Quèsaco B1 Intermédiaire

Avec l'arc noir, de Vassily Kandinsky

On retrouve trois éléments principaux sur le tabeau de Kandinsky : l'arc, les planètes et les traits noirs.
Quelles sont leurs significations ? À quoi font-ils référence ?
Écoutez la vidéo (à partir de 1'10) et classez les propositions.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
Quesaco-2-Kandinsky-ArcNoir-video
L'arc
Un équipement pour attacher les chevaux
Une arme de guerre
Une baguette de chef d'orchestre

Les planètes
Des couleurs
Une danse
Les traits noirs
Une partition musicale
Des respirations

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Réécoutez bien la vidéo.
Les propositions ont été un peu reformulées.
Pour l'arc, il y a 3 réponses à retrouver ; pour les planètes : 2 ; pour les traits noirs : 2.

Bravo

Faites l'exercice suivant pour comprendre quels effets le tableau produit sur le spectateur.
Faites l'exercice suivant pour comprendre quels effets le tableau produit sur le spectateur.
Conception : Sabrina Fecchio, Alliance française de Bruxelles-Europe
Publié le 30/12/2020
Voix off
Ouvrez grand vos oreilles, la symphonie de Kandinsky va résonner ! Nous sommes en 1912 et le peintre russe Vassily Kandinsky fait sa révolution artistique. Avec l’arc noir, le peintre abandonne le figuratif pour l’abstrait. Il se libère de la représentation de l’objet. La photographie et le cinéma le feront bien mieux, désormais. Il suffit de trois formes vibrantes affranchies de la pesanteur, pour que Kandinsky se transforme en chef d’orchestre. La toile devient une partition, toute la gamme de son talent va s’exprimer. Passionné de musique, l’artiste transforme les sons en couleurs. Avec cette œuvre construite sur le principe de la dissonance, emprunté à l’univers musical d’Arnold Schönberg, on entre dans un monde spirituel. Aucune piste de lecture connue pour donner le ton, l’arc noir nous met face à nos émotions. Chapeautant presque l’entièreté de l’œuvre, se dresse la pièce maîtresse qui a donné son nom au tableau : l’arc. À la fois représentation du douga, harnachement en bois pour attelage de chevaux, arc guerrier auquel il manquerait ses flèches, ou baguette de chef d’orchestre, cette forme triangulaire organise le tableau en un mouvement circulaire. Le tempo ainsi donné, impulse l’élan créateur et libérateur. De part et d’autre des trois sommets de l’arc, trois planètes colorées évoluent et s’entrechoquent dans un étrange ballet. Se rencontrent-elles ? S’éloignent-elles ? Ou encore, se repoussent-elles ? La rouge éclatée bouscule la fuyante violette qui semble attirée par le calme de la figure bleue. Harmonie ? Disharmonie ? Les formes dansent sur une composition instrumentale savante… L’orchestre joue et Kandinsky en est le chef inspiré. Enfin, tout comme les symphonies se transforment et évoluent, l’artiste russe dépose sur la toile des traits noirs qui ressemblent à des partitions musicales. Soupirs, croches, doubles croches, dièses et pauses… Des respirations pour mieux se laisser envahir par la musique et ses couleurs. Cette œuvre fait appel à l’imagination et laisse à chacun le soin d’écouter sa propre musique car comme le disait Vassily Kandinsky : « l’art est le seul langage que l’âme peut entendre », mais ça, c’est une autre histoire.

Vous aimerez peut-être