Objectif Diplomatie A2 Élémentaire

Parler de sa formation

Dans le reportage, il y a du vocabulaire utile lorsque l'on veut parler de sa formation.
Écoutez puis complétez cette lettre avec les mots correspondants.
FRI-HP-JeunesseStageBruxelles-Video

Madame, Monsieur,
J'ai fait mes études à l'université Paris 3. J'ai terminé mon master de français il y a deux ans. Après mes études, j'ai fait plusieurs stages rémunérés en Belgique pour enseigner le français. J'aimerais maintenant trouver un emploi comme enseignante de français.
Je peux travailler dans différents pays, car je suis trilingue français-anglais-espagnol.
J'ai beaucoup de qualités pour ce poste, comme la patience.
J'espère que mon profil vous intéressera.
Cordialement,
Maria Garcia.
Sabrina Fecchio, Alliance française de Bruxelles-Europe

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Réécoutez le reportage en faisant des pauses. Quel type de mot est attendu ? Un nom, un adjectif ? Est-il masculin, féminin, singulier, pluriel ?
Vous pouvez aussi regarder la transcription en cliquant sous la vidéo.

Bravo

Réutilisez ces mots la prochaine fois que vous devrez parler de votre formation ! Découvrez-en d'autres sur la page Parlons français, c'est facile ! de TV5MONDE.
Réutilisez ces mots la prochaine fois que vous parlerez de votre formation ! Découvrez-en d'autres sur la page Parlons français, c'est facile ! de TV5MONDE.

Andrea, jeune travailleur (en anglais avec sous-titres)

Ai-je envie de passer quatre ans à faire des stages mal payés ou pas payés du tout et signer le premier vrai contrat de ma vie à 30 ans ? Non.

Alice, présentatrice

Salut, c’est Alice à Bruxelles. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un sujet que je trouve assez préoccupant et même plutôt scandaleux. Je vais vous parler des jeunes qui se retrouvent à enchaîner trois, quatre, cinq stages après leurs études, des stages souvent non rémunérés.

Gisela, stagiaire

On a au moins cinq ans d’étude. On est tous trilingues, voire quadrilingues. Pendant toute cette période où je faisais des stages non rémunérés, j’avais des parents qui pouvaient continuer à m’aider à payer mon loyer, etc. Il y a des personnes qui, au niveau financier, juste ne peuvent pas se permettre d’enchaîner les stages.

Alice, présentatrice

Bruxelles, c’est l’endroit où on trouve les institutions européennes, de grandes organisations internationales, des lobbies. Et ça, ben ça attire chaque année des milliers de jeunes de l’Europe entière. Mais, au final, je me suis rendu compte que pour beaucoup, beaucoup d’entre eux, la vie après les études, c’était surtout un enchaînement de stages. C’est le cas de Gisela. Elle a terminé son master il y a deux ans et aujourd’hui, ben c’est un peu la galère.

Gisela, stagiaire

Au bout d’un an, en fait, de stage, non rémunéré en plus, je savais qu’il était temps de passer à un premier emploi junior que je n’ai pas trouvé.

Alice, présentatrice

T’as fait combien de stages, en tout, depuis que t’as terminé tes études ?

Gisela, stagiaire

Alors là, c’est mon troisième stage, que je fais. Mais, je suis pas sûre que ce soit le dernier. J’en ai marre d’être stagiaire, en fait.

Alice, présentatrice

À moins d’avoir de la chance ou un profil vraiment spécifique, il faut souvent se montrer très patient avant de trouver un travail. Une patience qui coûte cher quand les stages sont pas rémunérés. Et c’est pourtant le cas de près de la moitié d’entre eux. Résultat, il y en a pas mal qui abandonnent. Par exemple, Andrea. Aujourd’hui, il travaille dans le tourisme en tant que serveur. Mais avant ça, il a travaillé 10 mois pour un lobby. Et du jour au lendemain, il a décidé de claquer la porte.


Vous aimerez peut-être