7 jours sur la planète A2 Élémentaire

L'Australie victime d'une cyberattaque

Que se passe-t-il entre l'Australie et la Chine ?
Regardez le reportage et complétez les informations.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
7jours-200626-Cyberattaque-video
Le problème : un pays a été victime d'une attaque informatique.
► La victime : l'Australie
► Le principal suspect : la Chine
► Les accusations : l'Australie accuse la Chine d'avoir caché la gravité de la pandémie de coronavirus.
► La suite : l'Australie demande une enquête internationale.

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Réécoutez le reportage. Concentrez-vous sur les mots-clés. Corrigez ensuite vos réponses.

Bravo

Vous avez compris les informations principales.
Passez à l'exercice 2 pour en apprendre plus sur cette cyberattaque.
Cet exercice vous permet de comprendre les informations principales.
Passez à l'exercice 2 pour en apprendre plus sur cette cyberattaque.
Conception : Samira El Azzimani, Alliance française de Bruxelles-Europe
Publié le 26/06/2020
Voix off
L’Australie, victime d’une cyberattaque massive. Les cibles des pirates : des organisations gouvernementales, des industries, des services de santé et d’autres infrastructures stratégiques du pays. Des attaques dont les détails restent secrets et qui durent depuis des semaines. Elles se sont intensifiées ces derniers jours. Derrière cette guerre numérique, le Premier ministre australien voit la main invisible d’un État étranger.
Scott Morrison, Premier ministre australien
C’est un cyberacteur étatique sophistiqué à cause de l'étendue et de la nature des cibles visées et du mode opératoire.
Voix off
L’Australie ne désigne officiellement aucun État, mais tous les regards se tournent vers la Chine : les relations entre les deux pays ne cessent de se dégrader. Canbera accuse Pékin d’avoir occulté la gravité de la pandémie et réclame une enquête internationale indépendante. Les Australiens n’ont eu de cesse de dénoncer une diplomatie chinoise qu’ils jugent agressive et malhonnête. Pour ce spécialiste, la cyberattaque qui vise l’Australie serait une nouvelle forme d’arme diplomatique.
Loïc Guézo, expert en cybersécurité (Clusif)
On est dans un nouveau dispositif qu’on appelle la cyber-coercition qui montre, comme un peu pour le système de dissuasion nucléaire, la capacité pour un pays à potentiellement attaquer et introduire beaucoup de dysfonctionnements dans les infrastructures de la victime.
Voix off
Pour l’État agresseur, il s’agirait de montrer sa capacité à nuire, sans aller jusqu’au bout. Sans commenter l’attaque en Australie, la Chine s’est contentée de dire qu’elle était opposée à toute forme de cyberattaque.

Vous aimerez peut-être