Astuces pour apprendre B1 Intermédiaire

Astuces pour apprendre : le reportage

Choisissez le résumé du reportage qui vous semble le meilleur. Quels seront vos critères de choix ?
Astuces-Reportage-Wari-video

{Résumé n°1 :
C'est une borne blanche qui ressemble à un distributeur de boissons ou à une pompe à essence. Composée de matières recyclables et n'utilisant que des énergies renouvelables, c'est une machine très demandée puisque, au Rwanda, il n'y a que 14 % de la population qui dispose de l'électricité. De conception rwandaise, les premiers modèles ont été assemblés en Pologne, mais le produit sera très bientôt 100 % rwandais.}

{Résumé n°2 :
Le chargeur de portables collectif n'a que des avantages. Pour Jean-Claude, le gérant, il permet de recharger le téléphone de ses nombreux clients pour quelques francs seulement. Jonas, un client, devait rechercher un des rares générateurs d'électricité pour recharger son téléphone, avant l'apparition de cette machine. Emmanuel, qui apprécie également ce chargeur, souligne son utilité dans les campagnes. Quant à Henri Nyakarundi, il pense que son invention est un exemple à suivre pour les Africains, afin de parvenir à une autosuffisance technologique.}

{Résumé n°3 :
Une machine innovante est apparue au Rwanda : le chargeur de portables collectif. Ce dispositif est écologique puisqu'il est fait de matières recyclées et qu'il fonctionne aux énergies renouvelables. Il est très apprécié car, dans ce pays, l'électrification est insuffisante mais les téléphones portables sont nombreux. Et pour 100 francs rwandais, vous pouvez recharger votre portable en 30 minutes !}

Résumé n°4 :
Un chargeur de téléphones portables collectif, innovant et écologique, remporte un grand succès au Rwanda. Il pallie l'insuffisance du réseau et des générateurs électriques et permet de recharger une quinzaine de téléphones simultanément, en peu de temps et pour un faible coût. Ce dispositif, conçu et développé par un société basée à Kigali, actuellement assemblé en Pologne, sera prochainement 100 % rwandais. Pour son concepteur, cette invention est un exemple à suivre pour les Africains, afin de ne plus dépendre de l'étranger.
Robert Angéniol, CAVILAM - Alliance française
nbOk élément(s) correctement sélectionné(s)
nbKo élément(s) sélectionné(s) en trop
nb élément(s) restant à sélectionner

Attention

Un « bon » résumé retient les informations importantes et ne s'intéresse pas aux détails, sauf s'ils sont réellement signifiants (par exemple, le nombre de victimes d'une catastrophe, qui donne une idée de l'ampleur de l'évènement). Il s'intéresse à l'ensemble du reportage et ne privilégie pas une partie par rapport aux autres, accorde le même intérêt aux commentaires qu'aux interviews et illustrations, s'ils apportent des informations. Enfin, il doit être synthétique : bref et complet.

Bravo

- Si vous avez choisi le résumé n°1, votre écoute a été mal orientée. En effet, ce résumé ne prend en compte que le commentaire et néglige les informations données par l'image et les interviews. De plus, il est centré davantage sur les détails que sur le fond. On ne sait pas quel est le sujet du reportage, les mots clés  « chargeur », « téléphone portable » n'y figurent pas. Cherchez à saisir le sens global des phrases plutôt qu'à retenir des mots, cela vous aidera à distinguer le détail du principal.

- Si vous avez choisi le résumé n°2, votre écoute a été mal orientée. Ce résumé ne relate aucune des informations fournies par le commentaire et les images et ne s'attache qu'au contenu des interviews. Il est donc partiel et n'évoque pas certains points essentiels : c'est un produit innovant, écologique, etc. Rappelez-vous que les interviews dans un reportage servent souvent à confirmer et compléter les informations données par le commentaire et ne suffisent pas à elles seules à une bonne compréhension du reportage.

- Si vous avez choisi le résumé n°3, votre attention n'a pas été soutenue jusqu'à la fin. D'une part, la dernière phrase du résumé, qui s'apparente à un slogan commercial, trahit le ton du reportage. Mais surtout, ce résumé est partiel : il ne s'intéresse qu'à la première partie du reportage (commentaires 1 et 2, interviews 1 et 3). S'il est vrai que généralement le début du reportage répond aux questions : qui, quoi, où et quand, il est souvent nécessaire d'en écouter la fin pour connaître les causes et les conséquences de l'évènement. Pour vous assurer d'avoir bien compris l'ensemble du reportage, maintenez votre attention jusqu'au bout.

