Mieux se comprendre B1 Intermédiaire

Culture diffuse et culture limitée

Elio Di Rupo et François Hollande, deux hommes politiques, sont interrogés par des journalistes. Mais les deux interviews ne se ressemblent pas.
Regardez les deux vidéos et dites s'il s'agit de l'interview d'Elio Di Rupo, de celle de François Hollande, des deux ou d'aucune.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice
IEAP-M3-Elio-DIRUPO-MaVie-combat-Belgique-video
IEAP-M3-Hollande-culture-diffuse-limitee-video
  • VidéoElio Di Rupo
  • VidéoFrançois Hollande
...parle de son enfance.

Elio Di Rupo
 

François Hollande

...parle de ses activités politiques.
Elio Di Rupo
François Hollande
...évoque un principe.
Elio Di Rupo
François Hollande
...répond facilement au journaliste.
Elio Di Rupo
François Hollande
...ne répond pas à la question du journaliste.
Elio Di Rupo
François Hollande
...est assis.
Elio Di Rupo
François Hollande
...est debout.
Elio Di Rupo
François Hollande
...est loin des journalistes.
Elio Di Rupo
François Hollande
L'ambiance est professionnelle.
Elio Di Rupo
François Hollande
L'ambiance est intime.
Elio Di Rupo
François Hollande

nbOk réponse(s) correcte(s) sur nb

Attention

Certaines informations sont contenues dans les images. Faites des pauses, prenez le temps de bien les regarder.
Une phrase ne correspond ni à Elio Di Rupo, ni à François Hollande.

Bravo

Les ambiances des deux interviews sont très différentes, l'une correspond à la culture diffuse, l'autre à la culture limitée. Pour apprendre à distinguer et à définir ces deux cultures, faites l'exercice suivant.
Les ambiances des deux interviews sont très différentes, l'une correspond à la culture diffuse, l'autre à la culture limitée. Pour apprendre à distinguer et à définir ces deux cultures, faites l'exercice suivant.
Conception : Paulette Trombetta, CAVILAM - Alliance française et Frank Lavadoux, IEAP
Publié le 07/02/2018
Journaliste 
L’invité de TV5MONDE, j’ai le plaisir de recevoir monsieur le Premier ministre de Belgique. Bonjour Elio di Rupo. […] Vos parents venaient d’Italie, des Abruzzes. Vous avez perdu votre papa très tôt.
Elio di Rupo 
Oui, à l’âge d’un an. 
Journaliste 
Voilà. D’un accident.
Elio di Rupo 
Un accident. Il était ouvrier mineur, mais il est décédé d’un accident. Il était à vélo, et il s’est fait accrocher par un camion. 
Journaliste 
On peut dire que vous êtes d’un milieu très pauvre. 
Elio di Rupo 
Oui, c’était un milieu ouvrier mineur. Quand j’ai perdu mon père, Maman n’avait plus aucune ressource financière, et donc trois de mes frères ont été placés dans un orphelinat et moi je suis resté avec ma mère, le temps que mes autres frères et ma sœur ne se marient. 
Journaliste 
Oui. Il y a eu cette volonté d’y arriver chez vous, très tôt ?
Elio di Rupo 
Mais ça je l’ai appris en cours de route. Je veux dire quand j’étais enfant, j’ai eu des difficultés. Quand j’étais adolescent, durant la crise d’adolescence, ce fut très difficile. J’ai triplé ma première année secondaire. Ce n’est qu’après que j’ai commencé à travailler et à étudier, faire une thèse de doctorat. Mais cette volonté n’était pas, comment dirais-je, elle n’existait pas dès l’enfance. Ce n’est qu’au fur et à mesure, et avec la considération des adultes vers l’âge de 17 ans que j’ai commencé à prendre conscience qu’il était nécessaire de travailler. Je me suis mis à travailler, et je n’ai jamais arrêté. 
Journaliste 
La publication, la semaine dernière d’un article vous concernant, dans un magazine, Closer pour ne pas le nommer, a suscité de l’émoi, des questions, de la curiosité. C’est inévitable. Il est un besoin de clarification vis-à-vis des Français, vis-à-vis aussi de ceux qui à l’étranger nous regardent. Vous serez dans quelques semaines aux États-Unis, reçu par le couple présidentiel américain. Alors Monsieur le Président, la question je vous la pose sans détour : Valérie Trierweiler est-elle toujours aujourd’hui Première dame de France ? Je vous remercie. 
François Hollande 
Je comprends votre question. Et je suis sûr que vous comprendrez ma réponse. Chacun, dans sa vie personnelle, peut traverser des épreuves. C’est notre cas. Ce sont des moments douloureux. Mais j’ai un principe, c’est que les affaires privées se traitent en privé, dans une intimité respectueuse de chacun. Ce n’est donc ni le lieu ni le moment de le faire. Mais si je ne répondrai à aucune question  aujourd’hui sur ce sujet, je le ferai avant le rendez-vous que vous avez fixé. 

Vous aimerez peut-être