Mieux se comprendre B1 Intermédiaire

Culture de groupe et de catégorie

Dans la même région, rencontrons maintenant Nadia Abdou, première femme présidente d'un service d'eau sur le continent africain. Celle que l'on surnomme « la dame de fer de l'eau » se bat pour la préservation du fleuve. Elle nous explique pourquoi.
Écoutez Nadia et remettez en ordre ses propos.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice

IEAP-ValleeDesReines-Nadia-Nil-video
Depuis l'époque des pharaons, l'eau du Nil est source de vie pour les Égyptiens.
On l'utilise pour l’industrie, l'irrigation et pour boire.
La part de l'utilisation de l'eau du Nil par l'Égypte a été définie par un traité international.
Depuis les années 50, l'Égypte a droit à 55,5 milliards de m3 par an.
Mais la population égyptienne a beaucoup augmenté depuis.
Ces 55,5 milliards de m3 ne sont pas suffisants pour couvrir les besoins des 80 millions d'Égyptiens.
En 1985, l'Égypte a développé l'irrigation dans le désert.
Dans les nouveaux villages, l'irrigation se fait désormais en conservant l'eau.

Certaines phrases sont correctement ordonnées entre elles et nous les regroupons pour la suite de l'exercice.

Attention

Lisez l'ensemble des propositions avant de faire une nouvelle écoute.
Pour vous aider :
- regardez les indications de temps en italique : le témoignage de Nadia suit un ordre chronologique.
- observez les images. Elles sont là pour faciliter votre repérage.

Bravo

Nadia insiste sur l'importance du Nil en Égypte avant d'évoquer l'histoire des méthodes d'irrigation et la mise en place de pompes dans les villages.
Réalisez maintenant l'exercice suivant pour comparer les témoignages de ces femmes du Nil.
Consultez la solution. Nadia insiste sur l'importance du Nil en Égypte avant d'évoquer l'histoire des méthodes d'irrigation et la mise en place de pompes dans les villages.
Réalisez maintenant l'exercice suivant pour comparer les témoignages de ces femmes du Nil.
Conception : Frédérique Treffandier, CAVILAM - Alliance française, avec l'IEAP.
Publié le 27/01/2017 - Modifié le 10/02/2017
Nadia 
Le Nil, c’est la vie pour les égyptiens. On le sait depuis l’époque des pharaons. C’est valable pour tout : l’industrie, l’irrigation, l’eau pour boire. Avant nous étions riches en eau. La plupart de l’eau utilisée en Egypte provient du Nil. Notre part de l’utilisation de l’eau du Nil a été définie par un traité international. Depuis les années 50, nous avons droit à 55,5 milliards de m3 par an. Il y a 30 ans nous étions seulement 35 millions d’habitants en Egypte. Maintenant nous sommes 80 millions, ces 55.5 milliards de m3 ne sont pas suffisants pour couvrir les besoins en irrigation, et en eau potable de tous les égyptiens. […] En 1985, nous avons commencé à développer l’irrigation dans le désert. Des pompes ont été mises en place. Dans les nouveaux villages, l’irrigation ne se fait pas par l’immersion des terres. Mais elle se fait en conservant l’eau.

Vous aimerez peut-être