7 jours sur la planète A2 Élémentaire

Iran : qui était le général Soleimani ?

Le général Soleimani est mort. Ce reportage fait son portrait.
Lisez les propositions. Regardez le reportage. Pour chaque image, trouvez la phrase qui correspond.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
7jours-200110-Iran-video
C'est un pilier (un homme important) du régime islamique iranien.
Il a rejoint les Gardiens de la Révolution en 1979.

Il dirige des opérations dans tout le Moyen-Orient.
C'est un héros guerrier, mais aussi un diplomate.

En Iran, le guide suprême l'écoutait.

Sa mort pourrait rassembler la population iranienne contre l'Amérique

nbOk élément(s) correctement placé(s) sur nb

Attention

Regardez à nouveau le reportage, repérez les images et faites des pauses pour prendre le temps d'écouter le commentaire. 
Pour vous aider, les images sont dans l'ordre.

Bravo

Vous avez identifié les informations globales du reportage : cela va vous guider pour la suite.
Faites l'activité suivante pour comprendre qui était ce général et son rôle au Moyen-Orient.
Lisez bien la solution : elle vous permet de vous repérer dans le reportage.
​Faites l'activité suivante pour comprendre qui était ce général et son rôle au Moyen-Orient.
Conception : Margot Bonvallet, CAVILAM - Alliance Française
Publié le 10/01/2020
Voix off
C’est un pilier de la dictature, une armée parallèle qui incarne la ligne dure du régime islamique. Les Gardiens de la Révolution, ou Pasdaran, que le général Soleimani a rejoints dès 1979. Vingt ans plus tard, il prend la tête de la Force  Al-Qods : une troupe d’élite, chargée des opérations extérieures, bras armé de la politique étrangère iranienne.
Impitoyable et fin tacticien, Qassem Soleimani va exporter son savoir-faire dans tout le Moyen-Orient.
En 2004, en Irak, il participe à l’émergence des milices chiites qui combattent les Américains.
En 2006, il est au Liban pour soutenir le Hezbollah contre Israël.
Fin 2012, les Forces Al-Qods s’engagent en Syrie pour porter secours à Bachar Al-Assad, allié de Téhéran.
Le général Soleimani est à la tête de dizaines de milliers de miliciens qui combattent férocement les rebelles.
Amélie Chelly, sociologue, spécialiste Iran et islam politique
Il fait clairement figure à la fois de héros guerrier, mais aussi de diplomate : il a été très clairement le pont jeté entre l’Iran et l’Irak d’une part, l’Iran et la Syrie d’autre part.
Voix off
Ses faits d’armes lui ont permis d’acquérir une grande popularité en Iran, où il avait l’oreille du guide suprême. Et quand on lui prêtait un destin politique, lui affirmait vouloir rester un soldat toute sa vie et mourir en martyr. Si sa disparition a créé un choc en Iran, il a déjà été remplacé.
Amélie Chelly, sociologue, spécialiste Iran et islam politique
L’Iran n’aurait jamais pu se permettre, en bons stratèges que sont généralement les Iraniens, de mettre toutes les cartes liées à leur politique extérieure dans les mains d’un seul et même homme, qui plus est, en fait, prenait les risques en allant sur les champs de bataille.
Voix off
Sa mort pourrait également permettre à un régime iranien contesté de ressouder sa population contre l’ennemi américain. 

Vous aimerez peut-être