Tourisme en France A2 Élémentaire

La maison de Colette

La visite de la maison est l'occasion de parler de l'histoire du village. Écoutez Germain et Chantal décrire leur profession à l'époque de Colette, puis conjuguez les verbes entre parenthèses à l'imparfait.
Écrivez la ou les bonnes réponses dans les cases Help on how to respond the exercice
TourismeEnFrance-Colette-Video
Germain, le boulanger :
« Les gens consommaient (consommer) plus de pain qu'aujourd'hui. Donc il y avait (avoir) sûrement beaucoup plus de boulangers dans le village. Il y avait (avoir) beaucoup de fermes alentour (autour du village) avec beaucoup de main d'œuvre (d'employés). Donc, il y avait (avoir) une grande consommation de pain. »

Chantal, la caviste :
« À l'époque de Colette, c'étaient (être) des vins qui étaient (être) très clairs et légers. Un petit peu plus acidulés (légèrement acide). »
nbOk1 mot(s) correctement orthographié(s)
nbOk2 mot(s) mal accentué(s)
nbKo mot(s) à corriger

Attention

Vos réponses comportent quelques erreurs. Consultez l'aide pour vérifier la conjugaison des verbes.

Pour vous aider :

Ce sont des vins qui sont très clairs et légers. Si vous mettez cette phrase à l'imparfait, le verbe « être » est au singulier ou au pluriel ?

Les terminaisons de l'imparfait sont : -ais, -ais, -ait, -ions, -iez, -aient.

Bravo

Vous connaissez la conjugaison de l'imparfait sur le bout des doigts. Bravo !
La correction vous permet de voir les conjugaisons correctes. Essayez de les mémoriser. Il ne vous restera plus qu'à employer l'imparfait dès que l'occasion se présentera !
Conception : Catherine Minala, Alliance française de Bruxelles-Europe
Publié le 22/05/2018 - Modifié le 11/07/2018
Voix off

C’est le petit matin à Saint-Sauveur-en-Puisaye, en Bourgogne. L’heure où le boulanger du village, Germain, sort ses fournées. Géraldine, la coiffeuse, reçoit ses premières clientes.

Géraldinela coiffeuse

Est-ce que ça vous paraît bien, ma petite dame ?

La cliente

C’est parfait.

Voix off

Le travail terminé, ils rejoignent Chantal, la caviste. Ils vont découvrir ensemble la maison natale de Colette, tout juste restaurée.

Frédéricle directeur de la maison de Colette

Bonjour Chantal.

Chantalla caviste

Bonjour Frédéric.  

Frédéricle directeur de la maison de Colette

Bonjour Géraldine.

Voix off

Le directeur de la maison les accueille.

Frédéricle directeur de la maison de Colette

… la bienvenue donc dans la maison de Colette.

Voix off

Dans la salle à manger, 125 ans après le départ de Colette, le papier peint a été recréé à l’identique.

Frédéricle directeur de la maison de Colette

On a eu la chance de retrouver dans toutes les pièces, ben, des fragments des papiers peints d’origine.

Géraldinela coiffeuse

Vous pensiez déjà, quand vous avez acquis la maison, pouvoir retrouver ça ?

Frédéricle directeur de la maison de Colette

Non, on a fini par retrouver derrière les boiseries, derrière les miroirs, dans les placards, ces traces de papier peint  que décrivait Colette mais qu’au départ on n’avait pas vu.

Voix off

À l’étage, la chambre de Colette.

Frédéricle directeur de la maison de Colette

On n’a pas de photos des intérieurs parce que, à l’époque où les Colette sont ici, ben ils n’imaginent pas que leur fille va devenir célèbre.    

Voix off

Les meubles d’origine ont été recherchés, rachetés à des particuliers. Certains ont été trouvés dans le village même.

Frédéricle directeur de la maison de Colette

Comme ce piano, par exemple. C’est celui décrit par Collette dans son œuvre, le piano Aucher, et il a pu retrouver son emplacement d’origine.

Géraldinela coiffeuse

C’est vrai que je trouve ça assez incroyable qu’on puisse arriver à retrouver parce que les meubles étaient un peu éparpillés dans toute la France.    

(...)

Voix off

Dans la maison de Colette, tout a été reconstruit à l’identique y compris la cuisine.

Frédéricle directeur de la maison de Colette

On avait donc un vaisselier ; à droite, il y avait un fourneau de faïence bleue.

Voix off

La visite de la maison, c’est l’occasion de se remémorer l’histoire de tout le village, l’histoire des métiers aussi. Germain est l’un des deux derniers boulangers de la commune.

Germainle boulanger

Les gens consommaient davantage de pain qu’aujourd’hui. Donc il y avait sûrement beaucoup plus de boulangers dans le village. Il y avait pas mal de fermes alentour avec beaucoup de main d’œuvre. Donc il y avait une grande consommation de pain.

Voix off

Chantal, la caviste, connaît les vins de l’époque de Colette.

Chantalla caviste

C’était des vins qui étaient très clairs et…, enfin légers, clairs, vraiment un petit peu plus acidulés si vous voulez.

Voix off

Direction à présent le jardin.

Frédéricle directeur de la maison de Colette

C’est un peu un des rares espaces pour lesquels on a vraiment beaucoup de documents iconographiques. On voit Colette qui est dans l’entrebâillement de la porte, avec son frère, juste à droite.

Voix off

Colette et sa mère aimaient les plantes.

Frédéricle directeur de la maison de Colette

On voit les bacs de lauriers, on voit également le reposoir de plantes en pots.

Voix off

Un lieu au cœur du travail de l’écrivain.

Frédéricle directeur de la maison de Colette

À jamais, elle est restée cette petite fille, assise au milieu du jardin, dans cette maison auprès de sa mère. Elle n’a cessé de chanter le paradis de cette enfance. Et elle a fait de cette maison un personnage central de son œuvre.

Voix off

Colette en Bourgogne, mais aussi Jules Verne à Amiens, Pagnol à Aubagne, Maupassant à Étretat : autant de maisons d’écrivains, autant de villes et villages qui bénéficient de ce patrimoine littéraire.

Grammaire / L'imparfait

Pour faire une description au passé, on utilise l'imparfait.

L'imparfait se forme à partir de la base du verbe conjugué à la 1re personne du pluriel au présent + les terminaisons -ais, -ais, -ait, -ions, -iez, -aient.
Exemple : avoir → au présent, nous avons. À l'imparfait :
J'avais
Tu avais
Il/Elle avait
Nous avions
Vous aviez
Ils/Elles avaient

Exception : pour le verbe être, on n'utilise pas la base de la 1re personne du pluriel au présent.
J'étais
Tu étais
Il/Elle était
Nous étions
Vous étiez
Ils/Elles étaient

Vous aimerez peut-être