7 jours sur la planète B1 Intermédiaire

Comment stopper la haine sur les réseaux ?

Les réseaux sociaux sont mis en cause dans une affaire criminelle.
Regardez et écoutez le reportage et remettez dans l'ordre les différentes questions auxquelles il répond.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice

7jours-201023-ReseauxSociaux-Video
Qu'est-il arrivé à Samuel Paty ?
Que nous apprend Jean Reinhart sur le terrorisme numérique ?
Comment surveiller Internet ?
Que pense Delphine Meillet de la loi actuelle ?
Que fait le gouvernement français ?

Certaines phrases sont correctement ordonnées entre elles et nous les regroupons pour la suite de l'exercice.

Attention

Réécoutez le reportage attentivement. Ensuite, corrigez vos réponses.

Bravo

Vous avez compris la structure du reportage.
Faites l'exercice 2 pour en apprendre plus sur cette affaire.
Lisez la solution pour comprendre la structure du reportage.
​Faites l'exercice 2 pour en apprendre plus sur cette affaire.
Conception : Samira El Azzimani, Alliance française de Bruxelles-Europe
Publié le 23/10/2020 - Modifié le 16/11/2020
Voix off
Dans les jours qui ont précédé la mort de Samuel Paty1, sur les réseaux sociaux, des messages, des vidéos appelant à sa suspension, dévoilant son nom ou son adresse. Une cabale numérique émanant souvent de comptes anonymes qui pourrait avoir influencé son assassin. Dans les affaires de terrorisme, les messages échangés sur Internet occupent souvent une place prépondérante.
Me Jean Reinhart, avocat de victimes du terrorisme
Depuis maintenant près, plus de 10 ans, on voit les actes terroristes diffusés au fur et à mesure sur les réseaux sociaux et c’est ça devient très compliqué pour les victimes parce que, elles comprennent qu’il y a des appels à la haine. Ce qui est abominable c’est que les réseaux sociaux continuent de diffuser cette information.
Voix off
Alors comment mieux surveiller ce qui se dit et s’échange sur Internet ? En juin dernier, la députée LREM Laetitia Avia présente un texte de loi visant à mieux encadrer les réseaux sociaux et punir la haine en ligne. Mais il est retoqué par le Conseil constitutionnel2 qui estime qu’il porte atteinte à la liberté d’expression. Une erreur pour cette avocate. Selon elle, une nouvelle loi est urgente car aujourd’hui, il faut en moyenne 4 à 6 mois pour faire supprimer un contenu d’un réseau social si ce dernier ne coopère pas.
Me Delphine Meillet, avocate spécialiste du droit numérique
Aujourd’hui la loi est tout à fait insuffisante. Elle est pas assez rapide, y a pas assez de responsabilités mises sur la tête des réseaux sociaux. Si vous voulez, aujourd’hui il faut vraiment de gros moyens pour réellement les voir condamner, si jamais d’eux-mêmes ils décident de ne pas supprimer un contenu.
Voix off
Le gouvernement souhaite remettre rapidement ce sujet sur la table. Marlène Schiappa3 entend rencontrer dès la semaine prochaine les dirigeants des principaux réseaux sociaux.

1 professeur d’histoire en France, assassiné suite à son cours sur la liberté d’expression
2 il veille au respect des droits et des libertés garantis par la Constitution
3 ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté

Vous aimerez peut-être