique
Et ce côté économique et rapport à la finance, qui va vous être très utile et qui vous est très utile, dans votre nouvelle fonction, c’est quelque chose aussi, j’imagine qui a beaucoup joué dans votre nomination.
Stéphanie Rivoal, secrétaire générale du sommet Afrique-France 2020
Oui, je pense qu’il y avait mon côté école de commerce, connaissance du monde de l’entreprise, le côté humanitaire et comme j’étais en Ouganda, c’est le pays qui accueille le plus de réfugiés de toute l’Afrique, notamment des Soudanais du Sud mais aussi des Congolais, des Tanzaniens, des Rwandais, je pense que j’avais cette compétence-là. Je n’avais pas ni les codes, ni la connaissance de la diplomatie, donc j’ai l’acquérir assez vite et ça, ça me manquait, mais ils ont fait ce pari. Donc vraiment, je les remercie de ce point de vue-là de m’avoir ouvert la porte.

Vous aimerez peut-être