Shamengo B1 Intermédiaire

Burkina Faso : des toits en terre

Le projet de Thomas Granier est très intéressant pour l'habitat africain. Mais quelles sont les différences entre la tôle ondulée et la voûte nubienne ?
Écoutez le reportage et retrouvez les points forts et les points faibles de chaque technique. 
Shamengo-ToitsTerre-ThomasGranier-Video

Elle est bon marché.
On la trouve de plus en plus en Afrique.
Elle sert de plus en plus à la construction des toits.
Elle est contraire au développement durable.
Elle n'apporte aucun confort.

Elle assure un certain confort.
Elle est assez coûteuse.
Elle est durable.
Elle est fabriquée localement.
Elle est victime de son succès.
Magali Foulon, CAVILAM - Alliance française

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Relisez bien les propositions et faites des pauses pour avoir le temps de répondre.

Bravo

Effectivement, la tôle ondulée n'est pas confortable et en plus elle n'est absolument pas durable, contrairement à la voûte nubienne.
La voûte nubienne est une construction en forme de voûte, originaire de la Nubie, région du sud de l'Égypte, qui est faite à base de terre crue séchée au soleil.
Pour en savoir plus sur cette technique ancestrale, faites l'exercice suivant.
La tôle ondulée est un matériau très utilisé en Afrique mais elle n'est ni confortable, ni durable, contrairement à la voûte nubienne.
La voûte nubienne est une construction en forme de voûte, originaire de la Nubie, région du sud de l'Égypte, qui est faite à base de terre crue séchée au soleil.
Lisez la correction puis faites l'exercice suivant pour en savoir plus sur cette technique ancestrale.
Voix off
Thomas Granier, fondateur de La Voûte nubienne, Ouagadougou, Burkina Faso.
La tôle ondulée sert de plus en plus souvent de toit pour les habitations en Afrique. Pourtant, ce matériau s’avère totalement inadapté en termes de confort et de durabilité.
En 1985, ce maçon français découvre par hasard que les Égyptiens fabriquaient il y a 3 500 ans, des toits en briques de terre crue grâce à la technique de la voûte sans coffrage.
Thomas Granier, fondateur de La Voûte nubienne
Pendant longtemps, je me suis demandé comment est-ce que c’est possible de monter une voûte sans coffrage. Et, à l’invitation d’un ami, ici au Burkina, j’ai voulu tenter le coup et très rapidement, on bascule d’un happening[1] technique à se dire, mais en fait, est-ce que ça, c’est pas la solution et puis, certainement envoûté, il n’a plus été question de faire autre chose. 
Voix off
Pour construire ces maisons, faites à 100 % avec des ressources locales, l’association La Voûte nubienne forme des maçons au Burkina, au Mali et au Sénégal.
Thomas Granier, fondateur de La Voûte nubienne
Aujourd’hui, il y a 2 000 voûtes construites pour à peu près 1 200, 1 300 clients. C’est dérisoire au regard des besoins des populations, ici. Les clients sont principalement des paysans, qu’il faut convaincre ; les maçons eux-mêmes sont issus des populations paysannes. Ça, peut-être, c’est la chose dont moi, personnellement, je suis le plus fier. On le fait dans une véritable économie du développement qui n’est pas de l’assistance, qui n’est pas du don, qui n’est pas de la charité. Ça, c’est franchement le défi le plus compliqué et c’est peut-être là où on est les plus novateurs et les plus intéressants. 
Voix off
Construire une voûte nubienne coûte plus cher à l’achat, mais l’investissement de départ est largement amorti dans le temps.
Thomas Granier, fondateur de La Voûte nubienne
Le confort est évident, palpable. La durabilité est là et je dirais qu’un des défauts de la voûte nubienne, c’est le nombre de gens qui viennent les visiter. 
Voix off
Après les villageois, les citadins découvrent cette technique qui permet de construire des maisons sur deux étages. Alors, prêts à vous inscrire sur la liste d’attente ?


[1] happening : anglicisme, une performance

Vous aimerez peut-être