- Si vous avez choisi le résumé n°4, vous avez su distinguer l'essentiel du détail. Peu de détails figurent dans ce résumé mais aucune information essentielle n'y manque. Vous avez pratiqué une écoute sélective, consistant à concentrer votre attention pour obtenir les réponses aux questions de base (qui, quoi, où... cf. exercice n°1) et vous avez laissé de côté les détails (prénoms des personnes interviewées, prix et durée d'un chargement, etc.). Félicitations !
- Si vous avez choisi le résumé n°1, votre écoute a été mal orientée. En effet, ce résumé ne prend en compte que le commentaire et néglige les informations données par l'image et les interviews. De plus, il est centré davantage sur les détails que sur le fond. On ne sait pas quel est le sujet du reportage, les mots clés  « chargeur », « téléphone portable » n'y figurent pas. Cherchez à saisir le sens global des phrases plutôt qu'à retenir des mots, cela vous aidera à distinguer le détail du principal.

- Si vous avez choisi le résumé n°2, votre écoute a été mal orientée. Ce résumé ne relate aucune des informations fournies par le commentaire et les images et ne s'attache qu'au contenu des interviews. Il est donc partiel et n'évoque pas certains points essentiels : c'est un produit innovant, écologique, etc. Rappelez-vous que les interviews dans un reportage servent souvent à confirmer et compléter les informations données par le commentaire et ne suffisent pas à elles seules à une bonne compréhension du reportage.

- Si vous avez choisi le résumé n°3, votre attention n'a pas été soutenue jusqu'à la fin. D'une part, la dernière phrase du résumé, qui s'apparente à un slogan commercial, trahit le ton du reportage. Mais surtout, ce résumé est partiel : il ne s'intéresse qu'à la première partie du reportage (commentaires 1 et 2, interviews 1 et 3). S'il est vrai que généralement le début du reportage répond aux questions : qui, quoi, où et quand, il est souvent nécessaire d'en écouter la fin pour connaître les causes et les conséquences de l'évènement. Pour vous assurer d'avoir bien compris l'ensemble du reportage, maintenez votre attention jusqu'au bout.

- Si vous avez choisi le résumé n°4, vous avez su distinguer l'essentiel du détail. Peu de détails figurent dans ce résumé mais aucune information essentielle n'y manque. Vous avez pratiqué une écoute sélective, consistant à concentrer votre attention pour obtenir les réponses aux questions de base (qui, quoi, où... cf. exercice n°1) et vous avez laissé de côté les détails (prénoms des personnes interviewées, prix et durée d'un chargement, etc.). Félicitations !
Voix off
Ça ressemble à un distributeur de boissons ou à une pompe à essence. Et pourtant, cette borne blanche est un chargeur de portables collectif. C’est un produit innovant et parfaitement écologique : il est fait de matières recyclées et il utilise uniquement des énergies renouvelables. De l’énergie solaire, la plupart du temps et, si la météo ne le permet plus, la force du bras. Une machine qui est très demandée.
 
Jean-Claude, gérant du dispositif
En ce qui concerne la clientèle, les jours ne se ressemblent pas. Quand il n’y a pas de courant(1), on a encore plus de clients que d’habitude. Pour un chargement de téléphone, on ne demande que cent francs rwandais.
 
Voix off
Il faut dire que les besoins en la matière(2) sont immenses. Lorsque l’on sait que près de la moitié des Rwandais possède un téléphone portable, mais que seulement 14 % de la population est raccordée au réseau électrique. Un réseau qui subit de nombreuses coupures.
 
Jonas Hakorima, client
Avant d’avoir cette machine, c’était un handicap, car il n’y avait pas de courant et on devait aller chercher les endroits où on utilise les générateurs d’électricité et il n’y en a pas beaucoup.
 
Emmanuel, client
Pour ma part, je dirais que cette machine m’a beaucoup aidé. Quand il n’y a pas de courant, on s’en sert pour charger nos téléphones en peu de temps. En trente minutes, le téléphone est chargé et on peut reprendre la route. Cette machine peut aussi être utile dans les campagnes. Ça peut aider les gens qui utilisent les portables à aller de l’avant.
 
Voix off
Cette borne, qui peut charger seize portables simultanément, est de conception rwandaise. Elle a été développée par ARED, une société basée à Kigali, et son concepteur, Henri Nyakarundi, un Rwandais formé aux États-Unis, en est fier.
 
Henri Nyakarundi, concepteur de ce chargeur collectif
Il est temps que l’Afrique crée ses propres produits. Non seulement crée, mais développe et manufacture ses propres produits. Et il est temps que l’Afrique prenne en mains… le futur de l’Afrique dépendra des Africains, pas de l’Europe, pas des États-Unis, mais de l’Afrique, pas de la Chine. Il est temps qu’on développe(3) vraiment des ingénieurs, des entrepreneurs africains.
 
Voix off
Si les premiers prototypes ont été rassemblés(4) en Pologne, le produit devrait bientôt devenir cent pour cent rwandais. Dès le mois prochain, une usine devrait ouvrir pour fabriquer ces bornes.
 
(1) Courant (masc.) : ici, l’électricité.
(2) En la matière : dans ce domaine.
(3) Développe : comprendre « forme, donne une formation à ».
(4) Rassemblés : comprendre « assemblés ».
 
http://www.a-r-e-d.com/ ARED : AFRICAN RENEWABLE ENERGY DISTRIBUTOR

Vous aimerez peut-être