Shamengo A2 Élémentaire

Japon : des canards dans les rizières

L’utilisation des canards dans les rizières n’a pas que des avantages.
Écoutez le reportage et cliquez sur les difficultés rencontrées par Takao Furuno et les inconvénients de ce mode de culture du riz.
Shamengo-CanardsRizieres-TakaoFuruno-Video

[1.]
  Il dit que, au début, les autres agriculteurs de la région pensaient qu’il ne gagnerait pas sa vie comme ça.
[2.]
 Selon lui, ce mode de culture demande plus de travail.
[3.]
 {Il parle des maladies qui peuvent toucher les canards.}
[4.]
 Il parle des animaux qui peuvent attaquer les canards.
[5.]
 {Il  explique que la culture du riz est un travail très fatigant.}
[6.]
 Il explique aussi que ce mode de culture coûte plus cher.
[7.]
 {Il précise qu’il ne peut pas vendre son riz plus cher.}
[8.]
 {Il explique qu’il ne peut pas vendre ses canards.}
Hélène Emile, CAVILAM - Alliance française
nbOk élément(s) correctement sélectionné(s)
nbKo élément(s) sélectionné(s) en trop
nb élément(s) restant à sélectionner

Attention

Relisez les propositions et identifiez les mots importants. Attention, les propositions ne sont pas exactement dans l'ordre du reportage.
Écoutez à nouveau le reportage. N’hésitez pas à marquer des pauses pour répondre plus facilement.

Bravo

Vous connaissez maintenant les avantages et les inconvénients de la culture riz-canards.
Faites l’activité suivante pour revenir sur le vocabulaire essentiel du reportage.
Cette activité vous permet d’identifier les difficultés et les inconvénients de ce mode de culture.
Lisez la correction puis faites l’activité suivante pour revenir sur le vocabulaire essentiel du commentaire.
Voici des explications/corrections pour les phrases fausses :
- 3. Il ne parle pas des maladies qui peuvent toucher les canards.
- 5. Il n’explique pas que la culture du riz est un travail très fatigant.
- 7. Il vend son riz biologique deux fois plus cher.
- 8. Il parle des revenus (= de l’argent) générés par la vente des canards.
Voix off
La grande majorité du riz cultivé au Japon est traitée à coups de pesticides, insecticides et fongicides. En 1989, cet agriculteur biologique découvre que dans une rizière, l’élevage de canards est un excellent substitut à tous ces produits chimiques.
Takao Furuno, promoteur des canards dans les rizières
Les canards mangent les pucerons, les mauvaises herbes ; et en barbotant dans l’eau, ils stimulent les plantations de riz tout en leur apportant des nutriments grâce à leurs déjections.
Voix off
Pour éviter qu’ils soient attaqués par des chiens errants, des renards ou des corbeaux, Takao installe tous les ans en été une clôture électrique autour et au-dessus de ses sept hectares de rizières, avant de relâcher ses canards et leurs petits.
Takao Furuno, promoteur des canards dans les rizières
Bon voyage !
C’est très sympa de les regarder parce qu’ils sont manifestement heureux. Regardez : ils nagent, ils mangent et ils s’ébattent librement dans cette rizière. Ça n’a rien à voir avec l’élevage intensif en batterie. Et moi, ça me rend heureux de faire ce métier. Au départ, les agriculteurs de la région pensaient que je ne pourrais jamais gagner ma vie de cette manière. Et même si les résultats prouvent aujourd’hui le contraire, ils ne sont jamais venus me demander de les former. En fait, plus les gens habitent loin, plus ils sont demandeurs.
Voix off
Des étudiants, des chercheurs, des agriculteurs viennent de plus en plus nombreux, du monde entier, suivre gratuitement l’enseignement de ce docteur en agronomie.
Takao Furuno, promoteur des canards dans les rizières
C’est clair que ça demande plus de travail. Ça coûte plus cher parce que je fais du riz et du canard. Mais je m’y retrouve largement financièrement en vendant mon riz biologique directement aux consommateurs deux fois plus cher qu’un agriculteur conventionnel. Sans parler des revenus générés par la vente des canards.
Voix off
Alors, prêts à découvrir le pouvoir des canards qui améliorent mieux que quiconque la rentabilité des rizières ?
 
Participez à l’aventure de nos pionniers « Shamengo ». 

Vous aimerez peut-être