Destination Francophonie B1 Intermédiaire

Destination Les Balkans

Voici un numéro de Destination Francophonie et une nouvelle initiative positive pour la langue française et la francophonie ! Regardez l'émission et sélectionnez les informations que vous voyez ou entendez dans la vidéo. (Quand il y a plus d'une réponse, cela est indiqué entre parenthèses)
DestinationFrancophonie-BALKANS-Video

[1.]  [Découverte] {d'une ville}[ou]{d'un pays}[ou]d'une région
[2.] Des jeunes [-] {des retraités} [-] des étudiants [-] des francophones [-] {des guides} [(3 réponses)]
[3.] [Voyage en] bus [-] {train} [-] {avion} 
[4.] [Découverte d'un lieu] {et d'un sport} [-] et d'un métier [-] {et d'une tradition}
[5.] Filmer [-] {parler à la radio} [-photographier [-] écrire à l'ordinateur [(3 réponses)]
[6.] Travailler en équipe[ou]{travailler en solo (tout seul)}
[7.] Le journaliste Albert Londres[ou]{la ville de Londres}


Émilie Lehr, formatrice labellisée TV5MONDE
nbOk élément(s) correctement sélectionné(s)
nbKo élément(s) sélectionné(s) en trop
nb élément(s) restant à sélectionner

Attention

Réponses données par les images : 3 -5
Réponses données par les images et les commentaires : 1 - 2 - 4 - 6
Réponse donnée par les commentaires : 7

Bravo

C'est tout à fait ça !
Passez à l'exercice suivant, vous allez approfondir votre compréhension.
C'était une première découverte des images et des commentaires par des mots-clés.
Prenez le temps de lire les solutions, les informations vous aident à comprendre la suite.
Voix off

Cette semaine, Destination francophonie vous emmène dans les Balkans.

Cette mosaïque de pays au sud-est de l’Europe qui cherche aujourd’hui un avenir dans l’intégration européenne.

C’est à la découverte des Balkans que sont partis une douzaine de journalistes francophones en herbe.

« Sur les pas d’Albert Londres », c’est le nom de ce projet en hommage au père du grand reportage en France. Comme lui, 100 ans plus tard, ces jeunes ont découvert les Balkans, mais aussi un métier, le journalisme, et tout cela avec une langue commune, le français.

 

Ivan Kabacoffprésentateur de l’émission

Bonjour. Ils sont 12, Albanais, Macédoniens et Français, tous étudiants en journalisme, tous francophones et pendant 15 jours, ils ont traversé la Macédoine et l’Albanie pour raconter ces pays avec leur regard.

L’idée de cette formation itinérante au métier de journaliste est née dans le pays Vichy-Auvergne, la région natale d’Albert Londres. Des journalistes français professionnels encadrent et donnent des conseils pour aider les jeunes à produire tous les jours des reportages vidéo, des articles et des photos. Une vraie rédaction ambulante de jeunes reporters qui travaillent 24h sur 24 (24h/24). Les productions sont alors mises en ligne en temps réel sur le site du projet. Cette formation en direct sur le terrain permet de mettre le pied à l’étrier à ces jeunes journalistes qui souhaitent travailler dans des grands médias comme France Télévision, qui a fourni une aide technique au projet. C’est aussi une formidable aventure collective pour ces jeunes francophones qui proposent un autre regard sur le monde qui les entoure.

 

L’intérêt de ce projet, c’est qu’il permet à des jeunes Français de découvrir les Balkans, mais aussi à des jeunes de cette région de découvrir leurs cultures respectives, regardez.

 

Tom Lanneau, participant français

Je vais retenir beaucoup de choses de cette itinérance. En fait, en venant dans ces pays plutôt originaux comme la Macédoine et l’Albanie, on a pu aller dans des familles, dans des bazars, etc, pour découvrir vraiment comment vivaient les gens. Et on a pu apprendre des choses qui nous dépaysent vraiment, nous ; par exemple, qu’en Albanie on peut vivre avec 200 euros par mois, et que les gens ne se plaignent pas.

 

Ēri Licolli, participante albanaise

C’était trop intéressant voir des pays qu’on n’a pas vus[1]. On n’est pas fatigué à la fin de la journée, parce qu’on a fait un bon travail, des bons reportages.

 

Extrait vidéo du reportage « Combat des soldats français à Skopje » : « 100 ans après la Grande Guerre, que reste-t-il dans les mémoires des combats des soldats français à Skopje ? Je suis gardien de la[2] cimetière militaire français. Comme gardien je travaille 25 années[3]. »

 

Jacopo Landi, participant macédonien

Par rapport au travail d’équipe, c’est la façon dont je préfère travailler. C’est banal de dire que tout le monde apporte son différent point de vue[4], mais c’est vrai. C’est d’autant plus vrai parce que comme on était des Français, des Albanais, des Macédoniens, du coup on vient tous de différents parcours et du coup nos différences sont encore plus intéressantes.

 

Ivan Kabacoffprésentateur de l’émission

Je vous invite à découvrir les reportages de ces jeunes sur le site Internet du projet. Nous, on se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle destination. D’ici là, bonne semaine à tous sur la planète francophone.

[1] « C’était très intéressant de voir des pays qu’on n’a jamais visités »

[2] « du cimetière »

[3] « ici depuis 25 années »

[4] “ apporter un point de vue différent ou « apporter son point de vue »

 

Vous aimerez peut-être