Shamengo B1 Intermédiaire

Japon : un festival zéro déchet

Voyons comment Kanta Hani a rendu les festivals plus propres.
Écoutez la vidéo et complétez les phrases avec les informations correctes.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice

Shamengo-Kanta-ZeroDechet-video
Pour être bénévole auprès de Kanta Hani, il faut... 
(2 réponses)
avoir de la motivation.
avoir de l’enthousiasme.
être autoritaire.
être égoïste.
Les stations de collectes sont...
gérées par des bénévoles.
autonomes, sans animation.
animées par des festivaliers.
Les stations de collecte doivent être...
(2 réponses)
accueillantes.
illustrées de schémas explicatifs.
peu agréables à fréquenter.
simplement décorées et discrètes.
Les déchets sont...
collectés puis recyclés.
uniquement collectés.
collectés puis détruits.
Un gobelet en carton utilisé par un festivalier sera transformé...
en papier toilette.
en bouteille plastique.
en sac poubelle.
Les bouteilles en plastique deviendront, l'année suivante, ...
des sacs poubelles utilisés par les équipes de Kanta Hani.
des verres en carton utilisés par les festivaliers.
des sacs plastiques utilisés par les musiciens.

nbOk réponse(s) correcte(s) sur nb

Attention

Attention, pour rendre l'activité plus cohérente, les informations à retrouver ne sont pas dans l'ordre de la vidéo.

Bravo

Vous connaissez maintenant le secret de la réussite de Kanta Hani.
Poursuivez avec la quatrième activité afin de tester vos connaissances lexicales. 
Lisez la correction pour connaître le secret de la réussite de Kanta Hani.
Poursuivez avec la quatrième activité afin de tester vos connaissances lexicales. 
Conception : Marjolaine Pierré, CAVILAM - Alliance Française
Publié le 19/06/2019 - Modifié le 20/06/2019
Voix off
Kanta Hani, créateur du festival zéro déchet, Tokyo, Japon.
Voici souvent l’état d’une pelouse après un concert en plein air.
Pour tenter de modifier les comportements des festivaliers, cet activiste écologique décide de ramasser devant eux leurs déchets, avec une poignée de bénévoles, à partir de 1994.
Kanta Hanicréateur du festival zéro déchet 
Au début, ça n’a rien changé. Même en essayant très fort d’influencer le comportement des gens, on n’a eu aucun résultat pendant quatre ans. C’était très dur.
Voix off
En 1998, Kanta trouve enfin la formule gagnante : installer des stations de collecte réparties sur l’ensemble des sites partenaires et animées par plusieurs centaines de bénévoles, tout sourires.
Kanta Hanicréateur du festival zéro déchet 
On n’engage que des bénévoles très motivés, ce qui fait que quand les festivaliers arrivent, ils voient des gens très souriants, ce qui leur donne envie de sourire. Normalement, ce n’est pas très agréable de s’approcher de poubelles, mais nous arrivons à rendre l’endroit accueillant.
Voix off
Tous les déchets collectés par les équipes de Kanta sont bien évidemment recyclés.
Kanta Hanicréateur du festival zéro déchet 
Les verres en carton, on les recycle pour faire du papier toilette, les bouteilles plastiques en sacs poubelles qu’on utilise. Alors, quand quelqu’un comprend que le verre en carton qu’il jette va devenir l’année suivante du papier toilette qui va lui permettre de s’essuyer les fesses, il est très motivé, car cela donne du sens à un geste banal et le sensibilise sur l’environnement.
Voix off
À force de persévérance, Kanta peut aujourd’hui se targuer d’être parvenu à ses fins. Les équipes de nettoyage ont à peine quatre heures de travail à la fin des festivités pour rendre l’endroit aussi propre en partant qu’en arrivant, alors qu’il faut compter une semaine dans d’autres grands festivals, comme celui de Glastonbury, en Grande-Bretagne, par exemple.
Kanta Hanicréateur du festival zéro déchet 
Un groupe américain, Country Joe and the Fish, est venu chanter ici. À leur retour aux États-Unis, ils ont dit que c’était le festival le plus propre du monde. Et cette image nous est restée.
Voix off
Alors, prêts à faire mieux que Kanta pour porter haut les couleurs de votre festival de musique préféré ?

Participez à l’aventure de nos pionniers « Shamengo »

Vous aimerez peut-être