Destination Francophonie B1 Intermédiaire

Destination Dakar

Vous allez découvrir l'émission Destination Francophonie. Elle peut être découpée en 5 parties. Pour avoir une vue d'ensemble, à vous de les remettre dans l'ordre en regardant une première fois la vidéo.

DF-Dakar-vidéo


- Brève présentation d'une ville et de son contexte.
- Lancement du sujet par le présentateur.
- Explication du sujet par le présentateur en images.
- Témoignages sous la forme de trois interviews.
- Invitation à aller sur le site Internet de l'émission.
Émilie Lehr, formatrice labellisée TV5MONDE

Certaines phrases sont correctement ordonnées entre elles et nous les regroupons pour la suite de l'exercice.

Attention

Suivez-bien les changements d'images et de contextes.
On voit :  
- des paysages
- des personnes,
- un plateau de télévision
- un reportage.
Faites des pauses pour mieux identifier les parties.

Bravo

Vous avez à présent une vue d'ensemble de l'émission ! C'est une bonne base pour approfondir votre compréhension. L'activité suivante porte sur la première partie.
Voici les cinq parties de cette émission. Cela vous permet d'avoir une vue d'ensemble et vous prépare à mieux comprendre le reportage.
Avant de passer à l'activité suivante, regardez encore une fois la vidéo et faites une pause quand vous identifiez une partie.
Ivan Kabacoff, présentateur
Cette semaine Destination Francophonie vous emmène à Dakar, la capitale du Sénégal. Cet ancien village de pêcheurs planté à l'extrémité ouest de l'Afrique est devenu une ville dynamique et en pleine mutation. Elle n'en a pas pour autant perdu sa fameuse "Teranga", ce mot wolof  qui désigne l'hospitalité légendaire des Sénégalais. Ce sens de l'accueil, Dakar l'a déployé récemment en organisant le 15e Sommet de la Francophonie. Toute la planète francophone s'est retrouvée à Dakar dont beaucoup de jeunes, bien décidés à faire bouger cette planète.
 
Bonjour, je vais vous dire une évidence : les jeunes sont l'avenir de la francophonie. Mais comment les mobiliser et leur faire percevoir qu'ils vivent dans un espace francophone où ils parlent tous une même langue : le français ? Eh bien, c'est tout le pari du programme des Volontaires internationaux de la Francophonie.
Chaque année, l'Organisation internationale de la Francophonie propose à 50 jeunes de devenir volontaires de la Francophonie. Pendant un an, ces jeunes sélectionnés parmi 3000 candidats, vont vivre une expérience professionnelle dans un pays francophone autre que le leur. Ils sont âgés de 21 à 34 ans et ils s'engagent à participer à un projet de développement dans une institution francophone. Un Togolais au Vietnam, un Camerounais au Canada ou encore un Français en Moldavie, la force de ce programme est de faire vivre à ces jeunes une aventure professionnelle mais aussi personnelle hors du commun. De retour dans leur pays, ils ont alors une toute autre vision de ce qu'est vraiment la francophonie.
À Dakar, j'ai rencontré des anciens volontaires. Je leur ai demandé ce que cette expérience leur avait apporté. Témoignages.
 
Théodore Somda, ancien Volontaire international de la Francophonie à l’Institut français de Cluj en Roumanie
J’étais un Burkinabé francophone en Roumanie et je représentais toute cette diversité culturelle et linguistique à travers ma personne. Dès qu’il y avait une activité qui touchait à la francophonie à l’université ou ailleurs, on m’invitait à venir partager mon expérience. Quand on me voyait, on me disait : « Ah lui, c’est monsieur OIF, monsieur Francophonie ! »
 
Ndeye Ngone Ndour, ancienne Volontaire internationale à la Francophonie à la Délégation de l’OIF aux Nations-Unies à Genève
Cette expérience m’a permis d’avoir une ouverture sur le monde. Sur le niveau professionnel aussi je me suis améliorée parce que j’ai une spécialisation en droits de l’Homme et de la paix. Donc c’est un tremplin pour ma carrière. »
 
Junior Tchassep, ancien Volontaire International de la Francophonie au bureau AUF de Dakar
À travers le programme « Volontariat Francophonie », j’ai pu découvrir que, au-delà des frontières, au-delà des continents, il y a avait quelque chose qui était au-dessus, qui pouvait faciliter l’intégration, la compréhension, les échanges et c’était justement la langue française. Donc c’était génial pour nous de savoir que l’on pouvait facilement échanger avec quelqu’un qui vient d’Haïti, de Macédoine, de Roumanie, de Bulgarie.
C’est quelque chose de formidable de savoir que le français justement nous permet aujourd’hui de rester en contact et de rompre effectivement ces barrières géographiques.
 
Ivan Kabacoff, présentateur
Alors, si vous aussi vous souhaitez devenir Volontaire international de la Francophonie, retrouvez toutes les informations sur notre site internet. Nous, on se retrouve  la semaine prochaine pour une nouvelle destination. D’ici là, bonne semaine à tous sur la planète francophone.

Vous aimerez peut-être