Diplôme de français des relations internationales B1 Intermédiaire

Comment les médias sociaux façonnent-ils l'opinion ?

Le documentaire de Thomas Huchon : « La nouvelle fabrique de l’opinion » évoque une expérience menée à l’École de journalisme de Sciences Po. En quoi consiste cette expérience ? Regardez l’extrait et identifiez les informations données.
Cliquez sur la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice
FRI-ObjMonde-VirusComplotiste-Facebook-medias-opinion-video
{L’expérience a été proposée pendant une campagne préélectorale.}
De faux profils Facebook ont été créés pour l’occasion.
Chaque jour, chacun d’entre eux passe entre quinze et soixante minutes sur Facebook.
L’expérience veut montrer l’impact politique de Facebook sur les utilisateurs.
{Elle veut aussi montrer que les thèmes imposés par le réseau social sont les mêmes que ceux des médias traditionnels.}
Chaque jeune journaliste représente un sympathisant de courant politique précis, comme la France insoumise ou les Gilets jaunes.
{6 courants politiques ont été identifiés.}
nbOk élément(s) correctement sélectionné(s)
nbKo élément(s) sélectionné(s) en trop
nb élément(s) restant à sélectionner

Attention

Pour vous aider, les informations sont dans l’ordre d’écoute.

Bravo

Vous avez parfaitement identifié les informations données sur l’expérience.
En voici une présentation : 
6 jeunes journalistes de Sciences Po ont endossé le rôle de sympathisants de courants politiques précis et animé un profil Facebook spécialement créé.
En suivant l’évolution de leurs profils, les amis et les groupes suggérés par le réseau social, les posts, les articles ou les lives proposés, l’enquête montre comment Facebook influence l’opinion de ses utilisateurs.
 
Faites l’activité suivante pour bien comprendre les résultats de l’expérience.
Cette activité vous permet de comprendre comment Thomas Huchon a construit son documentaire « La fabrique de l’opinion ».
Lisez la solution, puis faites l’activité suivante pour bien comprendre les résultats de l’expérience.
 
Voici une présentation de l’expérience :
6 jeunes journalistes de Sciences Po ont endossé le rôle de sympathisants de courants politiques précis et animé un profil Facebook spécialement créé.
En suivant l’évolution de leurs profils, les amis et les groupes suggérés par le réseau social, les posts, les articles ou les lives proposés, l’enquête montre comment Facebook influence l’opinion de ses utilisateurs.
Conception : Hélène Emile, CAVILAM - Alliance Française, avec la CCI Paris Île-de-France
Publié le 06/04/2021 - Modifié le 12/04/2021
Voix off
Créer de l’émotion, de la colère chez les utilisateurs, cela a un but bien précis.
Tristan Mendès France, spécialiste des réseaux sociaux
Vous allez rester beaucoup plus longtemps si vous êtes énervé·e par un contenu que si vous êtes confronté·e à une position médiane, mesurée, balancée. En gros, le succès d’un contenu pour Facebook dépend du temps que vous allez passer sur ce contenu, sur ce post, sur cet article, sur ce « live ».
Bruno Patino, doyen de l’École de Journalisme de Sciences Po
Le but de Facebook, c’est de capter le plus possible de votre attention pour vendre le plus possible de publicité.
Voix off
L’expérience a démarré depuis six semaines. Les jeunes journalistes passent entre quinze minutes et une heure par jour sur leur profil. Facebook les enferme progressivement dans une bulle d’opinion qui commence à avoir sur eux un impact politique. Cette information que l’on appelle « en silos » est une conséquence directe de l’enfermement social que nous avons constaté dans la première partie de l’expérience. Quand Facebook proposait aux profils, des amis ou des groupes ayant la même couleur politique.
Tristan Mendès France, spécialiste des réseaux sociaux
Il faut bien comprendre que suivre l’actualité via Facebook, c’est suivre l’actualité à travers un filtre « affinitaire ».
Voix off
Au bout d’un moment, la bulle devient de plus en plus monolithique. Six semaines après le début de l’expérience, cela va finir par avoir un effet sur les étudiants pourtant avertis. Y compris quand ils ne partagent absolument pas les idées politiques des profils qu’ils animent.
Mathilde Blayo, profil Rassemblement National
Moi, je suis persuadée que le Rassemblement national va gagner, parce que je suis dedans en ce moment. Tous mes amis Facebook, là, qui sont là-dedans, ils peuvent pas penser autrement que ce qu’ils pensent. Et c’est vraiment flagrant à quel point la bulle conditionne leur regard.
Octavie Maurel, profil Gilet jaune
Y aucun… aucun article de média officiel sur mon fil d’actualité. C’est vraiment une forteresse de pensée similaire et que je suis juste ultra confortée dans ce que mon profil factice pense ou pourrait penser.
Voix off
Une forteresse hermétique à toute contradiction. L’information classique produite par des professionnels est quasiment invisible, balayée par tout ce que Facebook choisit de pousser sur les murs de nos infiltrés.
Bruno Patino, doyen de l’École de Journalisme de Sciences Po
Facebook est un accélérateur de contenus, mais il accélère pas tous les contenus de la même façon. Ce qu’on constate sur Facebook, c’est que l’information, j’allais dire professionnelle et rigoureuse, est moins accélérée que d’autres contenus plus émotionnels, et beaucoup plus outranciers.

Vous aimerez peut-être