Diplôme de français des affaires B1 Intermédiaire

Automobile : un marché en pleine évolution

Pour parler d’un marché en évolution, il faut connaitre le contexte. Écoutez le Journal de l’économie et replacez les informations dans l’ordre.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
FDA-JTEco-18-02-20-Graphique-video
Le marché automobile européen en recul
Les faits
Un nouveau règlement européen et une inquiétude liée au Brexit
Les causes
Les chiffres en France, en Italie et en Allemagne
Les exemples
La possible fermeture d’usines pour l’entreprise Renault
Les impacts
L’adaptation des constructeurs aux véhicules  électrique et connecté
Les défis

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Le type d’informations (les faits, les causes etc.) est dans l’ordre d’écoute.

Bravo

Vous avez retrouvé la structure et les informations clés de l’émission. Passez à l’exercice 2 pour en savoir plus sur le marché de l’automobile en Europe.
Lisez la solution pour connaitre la structure et les informations clés de l’émission. Passez à l’exercice 2 pour en savoir plus sur le marché de l’automobile en Europe.
Conception : Delphine Ripaud, en partenariat avec la CCI Paris Île-de-France
Publié le 27/05/2020 - Modifié le 12/06/2020
Demet Korkmaz, journaliste
Le Journal de l’économie sur TV5MONDE. Bienvenue à tous ! C’est un phénomène européen : le marché de l’automobile est en repli. Les changements réglementaires expliquent en grande partie cette chute. Depuis le début de l’année, l’Union européenne oblige effectivement les constructeurs à limiter leurs émissions de CO2, sous peine de lourdes amendes. D’autre part, les incertitudes liées au Brexit ont également pesé. Si bien qu’en janvier, les ventes ont reculé de 7, 5 %. Sur les principaux marchés européens, la France souffre particulièrement de ce contexte et enregistre le plus fort repli : moins 13, 4 %, c’est deux fois plus que l’Allemagne, en recul de 7, 3 %. L’Italie résiste mieux : 5, 9 %, c’est en-dessous de la moyenne européenne. Vendredi dernier, la directrice de Renault avait annoncé n’avoir aucun tabou vis-à-vis d’éventuelles fermetures d’usines en France. Le groupe a enregistré une perte nette de plus de 140 millions d’euros. L’annonce suscite quelques inquiétudes. Bruno Lemaire, en déplacement à Bruxelles, a tenté de rassurer les salariés des sites français.
Bruno Lemaire, ministre français de l’Économie
Renault est une très belle entreprise française, c’est un des géants de l’industrie automobile mondiale. Il fait face, comme tous les constructeurs automobiles mondiaux, à des défis absolument considérables avec le véhicule électrique et le véhicule connecté. Mais nous serons très vigilants, je le redis, sur la préservation de l’emploi et des sites industriels en France.

Vous aimerez peut-être