Diplôme de français des relations internationales B1 Intermédiaire

Évolution du journalisme et liberté de la presse

Dans cette interview, Paul Germain, le présentateur, et Jean-Paul Marthoz, journaliste et essayiste, correspondant en Europe au Comité de protection des journalistes, parlent de l'évolution du journalisme et de la liberté de la presse.
Écoutez le reportage et complétez le début des phrases pour retrouver le résumé des principaux sujets évoqués par les deux hommes.
FRI-B1-BarDeLEurope-Marthoz-Video

Raif Badawi est un blogueur en Arabie saoudite.
Le rôle des blogueurs aujourd’hui est un rôle tout à fait particulier.
Les blogueurs représentent aujourd’hui une partie du journalisme quand les journalistes professionnels ne peuvent pas exercer leur métier.
L’Union européenne a une relation ambigüe à l’égard de l’Arabie saoudite.
L'Arabie saoudite et l'Occident sont liés par des intérêts économiques et géopolitiques dans la région.
Murielle Bidault, CAVILAM - Alliance française avec la CCI Paris Île-de-France

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Pour vous aider : les deux hommes parlent d'abord des blogueurs, puis des journalistes professionnels et ensuite de l'Europe.

Bravo

Vous avez retrouvé les principaux sujets évoqués lors de cette interview.
Pour en savoir plus sur les nouvelles formes de journalisme, vous pouvez faire l'activité suivante.
Lisez attentivement la correction pour mieux comprendre la structure de l'interview.
Pour en savoir plus sur les nouvelles formes de journalisme, vous pouvez faire l'activité suivante.
Paul Germain, présentateur
Alors dans quelques jours, on va remettre le prix Sakharov, le Parlement européen va remettre ce prix à Raif Badawi. C’est un blogueur en Arabie saoudite qui a été condamné à dix ans de prison, 1000 coups de fouet, condamné pour simplement avoir réclamé davantage de liberté, de liberté religieuse notamment dans son pays. Le rôle des blogueurs aujourd’hui, c’est un rôle tout à fait particulier, les lanceurs d’alerte aussi. C’est une nouvelle forme de journalisme ?
Jean-Paul Marthoz, journaliste et essayiste, correspondant en Europe au Comité de protection des journalistes
Tout à fait. Moi, je pense que les blogueurs représentent aujourd’hui une partie du journalisme. Alors nous on dit au CPJ, il y a les journalistes professionnels, qui ont une carte de presse, mais aussi tous ceux qui contribuent au journalisme, qui en fait commettent ce qu’on appelle des « actes de journalisme ». C’est-à-dire que dans des sociétés où il n’y a pas cette liberté de la presse, ce sont des blogueurs, ce sont des citoyens, ce sont des professeurs, ce sont aussi des lanceurs d’alerte qui prennent le pas finalement sur les journalistes professionnels qui ne peuvent pas exercer leur métier. Donc ils sont essentiels, ils sont essentiels à la connaissance, à l’information, donc on doit les protéger. Ils font partie finalement du monde de la presse, du monde de l’information.
Paul Germain, présentateur
Et là aussi, vous diriez que l’Europe est un petit peu trop molle, trop patiente avec un pays comme l’Arabie saoudite ?
Jean-Paul Marthoz, journaliste et essayiste, correspondant en Europe au Comité de protection des journalistes
Je pense qu’elle a été depuis très longtemps trop patiente et l’exemple du châtiment qui est infligé à Raif Badawi le démontre encore. Mais il y a d’autres personnes : il y a un poète aujourd’hui qui est menacé de mort pour avoir blasphémé l’islam en Arabie saoudite. Mais c’est depuis très longtemps que finalement l’Union européenne a, à l’égard de l’Arabie saoudite, une relation, avec ce pays, une relation ambiguë. À la fois, on critique le wahhabisme en disant c’est cette manière de concevoir l’islam qui serait à l’origine du djihadisme ou de l’extrémisme religieux chez nous et ailleurs, et en même temps, on n’arrive jamais, finalement, à prendre des mesures à l’égard de ce pays puisque ce pays est considéré comme étant un élément essentiel des intérêts économiques et géopolitiques de l’Occident dans la région.

Vous aimerez peut-être